image
image
image

Votre IP : 54.224.166.141
Dernier ajout : 22 septembre
Visiteurs connectés : 12

image Conception
Développé sous SPIP
Informations légales

image
image
Recherche image

Pratiques et Techniques de la Plaisance

image

Accueil du site > Forum technique > L’électricité à bord -forum- > Batteries > haut voltage batteries à quai

Rubrique : Batteries

__________________________________________________________________________________________________________________

haut voltage batteries à quaiVersion imprimable de cet article Version imprimable

Publié Février 2017, (màj Février 2017) par : Cybèle 17   

Copyright : Les articles sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent pas être reproduits en partie ou totalité sans leur accord
S'identifier pour s'abonner par mail

Bonjour.
je vis à bord en permanence (en hiver) à Stockholm et suis donc branché sur le quai, avec un système Mastervolt : chargeur-inverseur et transfo d’isolement. Il fait -6 ce matin. Brusquement le voltmètre se met en alarme et indique 14,90 à 15 V pour le parc batteries, aussi bien moteur que servitude. j’ai coupé l’alim quai. Je précise que c’est le 3ème hiver de la sorte.
Que se passe-t’il ? Je sais que certaines de mes batteries de servitude sont à bout de course, et j’ai déjà acheté les nouvelles batteries, mais je voulais les installer juste avant mon prochain départ fin avril.
François sur Cybèle 17

UP


Répondre à cet article
(pour répondre à un message en particulier, voir plus bas dans le fil)

27 Messages de forum

__________________________________________________________________________________________________________________

__________________________________________________________________________________________________________________

  • 25 février 2017 13:29, par yvesD écrire     UP Animateur

    Peux-tu préciser :

    • type de batterie (et nombre, capacité) : type VRLA, GEL, AGM, OLA ?
    • -6 °C dehors mais dans le compartiment batterie, sur la balkelite des batteries, sur l’électrolyte (si OLA bien sur), ça devrait être la température de l’eau de mer, au pire 0 °c, non ? La règle de compensation des températures prévoit d’ajouter 25 à 30 mV lorsque la tempérture ambiante diminue de 1 °C. Ainsi un 13,8 V à 20 °C (c’est par ex un float pour un constructeur) devra devenir 13,3 à 13,2 V à 0 °C
    • monter à 14,9 - 15 V pour des OLA c’est très acceptable, pour des GEL c’est dangereux. De plus si c’est 15V à 0 °C ça devient (== c’est équivalent) 15,5 à 15,6V à 20 °C et ça c’est beaucoup trop (sauf égalisation, mode a forcer par l’utilisateur)

    Le système mastervolt aurait-il déliré ? une période de repos, un reset, ... devrait le faire
    Un parc servitude et un parc moteur qui dégagent en même temps, c’est miraculeux, non ?

    Répondre à ce message

    • 25 février 2017 14:17, par Cybèle 17 écrire     UP     Ce message répond à ...

      merci de ta réponse
       Moteur : 1 bat PbCa 105 A de 7 ans, OK
       Servitude 5 bat Varta professionnal Deep Circle 100 A de 3 ans dont 3 faibles et 2 presque mortes(diagnostic en decembre par électricien bord). J’ai gaffé sur la surveillance de la décharge. maintenant je sais...coùt = 5 bat neuves....
       tempé batteries 5° mesurée au Mastervolt
       j’ai laissé reposer jusqu’à il y a une heure, et rebranché le quai : tout est revenu normal, 2 parcs à 13.5V
       le quai a toujours été à 205V seulement (plusieurs bateaux sur les pontons, et bcp de chauffage
       le Mastervolt ne m’a jamais trompé, donc il pourrait làcher un jour. Comment le tester ?

      Répondre à ce message

      • 25 février 2017 18:49, par yvesD écrire     UP     Ce message répond à ... Animateur

        Moteur : 1 bat PbCa 105 A de 7 ans, OK

        ça c’est du classique, ça peut tenir 15V à 20 °C sans problème. L’électrolyte est sans doute accessible mais certaines PbCa sont VRLA (scellées). Je ne sais comment se dit ’pèse acide’ en suédois mais le juge arbitre d’une ’ouverte’, il est là.

        Servitude 5 bat Varta professionnal Deep Circle 100 A de 3 ans dont 3 faibles et 2 presque mortes(diagnostic en decembre par électricien bord). Ce sont des AGM

        Avec gogol(Varta AGM deep cycle tension absorption) je tombe sur :

        Note pour charger
        · Utilisation de technologie de charge avec compensation de température et fonction IUoU.
        · Courant de charge : idéalement, 25% de la capacité de la batterie
        · Tension de charge : Tension Absorption = 14,8 V à 25C / tension Float = 13,4 V à 25 ° C

        Dans tous les cas c’est ’bonne pioche’ : en réglant le chargeur pour avoir du absorption=14,8V, tu vas complètement charger les servitudes et très légèrement sous-charger la moteur mais sans l’endommager sérieusement réellement. On peut peaufiner mais très peu (occasionnellement un coup de 15V uniquement pour la moteur)

        j’ai laissé reposer jusqu’à il y a une heure, et rebranché le quai : tout est revenu normal, 2 parcs à 13.5V

        Super, espérrons qu’elles tiendront jusqu’à la date prévue de la mise en service des nouvelles.

        le quai a toujours été à 205V seulement (plusieurs bateaux sur les pontons, et bcp de chauffage
        le Mastervolt ne m’a jamais trompé, donc il pourrait làcher un jour. Comment le tester ?

        Je ne pense pas que de nos jours un chargeur puisse râler à 205V, ils sont maintenant doté d’alim à découpage en entrée pour accepter entre 105 et 250 V depuis le réseau. A vérfier sur les specs du mastervolt.
        ça reste de l’électronique et du logiciel, ça peut toujours planter un jour, le tout est d’espérer s’en apercevoir à temps et sans dommage (l’alarme a bien fonctionné) ... et de mettre la poussière sous le tapis. Pas de quoi s’inquiéter s’il ne recommence pas (pas trop souvent ;-) )

        une remarque  : les tensions Varta sont données à 25 °C (pourquoi pas) mais la plupart de la littérature évoque des tensions à 20 °C . Pour passer de 25 à 20 °C il faut ajouter 1,25 à 1,5 V 0,125 à 0,150 V (c’est 25 à 30 mV par °C)

        Répondre à ce message

  • 26 février 2017 09:58, par Cybèle 17 écrire     UP

    24 heures après , tout reste normal. Embètant dans la mesure où cela pourrait revenir en mon absence.De plus le branchement du Mastervolt est fait de telle sorte que s’il est coupé, je n’ai plus de 230V à bord.Je ne peux donc pas couper le chargeur de batteries et garder du chauffage...

    Répondre à ce message

    • 26 février 2017 10:43, par yoruk écrire     UP     Ce message répond à ... Animateur

      Vouiiiii... embêtant dans un pays froid.

      Il y a peut être une solution pour maintenir du 230 tout en coupant le convertisseur. Je ne l’ai pas adoptée, mais elle est recommandée. Comme vous, nous vivons à bord, mais dans des conditions climatiques plus tolérantes (Riposto en Sicile).

      • J’ai monté deux circuits 230 qui ne se croisent en aucun cas : celui du chargeur, Cristec, et celui du convertisseur, Mastervolt.
      • Mais on peut aussi opter pour un circuit avec deux sources (quai et convertisseur), et une dérivation vers le seul circuit 230 protégé en aval par le disjoncteur. un interupteur trois voies distribue le courant depuis un circuit ou l’autre, jamais les deux en même temps
      • Partant de ce principe, ne peut on imaginer pour votre cas une modification de la source avant le chargeur/convertisseur, en installant depuis le quai un interrupteur trois voies, distribuant le 230 du quai vers le Mastervolt ou vers le radiateur. Ce qui vous permettrait d’isoler le chargeur tout en continuant à chauffer
        Michel

      Répondre à ce message

      • 26 février 2017 11:19, par Cybèle 17 écrire     UP     Ce message répond à ...

        Bonjour Michel
        Vu les températures ici, tout le monde a deux lignes de quai, une pour le bateau avec un radiateur 2000W, et une autre protégée par un disjoncteur , isolée du bateau, et avec un deuxième radiateur 2000W. En dessous de -6 on allume le Refleks.Bien sùr on chasse le gaspi et on isole+++
        Un peu HS, J’ai commis un petit post sur le sujet dans mon blog :
        http://les-voyages-de-cybele.blogsp...
        Mais je dois me pencher sur ces branchements, car je n’aurai pas toujours la chance d’avoir deux lignes...
        Amicalement
        François sur Cybèle 17

        Répondre à ce message

  • 6 mars 2017 19:03, par Cybèle 17 écrire     UP

    re-bonjour. l’alarme a re-sonné ce matin, au moment où il y a eu un gros soleil (si, si !!!) juste au centre de notre anticyclone norvégien , qui nous a donné ensuite des vents violents de NE.Peut-on envisager une panne du régulateur des panneaux solaires ?

    Répondre à ce message

    • Coucou, je reviens sur le sujet, à Tromsø cette fois-ci. Batteries servitude bien chargées après absence de quelques semaines. Sans aucun branchement au quai, éolienne et panneaux connectés :vent 25 Kt= alarme à 15,2V. Je coupe l’éolienne : 13.2 au bout de quelques minutes. Je laisse les panneaux seuls branchés. Ce matin grand soleil entre 2 tempètes de neige, nouvelle alarme à 15,2. Je repose ma question de nul en éléctricité : problème de régulateurs ? comment les contrôler ?
      je précise que l’alarme du bord sonne violemment quand je dépasse 14,7V ...
      Amicalement

      Répondre à ce message

      • Problème de régulateur semble la bonne piste, mais quel régulateur ?
        Puisque tu as coupé ton éolienne et que malgré tout un grand soleil fait remonter les batteries à 15,2V on est en droit d’incriminer le régulateur qui s’interpose entre les PV et la batterie, et qui ne fait pas son boulot.
        A-t-il perdu la consigne de ne pas dépasser 14,7 V (configurable en fonction du type de batterie q’il régule/protège) ou est-il franchement en panne, je ne sais. Le test va dépendre du modèle de régulateur (un MPPT ? de quelle marque/type),

        rappel  : un (régulateur) MPPT agit d’une part coté PV pour les forcer à donner le meilleur, en enfumant l’impédance pour que l’énergie fournie par le PV soit optimale, et d’autre part il agit sur la sortie (vers les batteries, il sait élever ou abaisser la tension au besoin) pour assurer une charge conforme aux heuristiques UiUo (courant constant et maximum aka boost, puis tension constante et courant décroissant aka bulk, puis régime d’entretien autour de 13,3-13,6V aka float). Cette charge en 3 ou 4 étapes et les MPPT sont un thèmes récurent des articles de fond de PTP, à retrouver sans doute dans « Articles > L’électricité à bord » ou par le moteur de recherche avec MPPT ou chargeur

        Un fonctionnement normal avec des batteries bien chargées (après des semaines de charge ...) serait d’avoir, en sortie de régulateur, une tension de l’ordre d’un float (13,3 à 13,6V selon la techno de batterie) et un courant franchement faible (très peu d’ampères). Trouver 15,2 ou même 14,7V (et très peu d’ampères, j’insiste) n’est pas normal avec des batteries bien chargée, sauf si elles fuient bien sur (== plutot morte et alors l’énergie sert surtout à faire bouillir l’eau, la batterie consomme de l’eau et ça boue/bulle violemment, et ça doit être bien chaud). Sauf aussi si le régulateur pense qu’il est toujours en bulk (tension constante au délà de 14,4V, intensité décroissante vers qq A). Peut-être sa config qui lui dit comment détecter la fin de bulk est-elle pourrie.

        Le même raisonement s’applique sur le régulateur entre l’éolienne et les batteries. Le raisonement est toujorus plus facile lorsqu’un seul chargeur (éolienne, PV, chargeur de quai, alternateur autre) charge, car alors seul son régulateur voit la tension de la batterie et que cette tension, il est le seul à pouvoir l’influencer. A plusieur c’est un peu plus délicat à comprendre, quoique.

        Peux-tu préciser qui (quel composant, marque, type) assure la régulation pour chacune des deux sources (PV, éolienne) voir même des deux autres (alternateur, chargeur de quai) ?

        Répondre à ce message

        • Re-bonjour à tous. J’ai pu accéder à mes documents et mes batteries. Voici le système
           5 batteries AGM 100A Leoch LPC12-100 deep circle
           2PS avec régulateur Steca 2020 (PWM)
           1 éolienne avec régulateur SCR 12 marine
           système mastervolt avec chargeur-convertisseur Mass-combi 12-2500-100 (et un isolateur galvanique)

          Ce matin, grand soleil, pas de vent, courant du quai coupé, donc seuls les PS chargent : l’alarme sonne à 14.8V. Elle stoppe si je change l’orientation des PS.
          Le régulateur des PS a un cadran avec deux modes : le mode « voltage » indique 14.9V les icones montrent PS > Bat > consommateurs, et une icône de visage heureux. Le mode « SOC » (état de charge) clignote avec indication 7¨% et l’icône de visage triste. Et je ne peux changer la valeur du voltage. Je précise que les batteries de service ont été chargées sur le quai depuis 8 jours.Que se passe-t’il ?

          Répondre à ce message

          • Voir plus bas pour la lecture du manue : RTFM comme d’hab !

            L’indication de SOC par le régulateur des PV est sans doute du grand n’importe quoi. Je m’explique : ces régulateurs sont souvent prévu des installations microscopique dans lesquelles la consommation du bord est prise exclusivement sur un bornier load du régulateur, ledit régulateur étant bien sur relié à la batterie qu’il recharge (et qu’il débite par load), la batterie n’étant relié aux consommateurs du bord que par load. Ceci est parfait pour une toute petite installation avec des « load » microscopiques (qq A). Ton steca est de ce modèle là mais veut tu que tous les consommateur de ton bord ne voient les batteries qu’à travers le steca, j’en doute, du coup : problème

            Ainsi le régulateur peut voir absolument tous les coulomb qui passent du PV vers la batterie et aussi de la batterie vers la prise load et faire un bilan précis : le SOC
            Si bien sur tu t’amuses à tirer sur la batterie sans passer par load (sans que le régulateur le voit), SOC reflète ... n’importe quoi. Il en est de même si tu disposes (ce que je te souhaite) d’autres moyens de charge : les coulombs fournis à la batterie ne seront pas vue par le régulateur, là encore il dira n’importe quoi.

            Ces mêmes régulateur peuvent avoir un inverseur float / boost (j’en ai eu) et dans ce cas ceci expliquerai le 14,8V lu en sortie si le switch est sur boost. Cet inverseur peut laisser pantois, dans ton cas de délaissement du bateau pendant de longues semainjes la position float (entretien) s’impose. Bien sur s’il n’y a pas cet inverseur il faudra lire la notice du Steca 2000. Après RTFM j’en viens à soupçonner que le steca - très intelligent - prend lui même les décisions de faire du float ou du boost. Je suis très dubitatif quand à la pertinence/cohérence de ces décisions et même du choix de laisser le steca diriger tout (bon, sur un muscadet ça devrait le faire)

            Personnellement je ne citerai que des tensions mesurées par un voltmètre digne de confiance et dont les batteries sont récentes. Si bien sur la mesure concorde avec celle affichée au STECA c’est parfait.

            Ton alarme est-elle réglable pour son seuil de déclenchement, quelle marque/type est-ce ?

            Je m’aperçois que j’ai tout fait à l’envers, il faut toujours commencer par lire le manuel (RTFM) surtout qu’il est en ligne ( gogol(Steca 2020 manuel) est intarissable ). Et bien sur ton steca est super intelligent (autrement dit, y a 16 pages à lire et à comprendre ;-) ).
            On peut y configurer des batteries GEL ou ouvertes au plomb (OLA). p. 14 il est précisé les tensions qui peuvent sortir du régulateur, avec du gel le float est à 14,1 V et le boost est à 14,4 V, pas de 14,8V là dedans. Bien sur s’il est configuré en electrolyte liquide (OLA) ça devent 13,9 et 14,4 (et aussi un 14,7 qui ressemble au 14,8 que tu constate, mais là c’est de l’aglisation automatique, un poil dangereux même avec du plomb). Serait-il configuré par erreur en OLA plutot qu’en gel ? pas top pour les gel de leur appliquer des tensions élevées.

            De plus la page 15 suggère que l’engin hyper intelligent prend lui même les decisions de faire du boost ou du float en fonction du SOC qu’il calcule (calcul erroné, voir ci-dessus). Une explication plausible est que vu le SOC très faible ton steca décide filer un vieux coup de boost, d’où les 14,8V (ça devrait être 14,4 avec GEL)

            Désolé, je crois que tu ne va pas y couper de lire et de comprendre les 16 pages du bourrin.

            PWM pas MPPT

            Répondre à ce message

            • Bonjour yves. Bien sùr que j’ai lu le f.....g manuel, sur papier et sur gooogle . Je suis bien en gel. Je comprends la mauvaise valeur du SOC et la différence de lecture entre SOC et Vol. mais je voudrais juste pouvoir éviter une trop grosse charge. Ce ne semble pas possible de la régler sur le Steca, mais je suis une bille en electricité.
              L’alarme vient du tableau général avec un indicateur VDO que je vais essayer de comprendre. Un MPPT serait-il plus intelligent, comme je crois avoir lu sur l’exxxcellent PTP ?
              Amicalement

              Répondre à ce message

              • Je suis bien en gel

                D’azprès le manuel (vers la fin), une tension de 14,8V est improductible en gel. Y a quelque chose qui cloche là dedans. Et d’ailleurs la page 14 dit que Chargement d´ampification (boost) ; pour 2:00 h donc les tensions élevées sont limitées en durée (2 heures) ce qui est raisonable. N’est pas précisé l’hystérésis du cycle/

                Ma piste reste que le steca, constatant un SOC très bas, décide de mettre un coup de boost. Est-il possible de ne pas suivre aveuglément ce SOC mal calculé et pas pertinent puisque d’autres chargeur interviennent dans la charge (et la régulation) des batteries : il semble que oui.

                J’ai parcouru attentivement la doc (c’est pas une lectureprofonde, réservée au propriétaire ;-) et j’ai noté :

                • page 8 : Si un des paramètres n’a pas pu être enregistré, parce que p. ex. un consommateur ou une source de charge sont directement raccordés à la batterie, la valeur du SOC calculé est fausse. Vous pouvez changer le mode de réglage du régulateur pour avoir une commande de tension plus simple, voir chapitre 6.2.
                • page 10 (le 6.2), il semble qu’on puisse renoncer à la régulation selon SOC et se contenter de la régulation selon la tension (ce qui devfrait te convenir) Pour une régulation de commandée de
                  tension (UoL), seuls les seuils de tension fixes seront utilisés et l’affichage sous forme de
                  colonnes SOC est éteint dans toutes les fenêtres
                  .
                • § 6.5 preset non pertinent, il faut invalider le mode SOC t : La configuration de base est : Commande SOC / accumulateur gel / veille pendant la nuit arrêtée
                • page 11 : Faute de communication avec ballon de stockage interne (EEPROM). Carrément surréaliste cette traduction automatique, savais pas que Steca était chinois ou pire ;-) bien que page 13 sous garanties légales En vertu des dispositions législatives allemandes en vigueur,
                • la page 15 donne des valeurs de déclenchement automatique en mode tension (.vs. SOC) qui devrait convenir

                Mais il reste que ce 14,8 impossible à produire, tu l’as constaté. Pour moi ça s’appelle une panne, et ça implique le vendeur, non ?

                Une autre source d’information est les multiples mesures de tension d’entrée et de sortie, de courant d’entrée et de sorti décrites page
                Que vois-tu lorsque tu es à 14,8, les courants sont à préciser.

                PS : FMR c’est fucked manual read

                Répondre à ce message

              • Un MPPT serait-il plus intelligent, comme je crois avoir lu sur l’exxxcellent PTP ?

                NON, dans la description de ton problème, le problème n’est pas lié au fait que le steca soit un PWM (il charge la batterie avec des impulsions plus ou moins longues).
                Un MPPT te permettrait d’optimiser le fonctionnement de tes panneaux solaires en adaptant son impédance de manière à ce que le PV produise avec un I et un U tels que IxU (l’énergie) soit maximal. Tu pourrais gagner en théorie 30 % pendant la phase boost, et en pratique au mieux (mais c’est déjà bien) 20% à cause des pertes, du rendement, mais le problème n’est pas là.
                L’excellent PTP contient un excellent article sur ces MPPT, cité un peu plus haut et qu’il faut arriver à comprendre pour en tirer toute la substantifique moëlle

                Répondre à ce message

  • 26 mars 19:16, par Cybèle 17 écrire     UP

    Euh ! d’abord merci pour ce long exposé. Malheureusement je suis en train de réanimer mon boat sous la neige, et les régul sont dans un coffre sous couchette remplie de voiles. Les docs sontaussi enterrées dans un autre coffre. Je reviens vers toi au plus vite !
    pour le fun :https://les-voyages-de-cybele.blogs...

    Répondre à ce message

  • 28 mars 13:26, par aikibu écrire     UP  image

    Bonjour

    Apres avoir lu la desription de l’installation d’un alternateur de ligne d’arbre sur ce meme blog ( je n’ai pas reussi a le retrouver)je voudrais avoir une precision qur le fonctionnement du controleur mppt « flexmax FM 60 ».
    Comment peut il dissiper le surplus de courant debite par l’alternateur d’arbre alors qu’il ne possede pas de bornes « load » pour alimenter une resista’ce de delestage.....
    Pas mal d’autres « mppt » du meme niveau de prix en possedent ( sans pour cela etre sur que ces bornes vers resistance soient etudiées pour le delestage..) mais ont d’autres manques , notament le reglage manuel des niveaux d’absorbtion et de float...
    Pedant que je suis a vous faire part de mes interogations, est ce que ce mppt FM 60 peut etre monté sur une turbine hydro (alternateur d’arbre)... ? Et si non, qu’elles en seraient les raisons techniques , pour etre moins bete ce soir
    A tout hasard je vous signale avoir trouvé le FM 60 chez « fangpusun.com » moitie du prix courant europeen ou americain, meme chose pour l’alternateur, mais faut creuser.....

    Répondre à ce message

    • Concernant des post sur PTP au sujet des arbres et l’électricité j’ai retrouvé ça

      et aussi ceux là :

      et sans doute bien d’autres encore, peut-être même que la perle s’y trouve ;-)

      Répondre à ce message

    • dissiper le surplus de courant

      Ah, pour ça aussi j’ai appris des choses du PTP.
      J’ai retenu qu’à l’inverse des vieux régulateurs d’arbres (ou de PV) qui débitaient l’excédent dans une résistance ballast surchauffée, les modernes régulateurs font le boulot sans ballast et donc sans chauffe, l’excédent d’énergie est tout simplement pas produit, si les batteries sont pleines la sources est invitées à ne plus produire
      C’est d’ailleurs ce qui se passe déjà avec nos alternateurs de moteur (et nos A2B) dans lesquels la tension de la batterie, lorsqu’elle est trop élevée, conduit le régulateur à cesser d’exciter l’inducteur, du coup l’induit (le stator) ne produit plus : rien à dissiper dans la nature, pas de gasoil bêtement transformé en chaleur.

      Avec un MPPT : mis à part l’ajustement de l’impédance (que je ne rappelle pas) d’entrée du MPPT par lui même pour inciter le PV à produire le plus d’énergie possible (le meilleur I et V que ce dernier va fabriquer), le MPPT à un rôle de chargeur 3 (ou 4, ou plus) états du type UIUo. Ce rôle il le joue en palpant la tension à sa sortie (c.a.d à l’entrée de la batterie) et en adaptant la quantité d’énergie (I x U) qu’il impose à la batterie (pour sa réaction chimique ou pour hydroliser de l’eau en fin de cycle, voir notre excellent article commun). Bien sur le MPPT n’a aucune possibilité d’agir sur l’ensoleillement (ça se saurait), il ne peut qu’agir sur son impédance d’entrée, histoire de faire croire au PV que la batterie est décharge, assez chargée ou vraiement chargée. Et du coup (c’est ce qu’on m’a expliqué dans les post sur PTP) il n’y a pas d’énergie produite en trop, à dissiper. Et bien sur le PV ne chauffe pas.
      Accessoirement, ne pas oublier le rôle de convertisseur de tension CC qu’à le MPPT (comme le A2B) : il prend la tension continue d’entrée, il en fabrique de l’alternatif, il passe cet alternatif dans un transfo virtuel et variable pour obtenir la tension alterantive de sortie visée puis il la redresse pour obtenir la tension continue qu’il vise (et qui plaira à la batterie)

      Avec un alternateur d’arbre, je connais moins (j’en ai pas) mais mon neurone me dit que le régulateur (entre alternateur et batterie) agit comme avec un alternateur classique : il force ce dernier à produire peu (du float) en lui faisant croire qu’on est à 13,3 V. J’ai surtout retenu que là encore il n’y a pas d’excédent produit, encore que j’ai un vague souvenir d’un débrayage de courroie d’arbre ... à retrouver.

      Répondre à ce message

      • J’ai fait tout comme tu me suggeres, ceux là et d’autres, mais je n’ai toujours pas trouvé le post specifique que je cherche où il est question d’un alternateur d’arbre « freedom PMG 12v hydro » avec regulateur « MPPT outback FM60 » à poste en fonctionnement .
        Tant pis je vais commander ce matos en chine où les prix pratiqués sont beaucoup moins cher, evidement puisque ce sont eux les fabricants....
        Tes renseignements viennent heureusement confirmer ce choix , mis en doute par un article de « orion » en 2012 qui parlait de resistances de delestage ce qui me parraissait normal et logique, mais l’electronique .......a fait des progrès depuis sans doute, c’est d’ailleurs pour ça que je suis en froid avec les electrons, qui ne sont pas tres logiques, l’electronique fausse tout...
        Pour ceux interresés par ce matos voir « solar1@fangpusun.com » et, helas, je n’ai pas d’actions en chine.*
        Par contre je joint le plan de cablage de l’alternateur et pense inclure le regulateur entre le redresseur.et la batterie du schema, rouge au rouge et bleu au bleu....mais me demande comment l’electronique peut se debrouiller ... ??
        Si par hasard le terme de « guage » signifie quelque chose à quelqu’un ça m’interresse car je n’ai pas trouvé dans le dico...( 12 guage et plus bas 6guage... ???) meme dans les mesures AWG, pas trouvé...

        Répondre à ce message

        • guage, je ne sais mais gauge est un mot anglais qu’on trouve très fréquement dès qu’on parle de diamètre de câble. Là où nous, continentaux, parlons de 6 carré ou de 70 carré, les insulaires et leurs anciennes colonies parleront de gauge 24 ou bien de gauge 0 et parfois de AWG
          Demande à gogol, il est intarissable là dessus.

          Répondre à ce message

        • Je n’ai pas abandonné l’idée de comprendre ;-)
          J’ai trouvé pas mal de choses avec le lien vers le deuxième alternateur(d’arbre) dont les débats sur l’interruption électrique entre la sortie de l’alternateur d’arbre et les batteries et/ou la mise hors service de l’alternateur d’arbre (poulie débrayable, crabot) vers la fin du fil. J’en ai retenu qu’on peu se fier à la regulation./excitation internet et native dans l’alternateur y compris lorsqu’on marche au moteur.

          Dans les documents que tu proposes le premier traite essentiellement du « rectifier », le redresseur qui a partir de courant alternatif tri-phasé fabrique du courant continu (ou au moins de l’alternatif redressé avec toutes ses alternances de même polarité, comme en sortie du pont à 6 diodes interne aux alternateurs de nos moteurs). Il parle essentiellement de « rectifier » et très peu de gestion de la charge des batteries sauf dans l’avant dernier paragraphe : The rectifier can handle high voltage but does not limit voltage outpuut. A charge controller will keep the batterie from overcharging c.a.d le redresseur peut supporter des tensions élevées mais ne limite pas les tensions à la sortie. Un contrôleur de charge protégera les batteries d’une surcharge

          Donc :

          • l’éolienne limite sa production de courant (et sa tension) à l’aide de son régulateur interne
          • un redresseur externe produit du CC à partir de l’AC triphasé
          • un contrôleur de charge doit s’interposer entre le redresseur et les batteries pour gérer correctement la charge de ces dernières et éviter les tensions trop importante. Juste pour éclairer : un A2B est un controleur de charge même s’il n’est pas pertinent pour l’usage visé ici

          Enfin, PMA dans le contexte des éolienne est un Permanent magnet alternator (générateur à aimant permanent, ce qu’on sait faire maintenant avec toutes ces terres rares dont on dispose), c’est bien notre alternateur d’arbre à aimant permanent, notre éolienne nouvelle génération. gogol(PMA 3 phase turbine) en cause.

          Du coup j’ai une petite hésitation sur (ma compréhension de) l’excitation commandée par un régulateur et j’ai même un neurone qui hurle avoir lu quelque chose là dessus sur PTP, et j’ai encore des confusion entre les alternateurs moteur (à inducteur bobiné et excité, et régulé) et les générateurs à aimants permanents
          A suivre donc

          Répondre à ce message

  • 30 mars 19:25, par aikibu écrire     UP  image

    Flute, j’ai oublié de joindre le schema, et meme en essayant « modifier » ça ne marche pas ..
    donc voici, peut etre faut lire « gauge » au lieu de guage et donc on aurait AWG 12 = 4mm.. ?

    JPEG

    Répondre à ce message

    • J’ai enfin retrouvé l’article cherché grace au systeme prconisé, avec le + devant .
      C’est une reponse de « joopi » à un article de« orion » le 7 juin 2017...
      mais comme ils ont une installation qui fonctionne (joopi et orion) je leur demande un petit schema car je suis un peu largué dans tous les conseils et recommandations, delestage ou non, interrupteur sur excitation ou sur autre chose ...etc...
      Merci encore...mais je n’ai pas fini vraisemblablement de vous demander des renseignements ..

      Répondre à ce message

  • 2 avril 18:33, par aikibu écrire     UP  image

    Grace à tes conseils eclairés, j’ai enfin trouvé l’article que je cherchais, il s’agit d’un article de « orion » de juin 2017 dans lequel « joopi » decrit son installation alternateur PMG et controlleur FM60.....mais il manque les schemas de cablage ,
    En effet je suis un peu perdu dans tous les renseignements et recommandations ...
    Delestage, interrupteur sur l’excitation, prise de temperature..etc...qui se contrdisent un brin, alors qu’un bon croquis.......leve les doutes..et en marine le« lever de doute » est primordial !
    Nous verrons bien si quelqu’un aura l’obligeance, de se fendre du schema esperé ,meme à main levée,sinon ce sera à vue de nez...
    J’ai comme l’impression que le PC va fumer.....

    Répondre à ce message

Répondre à cet article

UP

Copyright et informations légales