image
image
image

Votre IP : 35.172.195.49
Dernier ajout : 17 novembre
Visiteurs connectés : 9

image Conception
Développé sous SPIP
Informations légales

image
image
Recherche image

Pratiques et Techniques de la Plaisance

image

Accueil du site > Forum technique > L’électricité à bord -forum- > Alternateurs > Alternateur et courant de fuite

Rubrique : Alternateurs

__________________________________________________________________________________________________________________

Alternateur et courant de fuiteVersion imprimable de cet article Version imprimable

Publié Septembre 2016, (màj Septembre 2016) par : Danvers  image   

Copyright : Les articles sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent pas être reproduits en partie ou totalité sans leur accord
S'identifier pour s'abonner par mail Inscrit aux forum vous pourriez transmettre cette page à un ami plaisancier

Les alternateurs sont une source de courant de fuite importante méconnue voire tabou !
En cherchant un source de courant de fuite sur Zelda (voilier alu), la fuite était sur le moteur (Nanni).
J’ai suggéré à l’électricien qui faisait la recherche à l’aide d’un contrôleur d’isolement ( Megger, appareil.qui envoie 1000 V à travers les câbles) que les Poussières des charbons pourraient être la source. Il disait que l’alternateur était « brûlé », et devait être remplacé. Peu après, il a nettoyé l’alternateur à la soufflette et le courant de fuite a disparu pour réapparaître peu après.
Chez Nanni, mystère, chez Mastervolt, on tombe du ciel ? Seul un mécanicien d’une entreprise d’entretien de tankers (spécialisé alternateur, moteur démarreur) a admis à voix basse le problème q’ils n’arrivaient pas a maîtriser.
TOUS les moteurs électrique avec balais sont sources de courant de fuite sur les bateaux, voir les problèmes d’arbres d’hélice ! y compris le moteur électrique des pilotes hydrauliques...
Pourquoi utilise-t-on toujours cette mode de construction, et pas des alternateurs « brushless » sans balais ?? C’est une honte pour l’industrie nautique.
Entretemps j’ai acheté un pilote Jefa sans balais, et suit a la recherche d’un alternateur « brushless ».

UP


Répondre à cet article
(pour répondre à un message en particulier, voir plus bas dans le fil)

2 Messages de forum

__________________________________________________________________________________________________________________

__________________________________________________________________________________________________________________

  • 20 septembre 2016 15:44, par Négofol écrire     UP Animateur

    Si c’est une honte pour l’industrie nautique, ça l’est aussi pour toute l’industrie automobile qui utilise le même type d’alternateur, dit « alternateur Lundell à rotor à griffes ».
    Ce type d’alternateur a été développé aux USA lors de la guerre de 39-45, pour alimenter les équipements électriques (radio notamment) qui se généralisaient sur les véhicules.
    Il a été introduit pour le public par Chrysler en 1960 (avec régulation électromécanique, puis électronique).

    Il s’est depuis généralisé dans l’automobile et les constructeurs de moteurs marins l’utilisent car très répandu et peu coûteux.

    Dès le début Lundell avait proposé aussi une solution sans balais (« brushless » dite Inducteur Lundell), pour éviter les problèmes (parfaitement connus) liés aux balais. Ce type d’alternateur est couramment utilisé en aéronautique (petits bimoteurs, les avions de tourisme utilisant des alternateurs automobile) du fait des problèmes liés aux balais à haute altitude (arcs liés à la baisse d’isolement par raréfaction de l’air).
    Il est aussi largement utilisé dans les applications antidéflagrantes et là où une grande fiabilité et durée de vie sont recherchées.

    Le problème est qu’un alternateur brushless est nettement plus gros, plus lourd (+ 40 % env) et plus coûteux (+ 50 à 80 %) que l’équivalent à balais et que le rendement est moins bon : totalement rédhibitoire dans le milieu automobile grand public !
    Par contre ce type d’alternateur se rencontre fréquemment sur les camions ou engins de travaux publics.
    Il n’est pas difficile de trouver ce type d’alternateur, même si les petites tailles sont rares, vues les applications. Tous les fabricants en ont au catalogue.
    Par exemple, au catalogue Delco des alternateurs professionnels, 11 familles sur 15 sont brushless…
    En pièce jointe un exemple (le plus petit de la gamme est un 60 A).

    Une petite vidéo qui montre comment sont faits ces alternateurs : on voit le rotor qui tourne autour du bobinage fixe d’excitation. Elle montre que les constructeurs sont conscients des limitations des alternateurs à balais....
    https://www.youtube.com/watch?v=Fpa...

    A noter que ces alternateurs sont d’une conception différente (homopolaire) des alternateurs brushless utilisés sur les groupes 50Hz (ou 60 Hz) qui sont en général des alternateurs à excitation à redresseurs tournants (soit un deuxième petit alternateur fonctionnant à l’envers et assurant l’excitation via des diodes incorporées au rotor).

    Une solution simple pour éviter ce type de problème, en particulier sur les bateaux métalliques, est d’isoler complètement le moteur en prévoyant deux coupe-circuits (+ et -) lorsqu’il n’est pas en fonctionnement. Il n’y a ainsi plus de risque de courant de fuite et on supprime aussi la consommation liée au courant inverse des diodes de l’alternateur (normalement < à 1 mA, mais ça peut être beaucoup plus si une diode est défectueuse, problème pas toujours évident et qui entraîne une décharge des batteries).

    JPEG

    Répondre à ce message

  • 20 septembre 2016 16:03, par Négofol écrire     UP Animateur

    Un éclaté du 20 DI Delco (le plus petit, 60 A) montre bien les différences avec un alternateur classique : pas de bobinage sur le rotor ( 3 ) et une bobine d’excitation fixe ( 5 ).

    JPEG

    Répondre à ce message

Répondre à cet article

UP

Copyright et informations légales