image
image
image

Votre IP : 54.163.61.66
Dernier ajout : 14 décembre
Visiteurs connectés : 17

image Conception
Développé sous SPIP
Informations légales

image
image
Recherche image

Pratiques et Techniques de la Plaisance

image

Accueil du site > OpenCPN > High Tech’Gribs > zyGrib v 6.2.4 : définition 0.1°/méditerranée

Rubrique : High Tech’Gribs

__________________________________________________________________________________________________________________

zyGrib v 6.2.4 : définition 0.1°/méditerranéeVersion imprimable de cet article Version imprimable

Publié Novembre 2014, (màj Décembre 2014) par : yoruk   

Copyright : Les articles sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent pas être reproduits en partie ou totalité sans leur accord
S'identifier pour s'abonner par mail

Mots-clés secondaires: météo

zyGrib v 6.2.4 présentation

La dernière version de zyGrib n’offre qu’une nouveauté, mais elle est de taille : elle permet la lecture de fichiers gribs à très haute définition : 0.1°, pour toute la méditerranée

Le principe

  • Origine les dossiers SKIRON : voir Poseidon
  • Téléchargé hors zyGrib, qui saura les lires
  • OpenCPN sait aussi les lire
  • Pour télécharger ces gribs SKIRON : Openskiron
  • Pour mettre à jour la dernière version de zyGrib : zyGrib v 6.2.4

Les résultats

Vraiment spectaculaires

  • Pour une lecture par zyGrib
GFS NOAA 0.5° COAMPS 0.2° SKIRON 0.1°

 

  • Pour une lecture par OpenCPN
GFS NOAA 0.5° COAMPS 0.2° SKIRON 0.1°

 

  • Adéquation des prévisions avec la topographie locale, vu par l’interface OpenCPN

Sur l’image de droite, la topographie de cette zone avec de nombreux sommets à plus de 2.000 m.
  • L’un d’eux culmine à plus de 3.000.
  • La tombée des monts du Taurus à cet endroit est indentée de nombreuses vallées profondes, orientées Nord <=> Sud

Sur l’image de gauche : le résultat de qualité du modèle SKIRON à 0.1°. Il montre la façon dont le vent synoptique est dévié. D’abord par les thermiques, puis par la conjonction des thermiques et de la topographie

Et au résultat, on retrouve, affiché sur sa carte, la précision des prévisions Poséidon, en lecture directe. Leur lecture avec le plugin « Particle Map » donne toute sa puissance en renforçant les tendances des flèches à barbules aux quelles nous étions habitués : http://www.plaisance-pratique.com/p...

 

  • Le traitement des SKIRON et leur lecture par l’interface graphique zyGrib

Elle offre la possibilité d’une lecture heure par heure, avec des limites sur les données traitées, seules sont lisibles : la force du vent, sa direction, la pression (MSL), la température, le point de rosée, les précipitations, la nébulosité, le taux d’humidité relative.
Rien sur les rafales, ou les prévisions d’instabilités, les indices CIN et CAPE, ce que manquera en cas de risques orageux... Rien non plus sur les altitudes géopotentielles.

 
Par contre, comme on en a l’habitude, l’interface zyGrib et les informations qu’elle sait traiter sur les GFS/NOAA, même à 0.5° de résolution reste l’outil incontournable du suivi des évolutions à venir sur la semaine. Autre point très fort de cette option : l’excellence de sa compression de fichiers, et leur facilité de décompression.

Origine et traitement des SKIRON

http://www.plaisance-pratique.com/p...

Diffusé par http://wild-silk.org/en/ s’appuyant sur les travaux du professeur George Kallos de l’Université d’Athènes, Département de physique et de modélisation de l’atmosphère qui a accepté de partager l’ensemble des sorties du modèle de prévision Skiron.

ZyGrib (et seule sa v 6.2.4) a su adapter son interface pour la lecture de ces fichiers, fichiers qui peuvent-être lus aussi par OpenCPN, uGrib et ViewFax.

Méthode de chargement

  • L’interface de Wild Silk, offre deux types de téléchargement, couvrant 10 zones de Méditerranée
    • le premier type propose un téléchargement avec une résolution de 0.1°, sur 5 jours au pas de 3 heures
    • Le deuxième,lui aussi avec une résolution de 0.1°, permettra le téléchargement sur 3 jours seulement, mais, avec un pas de 1 heure !!!

 

  • Le poids des fichiers
    C’est le talon d’Achille du système, on ne peut pas comme pour zyGrib ou OpenCPN choisir une zone adaptée et limitée à ses besoins
  • Il faut choisir et charger forfaitairement une de 10 grandes zones proposées, ce qui peut peser horriblement lourd, en totale inadéquation pour des bateaux équipés de BLU, voire même de liaison satellite
  • Pour l’exemple traité plus haut, concernant le Sud de la Turquie, entre Antalya et Marmaris, il a fallu charger la totalité de la zone Cyprus, ce qui pèse 7 MB en pas de 1 H et 3.6 en pas de 3 H
  • La même zone Antalya / Marmaris, traitée par zyGrib en GFS/NOAA et toutes ses options scientifiques, pesait 158 Ko !!!

Conclusion

Si cet outil, précis comme l’est Poséidon, maintenant étendu à toute la zone méditerranéenne, amène un énorme progrès si l’on souhaite pouvoir lire ses Gribs sur sa carte, le poids des fichiers sera vite rédhibitoire en mer... La meilleure solution restera probablement de nourrir son évaluation météorologique, avec les excellents GFS/NOAA de zyGrib, et d’affiner avec ces gribs de SKIRON au cas par cas. Lorsque les développeurs auront mis au point une technique de découpe de zone adaptée, alors... ce sera un outil parfait... Sans oublier, de mettre le nez à la fenêtre !!!

 
Michel, Finike novembre 2014

UP


Répondre à cet article
(pour répondre à un message en particulier, voir plus bas dans le fil)

13 Messages de forum

__________________________________________________________________________________________________________________

  • J’ai pu vérifier les prédictions court terme des trois modèles, cet après midi

    • Comme prévu, l’influence des thermiques et de la topographie est beaucoup mieux prise en compte par le modèle SKIRON et ses 0.1° de résolution... C’est même surprenant d’efficacité. Il faudra bien sûr contrôler plus à fond
    • Nous avons touché du S/SW 2/3 BF... à rapprocher des prévisions affichés sur les test dans le dossier ci dessus !!!
    • Michel

    Répondre à ce message

  • 5 novembre 2014 11:37, par Nevermind écrire     UP Animateur

    Merci Michel pour les infos.
    Je pense que pour que ce soit plus agréable à la lecture, il faut diminuer la densité.
    Photo avec la dernière version d’opencpn 3.3.2302
    Jean Paul

    JPEG

    Répondre à ce message

  • Skiron a changé de lien...
    Celui du dossier ci-dessus a été mis à jour

    • Pour mémoire, le noveau lien : SKIRON

    Merci Flemming Madsen

    Michel

    Répondre à ce message

  • Bonjour,
    IL semblerait que Zygrib lit maintenant les prévis de météo-france si j’en crois Francis Fustier qui dit rarement des bêtises (lol) :
    http://blog.francis-fustier.fr/les-...
    Quelqu’un a une idée de la manip à faire pour ça ?
    Merci

    Répondre à ce message

    • Pas à ma connaissance, du moins sur les info zyGrib : http://www.zygrib.org/forum/viewtop...

      Bonjour,
      Le format des données par MétéoFrance est du Grib V2, qui n’est pas encore (mais cela viendra une fois) lu par zyGrib.
      En effet ça vient tout doucement, inutile d’insister.

      Par contre et pour les méditerranéens, zyGrib sait lire les gribs de Skiron, d’une remarquable précision

      • Les Skiron purs : ce sont le gribs reprenant les modèles servant à Poseidon, le fameux site grec, et étendus à toute la médoiterranée et la Mer Noire
      • Mais surtout, pour la seule Mer Egée, les gribs WRF à une définition de 4 et 12 km
        http://openskiron.org/en

      C’est tout ce que je sais pour le moment...
      Michel

      Répondre à ce message

    • Pour télécharger les fichiers, il faut aller sur ce lien
      https://donneespubliques.meteofranc...
      Les paramètres de téléchargement sont en bas de la page.
      Attention, modifier l’information « sous-paqut » et choisir SP1 (météo surface)
      sinon la taille du fichier est hénaurme.
      taille et contenu des fichiers ici :
      https://donneespubliques.meteofranc...
      Le fichier donne une prévision pour toute l’Europe, mais pour une tranche horaire de 12H.
      Cela fait déjà 25 mega.
      Pour 3 jours, il faut renouveler l’opération 8 fois. En plus pour voir l’évolution par exemple entre 12 et 13h, il faut changer de fichier !
      Zygrib version 7.0.0 n’a pas réussi à le lire,
      Mais j’y suis arrivé sans problème avec scannav
      Je ne suis pas familier d’Opencpn, je laisse les experts le tester.
      Réflexions toutes personnelles
       charger 25M de données locales sur toute l’Europe est stupide : quand on s’intéresse aux prévisions locales des deux cotés du cap de la Chèvre, on se fiche des données locales du cap Malea, encore plus de celles des Feroe
       Les tranches horaires sont données UTC. n’oubliez pas de faire la conversion : si vous souhaiez voir les prévisions à 14h, il fut prendre le fichier 0 à 12h
       la taille des fichiers est rédhibitoire quand le débit internet est faible. Pourquoi avoir choisi ce format alors que le convertir en Bz2 est juste l’exécuion d’une routine
       il est dommage que la prévision CINC, qui donne des probabilités d’orages locaux ne soit pas présent dans la fichier SP1, et qu’il faille choisir SP2 et 40Mo pour les avoir, alors que les orage modifient considérablement la météo locale
       à cet instant, dans la zone où je suis (Bari), il n’y a pas de différences entre le modèle arpège et GFS : ils sont tout les deux légèrement faux. Mais ça ne veut rien dire.
      Robert sur Lysigée

      Répondre à ce message

      • à cet instant, dans la zone où je suis (Bari), il n’y a pas de différences entre le modèle arpège et GFS

        Ces deux modèles sont des modèles globaux avec couverture mondiale, GFA est le modèle de la météo US.
        Les autres modèles évoqués, ceux qui ont des performances bluffantes à des échelles faibles (en pratique la dizaine de km) sont des modèles locaux (leur nom comporte généralement l’acronyme LAM pour Local Area Model, tel Hirlam, ... et Arome et Aladin ;-) ) qui ne couvrent qu’une faible zone (la mer Égée par ex pour Poseidon. Ces modèles doivent être alimentés sur leur contour par des données/résultats d’un modèle plus vaste, par ex GFS, Arpège, ECMFW/CEPME). Ils dépendent bien sur très fortement de la précision de la prévision du modèle englobant. Voir à ce sujet ce que Frank Singleton écrit à ce sujet, et aussi à propos de la précision géographique qu’on peut espérer (lui compte sur 100 km)

        Il faut préciser que Meteo-France produit du maille fine (du LAM) dans Aladin (depuis 2000) et Arome (depuis 2010) en utilisant les résultat de son modèle global Arpège et aussi le modèle européen du ECMFW.
        Des sombres histoires de partage de coût au sein du ECMWF mais aussi des consortium Arome/Aladin font que seul des sous ensembles pas très confortables peuvent être mis à disposition assez gratuitement.
        Ainsi sur le site du ECMWF on n’accède gratuitement qu’au prévisions (excellentes) postérieures à 72 heures
        Enfin, M-F commercialise des précisions marines bien utile, l’outil d’accès, navimail, étant lui gratuit, outil qui soit dit en passant permet de récupérer gratuitement les bulletins météo marine de M-F (inter service mer, les bulletins navtex, les bulletins des 20 miles de la VHF et du CROSS).
        Ces produits ’appuient sur Arpège (pour le monde), Aladin (désuet ?) et Arome pour l’europe stricto sensu et sens large aussi.
        J’y ai un compte que j’ai alimenté d’une centaine d’euro il y a 15 ans et que je n’ai toujours pas épuisé, l’utilisant uniquement, en côtière, pour des cas litigieux ou il faut viser juste entre les goutes.
        A ùa connaissance Bari est couvert par Arome, modèle de la méso-échelle, à maille fine, avec du bluffant, surtout là ou il y a du relief et des effets de reliefs (comme poseidon, d’ailleur)

        Répondre à ce message

        • « à cet instant, dans la zone où je suis (Bari), il n’y a pas de différences entre le modèle arpège et GFS »
          J’avais justement rajouté
          « mais ça ne veut rien dire »
          Je suis entièrement d’accord avec ce qu’écrit YvesD que je remercie pour ces précisions.
          Mais le fichier « Arpège » transmis (ARPEGE_0.1_SP1_00H12H_201508280000.grib2) est bien à maille fine de 0,1°

          Répondre à ce message

          • J’ai voulu comparer les prévisions des 3 modèles « en compétition » au même endroit et à la même heure.
            Pour cela, j’ai choisi deux points situés de part et d’autre du cap Tainaro (ou Matapan) lieu connu pour ses surprises meteo.
              Point A : 36°24.167 N 22°30.745 E
              Point B : 36°24.041 N 22°25.497 E
            Les prévisions sont pour le samedi 29 UTC+2
            Résultat :
            Point A Point B
            vent(knt) direction (°) pression (mb) vent(knt) direction (°) pression (mb)
            GFS 5,9 358 1017 5,7 360 1017
            Skiron 4,8 11 1016 4,9 351 1016
            Arpège 0,1 3,9 251  ? 3,3 258  ?

            1. GFS et un modèle global à 0,5° et les différences sont imputables aux extrapolations faites par l’outil d’affichage entre 2 positions précises de prévisions dans le fichier
            2. Skiron donne la plus grande bascule passant de NNW à NNE
            3. Arpège donne un vent d’Ouest des deux côtés, contrairement aux deux autres plus orienté Nord et vent plus faible : 2 nds de différences entre GFS et Arpège, c’est quand même pas mal

            Qu’en conclure ? Je ne sais pas trop.
            Peu de différences, mais le voileux que je suis est dans l’embarras : pour passer d’Est en Ouest, si je crois Skiron et GFS, je fais de la voile au travers, si je crois Arpège, j’ai un très faible vent de face et je fais du moteur.
            Et pour mettre encore plus dans l’embarras, le modèle WRF 9 km dans windguru, me donne :
              Point A : vent au 35, 9nds, rafales 18
              Point B : vent au 25, 8 nds, rafales 14

            Ma conclusion sera donc :
            « Qui trop écoute la meteo, reste au bistrot »
            Au fait, il y a quelqu’un au cap Tainaros, pour nous dire quel vent il fait ?

            Remarque : cela fait 3 fois que j’essaie d’avoir un tableau des vents lisibles, je vous le mets en fichier

            Répondre à ce message

            • Ma conclusion sera donc :
              « Qui trop écoute la meteo, reste au bistrot »

              Bonjour
              Ne pouvant me trouver à deux endroits en même temps, j’ai pu constater une saute de vent du N/NE au N/NW, hier à 11H UTC, sur un seul point, dans le NE du golfe de Tarente. Cà m’a marqué, étant au près serré tribord amure, je me suis retrouvé vent debout après la saute de vent. Or, on ne plaisante pas avec le près serré sur un Voyage 12.50
              Pour le point 39 54.1161 N 018 03.1214 E

              • à 06 H UTC
                • Pour GFS du NOAA : grille 0.25°x 0.25° : 7 kts/011°/1017 hPa
                • Pour openSkiron Grib files : 0.1° x 0.1° : 7 kts/338°/1017 hPa
              • à 09 H UTC
                • Pour GFS du NOAA : grille 0.25°x 0.25° : 4 kts/349°/1018 hPa
                • Pour openSkiron Grib files : 0.1° x 0.1° : 7 kts/318°/1018 hPa
              • Les différences sur le point observé
                • Pour la rotation des vents, ce sont les openSkiron Grib files : 0.1° x 0.1°, qui sont les plus précis, avec une erreur sur la direction du vent à 06H00. On a l’impression qu’ils apprécient mal l’influence des thermiques (la brise de terre ne serait pas brise en compte)
                • Pour la force des vents, ce sont les GFS qui sous-estime sensiblement la force du vent... mais c’est récurent pour ce modèle
                • Les pressions sont équivalents dans tous les cas

              Ceci en situation cotière, au centre du Golfe, c’est très constrasté... Mais, je n’y étais pas

              Michel à Gallipoli

              JPEG

              Répondre à ce message

          • à maille fine de 0,1°

            En fait il y a les mailles et la physique.

            • La dimension des mailles parle de soi-même, il s’agit de points de calcul : entre les points il n’y a rien rien (un peu comme la hauteur d’eau dans un sondage au plomb) et il est délirant d’intrapoler, la seule solution si on veut des points intermédiaires est de recalculer avec un maillage plus fin, quoiqu’en pr&étende les gens du marketting de meteo-consult (relire Frank Singleton à ce sujet). La précision de la représentation du relief dépend bien sur de la dimension de ces mailles, inutile de faire la distinction entre le mont blanc et le viso si on a un maillage de 100M. Mais un maillage fin associé à un relief fin prendra en compte les effets de cap et d’iles qui frappent durement les méditerranéens. On doit pouvoir parler de LAM (local area model)
            • la physique : elle n’est pas la même pour un modèle à portée mondiale pour GFS ou Arpège, leur physique, implémenté dans le modèle, ignore en particulier les mouvements verticaux de l’atmosphère. L’échelles de temps et d’espace de ces modèles synoptiques est de 12h et 100M. A l’inverse les modèles de la méso-échelle, plus fin que la synoptique (l’échele) , tiennent compte de possible mouvements verticaux, l’hypothèse de l’équilibre hydrostatique dans le sens vertical, sur laquelle se base les modèles synoptiques, n’est plus prise en compte. On parle de modèle NH (non hydrostatique) ou méso-NH

            Il semble que les évolutions de GFS comportent une meilleure représentation du relief même si le modèle reste synoptique (hydrostatique). Du coup la prévision dans les caps et autres reliefs est plus bluffante.
            De son coté il me semble que M-F a plutôt enrichi le relief, en même temps que la physique, dans ses modèles LAM et NH que sont aladin puis arome. Même si le maillage de Arpège a été amélioré, il reste, dans mon esprit, un modèle synoptique à maille moyenne : si le flux général est d’ouest, c’est pas un petit cap de rien du tout qui va provoquer une bascule.

            Donc, j’aurai tendance à trouver dans GFS et Arpège et ECMFW des types de temps, bien utile pour ma stratégie (au delà de 24h), jamais biaisé dès qu’on rajoute un cap, une baie ...
            A l’inverse, si je dois passer entre les goutes, je mangerai du meso-NH histoire de ne pas me trouver vent debout au passage du cap (boff, avec un 80CV !) tout en gardant à l’esprit leur grande sensibilité a l’exactitude de modèle synoptique (GFS ou ECMFW) qui les alimente. Je n’oublierai pas que l’excellent poseidon, en plus de l’hypothèse NH et d’un relief moins grossier, n’est alimenté, en plus du GFS aux contours, que par une seule station au milieu de la mer Égée .

            Et même si, en méditerranée, je consomme du poseidon ou du arome (donc du NH, maille fine) avec une certaine confiance, je garde toujours un oeil sur les « vielles » cartes de prévision ou d’analyse de Narthwood (des synoptiques), surtout pour les cartes à 1700 et 5500m (750 et 500 hPa), à l’affut d’un « through » (talweg d’altitude) qui rentrerai dans le bassin car c’est alors l’heure d’aller prendre mes quartiers au bistrot du port, et de prendre à temps les dernières bonnes places du port..

            Bien sur, au printemps, à la mise en route du bateau, je relis Frank Singleton et ses critiques décourageantes sur les modèles trop fins.

            Et au final, Il arrive que les météo du port et celle de la VHF (je suis en Bretagne) divergent trop. Les prévisionnistes (dans les années 1990) connaissaient bien ces biais de certains modèles (le leur compris) dans certaines situation et n’hésitaient pas à regarder les produits de la maison d’en face avant de produire leur bulletin. L’expérience du prévisionniste ..., mais de notre coté on peut aussi regarder plusieurs sources et se méfier des situations de désaccords.

            PS : pour ceux que ça pourrait amuser, j’ai quelque part un article de MetMar à propos de la route du Rhum de 2003 (en tout cas celle qui a cassé fort au départ) dans lequel il est rappelé que la précision contractuelle est : 2B et 12 heures. Se prendre un force 9B douze heures trop tôt, ça le fait.

            Répondre à ce message

            • à maille fine de 0,1°

              Merci Yves

              Pour les non spécialistes, et j’en suis, c’est un vrai progrès que de pouvoir calculer avec une définition de 0,1°...
              Quand nous sommes arrivés en Mer Egée, en 2001, le meilleur de la définition donnée était de deux zones pour la mer Egée, par les allemands de Hambourg en RTTY, sous BLU (quand elle voulait).

              Notes qu’on étaient moins longtemps au bistrot, mais, plus souvent... On sortait le bout du nez pour savoir si çà le faisait et si par malheur, çà ne le faisait pas, fissa, fissa... retour au port et... au bistrot

              J’ai l’impression de ratiociner comme un vieux débris, là... Mais en fait l’énorme progrès concernant les prévisions à bord, vient peut être plus de l’évolution des potentiel de communication que de ceux des météorologues

              Pendant 4 ou 5 jours, je mes suis trouvé sans connexion 3G en Italie... J’ai bien failli remonter ma vieille BLU !!!

              Michel

              Répondre à ce message

  • La précision des grib à haute définition

    Ce matin, grâce aux 3.400 m de l’Etna, la mise en évidence de cette précision, avec un flux de NW, perturbé par la situation de la montagne. Le relevé se situe en mer, à une dizaine de milles au SE de l’Etna :

    • Pour les GFS à 22 km, le vent synoptique est au NW à 13 nds, et l’effet topographique ignoré
    • Pour les ECMWF à 9 km, le vent est détourné à l’Ouest et atténué à 9 nds
    • Les NEMS à 4 km, intègrent l’effet topographique, et la pertubation au niveau du sol, avec un retour d’Est et 6 nds de vent
    JPEG

    Répondre à ce message

Répondre à cet article

UP

Copyright et informations légales