image
image
image

Votre IP : 54.158.52.166
Dernier ajout : 21 septembre
Visiteurs connectés : 13

image Conception
Développé sous SPIP
Informations légales

image
image
Recherche image

Pratiques et Techniques de la Plaisance

image

Accueil du site > Forum technique > Les moteurs -forum- > Circuit de refroidissement > Refroidissement Prima 50 Perkins

Rubrique : Circuit de refroidissement

__________________________________________________________________________________________________________________

Refroidissement Prima 50 PerkinsVersion imprimable de cet article Version imprimable

Publié 14 février, (màj 14 février) par : Arraial  image   

Copyright : Les articles sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent pas être reproduits en partie ou totalité sans leur accord
S'identifier pour s'abonner par mail

Bonjour
Sur mon Prima 50 Perkins, j’ai une fumée blanche en permanence, pas très importante mais permanente,
(Aucun pape n’a été élu a bord...)
le niveau du liquide de refroidissement baisse a chaque utilisation, et je complete tous les jours.
Le chantier a mis mon circuit de refroidissement sous 2 bars de pression sans detecter de fuite.
Je n’ai pas de mayonnaise (pas d’eau apparemment dans l’huile moteur).

Le technicien du chantier me parle d’un probleme d’injecteur ou de pompe a injection.
Je veux bien envisager pour la fumée blanche mais j’ai du mal a faire le rapport avec mon niveau de liquide de refroidissement...

Avez vous quelques idées ?

Le bateau est en Grece et la discussion se passe essentiellement par mail en anglais.

A ce propos qui pourrait me traduire : « cup of the cooler » ?

Merci

Arraial

UP


Répondre à cet article
(pour répondre à un message en particulier, voir plus bas dans le fil)

7 Messages de forum

__________________________________________________________________________________________________________________

__________________________________________________________________________________________________________________

  • 14 février 13:15, par yoruk écrire     UP Animateur

    fumée blanche en permanence, pas très importante mais permanente, le niveau du liquide de refroidissement baisse a chaque utilisation

    (Aucun pape n’a été élu a bord...)

    Moi non plus, pas de pape à bord, mais la bible... à bord : Propulsion et Diesel marin à bord de J.L Pallas. Que nous dit Pallas ???

    Consommation de liquide de refroidissement

    • Défaut probable : Bouchon du vase d’expension défectueux
      • contrôle/remède : Contrôle de la soupape du bouchon
    • Défaut probable : fuite aux divers durites
      • contrôle/remède : conrôle du circuit de refroidissement
    • Défaut probable : Fuite au joint de culasse
      • contrôle/remède : changer le joint
    • Défaut probable : étanchéité du faisceau de l’échangeur
      • contrôle/remède : dépose de l’échangeur et contrôle du faisceau

    Le moteur fume blanc

    • Défaut probable : vaporisation de l’eau de refroidissement dans le coude ou le pot de l’échangeur
      • contrôle/remède : contrôle de l’entartrage du cirduit
    • Défaut probable : Fuite au joint de culasse
      • contrôle/remède : dépose de la culasse, changement du joint.

    J’avais un problème avec le joint de culasse, et le faisceau de l’échangeur. Yanmar recomande un contrôle tous les 2.500 H. Ce que je n’avais pas fait, entretenant moi même le moteur.
    Par contre, JL Pallas établi un lien entre fumée blanche et le calage de la pompe, dans le cas d’un démarrage défectueux accompagné de fumée blanche

    Michel

    Répondre à ce message

    • Sur un Prima, un pb de joint de culasse n’aurait rien d’extraordinaire. La pompe de brassage HS non plus, mais là ça se voit vite : la T° augmente et on peut regarder si le liquide circule bien dans l’échangeur (attention : ne pas ouvrir le bouchon à chaud).

      Répondre à ce message

    • Toujours interpellant (barbant, inquiétant ?) ces nuages blancs dans les gaz d’échappements, car c’est bien de vapeur d’eau qu’il s’agit.
      Attendre que la température moteur soit nominale avant de conclure ou même de les prendre en considération (température nominale = le calorstat qui permet la communication entre le bas et le haut de cylindre s’est ouvert, vers 75 à 85 °C, en gros)
      La vapeur d’eau est d’autant plus visible que l’humidité relative de l’air ambiant est élevée (analogie avec les CoTra des avions jet vers 8 000 m d’altitude, bon indicateur de l’humidité qui est alors pas si ridiculement faible, marqueur d’air humide en altitude).

      Désolé, ça n’indique pas la source d’eau (eau+glycol à travers le joint de culasse, eau de mer par ex au coude d’échappement, eau résultant d’une combustion incomplète d’un mélange air+go trop riche ou injecté trop tardivement ou pas mélangé correctement car température pas nominale, là je ne sais pas trop).

      Ah si, si le circuit secondaire (eau+glycol) est étanche (aka sous pression), il peut arriver qu’au refroissement avec la baisse de pression aidant, de l’eau soit aspirée dans les cylindres qui génera le démarrage suivant, plutôt après un arrêt prolongé (une nuit ?), ça serait une marque indiscutable de joint de culasse pas étanche / poreux. Déposer le bouchon de remplissage (interdire/empêcher la dépression) avant la nuit de repos peut aider à éviter cette eau et confirmer le diagnostique. Cette porosité peut être invisible en fonctionnement continu (plus de fumée une fois bien chauffé).

      Bien sur on met toujours la main dans les fumées blanches pour évaluer leur « graissitude » et leur odeur (odeur de gasoil, odeur d’huile, autres). Et on surveille le niveau d’huile (il ne doit pas monter)

      Et comme toujours, on relit Palas et on essaie de comprendre.

      Répondre à ce message

  • 19 février 11:34, par Arraial écrire     UP  image

    En résumé :
    Les causes probables de consommation de liquide de refroidissement et de fumée blanche à l’échappement peuvent être les suivantes :

    Si les deux problèmes sont liés les causes les plus probables peuvent être :

     Un mauvais calage de la pompe a injection quand la courroie de distribution a été changée en 2017
     Un probleme au joint de culasse

    Si les problèmes sont indépendants les causes les plus probables peuvent être :

    Consommation liquide de refroidissement
     Bouchon du vase d’expansion défectueux (contrôler la sous pape et le joint)
     Fuite sur une durite ( contrôler circuit refroidissement)
     Fuite sur l’échangeur ( déposée l’échangeur et contrôler)
     Fuite sur la pompe à liquide de refroidissement ( verifier pompe et roulements, changer pompe si besoin)

    Fumée blanche à l’échappement
     Entartrage du coude d’échappement (Contrôler le circuit)
     Fuite au joint de culasse (déposer culasse et changer le joint)

    Répondre à ce message

    • Si c’était moi ...

      On a beaucoup parlé - et c’est une bonne chose - des nombreuses raisons possibles qui peuvent entrainer des fumées blanches et une consommation d’eau douce (== eau+glycol).
      Si c’était mon moteur à moi j’aimerai passer au stade suivant et arriver à restreindre les hypothèses (ou jouer des hypothèses), à identifier une (ou quelques) hypothèse jouable pour une cause.
      Dans le cas que tu décris je m’attacherai d’abord à cette consommation d’eau douce car elle est bien identifiée, et je ferai d’abord l’hypothèse que la baisse du niveau d’eau douce (la consommation) provient d’une fuite, car les fuites sont souvent faciles à repérer : est-ce qu’on retrouve de l’eau glycolée dans la gatte moteur, est-ce qu’on trouve des trainées blanchâtres aux tétines de raccordement des durits, sur les durit elle mêmes, sur le siège du bouchon taré de remplissage, sur la durit de déversement de ce siège de bouchon taré (du PQ est super), aux alentours (en fait sur tout la surface de) de la pompe à eau douce. S’il y a un chauffe-eau en dérivation je commencerai bien sur par le fermer (sur le départ et l’arrivée) histoire de sérier le problème. J’utiliserai abondamment le PQ enroulé autour des durits, ou le blanc d’espagne ou le marqueur à tableau blanc sur les durits pour révéler toute fuite si minime soit elle. Si je trouve de l’eau dans les fonds, je lave énergiquement et assèche totalement histoire de gouter ultérieurement et de manière déterminante la salitude ou la doucitude de l’eau qui viendra dans les fonds (au gout on sait distinguer sans s’empoisonner, surtout si on avale pas)
      Si j’identifie une fuite, bingo, je la supprime et je recommence.
      Si j’identifie pas, c’est (beaucoup) plus moche car je peut ne pas l’avoir vu (mais alors, ténacité, tour de reins) et surtout parce que cet eau+glycol peut être passée par le joint de culasse, ce qui est plus gênant.

      Si j’avais à faire l’hypothèse d’une percolation par le joint de culasse je ferai tourner le moteur (amené à sa température nominale) bouchon de remplissage déposé (bien sur ça va se déverser en partie dans les fonds de cale, mais pour l’instant c’est l’échappement que je surveille) histoire de ne pas avoir de surpression aggravante. Perso je ne sais pas tracer l’eau+glycol dans les fumées d’échappement.

      Ah, j’oubliais, je ne suis pas mécanicien mais je tache de compenser.

      Répondre à ce message

  • 19 février 17:09, par Arraial écrire     UP  image

    Bonjour

    Je note le PQ sur les durites pour trouver la fuite...

    :-)

    Je n’ai pas précisé, mais je suis en France et le bateau est en Grece, je ne peux malheureusement pas tout tester et je ne voudrais pas que le mécano du chantier me prenne pour Cresus...

    Merci

    Répondre à ce message

Répondre à cet article

UP

Copyright et informations légales