image
image
image

Votre IP : 3.90.207.89
Dernier ajout : 18 juin
Visiteurs connectés : 17

image Conception
Développé sous SPIP
Informations légales

image
image
Recherche image

Pratiques et Techniques de la Plaisance

image

Accueil du site > Forum technique > L’électricité à bord -forum- > Câblage > Rénovation circuit éléctrique primaire

Rubrique : Câblage

__________________________________________________________________________________________________________________

Rénovation circuit éléctrique primaireVersion imprimable de cet article Version imprimable

Publié Décembre 2018, (màj Décembre 2018) par : Ido   

Copyright : Les articles sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent pas être reproduits en partie ou totalité sans leur accord
S'identifier pour s'abonner par mail Inscrit aux forum vous pourriez transmettre cette page à un ami plaisancier

Bonjour.

Je viens d’acquérir un voilier d’occasion Granada 375, coque plastique.
Je souhaite revoir le circuit électrique, qui nous a joué des tours cet été.

Après m’être plongé dans des livres, des sites internet (dont celui-ci très intéressant) et au fond du bateau, je suis parvenu à réaliser ce plan du circuit actuel (schéma A)
A priori il ne me paraît pas aberrant. mais je m’interroge sur le branchement d’une batterie de service sur la sortie du régulateur du panneau solaire.

Et voici le plan de ce que je me propose de réaliser (schéma B). Les modifications ne sont pas considérables. Mais cela me permettra de mieux connaître mon bateau.
Principales modifications : changement du système de panneaux solaires, intégration d’un controleur de batteries BMV700 (pour celles de service) et, si vous m’en confirmez l’intérêt, installation d’un coupleur Cyrix entre la batterie moteur (et guindeau prochainement) et les batteries de servitude.

Merci d’avance pour vos conseils.

(Je joins les schémas dans le prochain message)

UP


Répondre à cet article
(pour répondre à un message en particulier, voir plus bas dans le fil)

8 Messages de forum

__________________________________________________________________________________________________________________

__________________________________________________________________________________________________________________

  • 1er décembre 2018 17:37, par Ido écrire     UP

    Voici le schéma A.

    JPEG

    Répondre à ce message

  • 1er décembre 2018 17:38, par Ido écrire     UP

    Et voici le schéma B, cible.

    JPEG

    Répondre à ce message

    • 1er décembre 2018 19:30, par yvesD écrire     UP     Ce message répond à ... Animateur
      • Le répartiteur à diode (en sortie d’alternateur) gagnera beaucoup (dont 0,6V de chute de tension) à être remplacé par un répartiteur électronique, sans chute de tension, tel que le cyrix (ou équivalent). Les deux sont présents dans votre schéma, c’est inutile (contradictoire ?)

      Ce cyrix remplace mutatis mutandis le répartiteur à diode, et en général on le dessine plus près des batteries pour bien illustrer que c’est les batteries qu’à l’occasion (par oppostion à « tout le temps ») on met en // . L’alternateur charge alors directement un des deux parcs (le plus souvent c’est le MOT), l’autre parc bénéficiant de la charge de l’alternateur lorsque la tension aux bornes de MOT dépasse 13V et des poussières (on dit aussi « lorsque MOT parait chargé »)

      Vous envisagez un PV pour charger une partie des batteries de servitude (et aussi une éolienne pour charger d’autres batteries de servitude), ce qui sous-entend que vous avez deux parcs de servitudes, isolé l’un de l’autre la plupart du temps. Un cyrix entre les deux permettra à l’autre (celui qui n’est pas sur PV) de profiter à l’occasion de la charge solaire dont bénéficie l’un (c.a.d lorsque la tension de « l’un » dépasse 13V+, on dit aussi « lorsqu’il est chargé »).
      Dans votre montage, le deuxième parc de servitude (« l’autre ») est chargé par l’éolienne, et lorsque sa tension dépasse 13V+ « l’un » (celui des PV) est mis en // avec lui.
      Ca peut sembler résoudre le problème classique de la régulation de deux sources de charge (ici PV et éolienne), régulation souvent aléatoire lorsque ces deux producteurs chargent les mêmes batteries. Je ne suis pas certain que cette régulation sera améliorée avec deux producteurs chargeant deux parcs séparés reliés entre eux par un cyrix. ça peut le faire, qui sait, pas moi. C’est un problème beaucoup débattu sur PT, à relire.

      Il est utile d’interposer aussi un cyrix entre le groupe servitude (groupe = 2 parcs + cyrix entre les deux) et le parc moteur, histoire de :

      • recharger (avec PV ou éolienne) les MOT lorsque les SERV sont bien chargées
      • recharger les SERV avec l’alternateur lorsque les MOT sont bien chargées

      Et ce cyrix là existe déjà dans votre schéma, parfait

      A propos de la priorité (sur votre schéma) associée au chargeur de quai, il n’y en a pas : les deux parcs subissent la même tension tout en restant isolé l’un de l’autre (diodes entre les sorties du chargeur)
      Lorsque les deux parcs (MOT et SERV) sont reliés aux deux sorties du chargeurs, les deux parcs seront chargés selon les caractéristiques (tension d’absorption, tension de float) propres (caractéristiques de, définies par le réglage du type de batterie dans le chargeur) à la même techno pour les deux sorties. Si vous deux parcs sont de même techno (la photo le suggère), c’est parfait, Dans le cas contraire vous risquez qu’un parc soit sous chargé (ou surchargé) de manière endémique, à gérer au cas par cas y compris en débranchant un parc à l’occasion lorsque les autres producteurs font bien leur boulot

      Enfin, concernant le 230V à bord et l’éventuelle connexion du vert-jaune du quai à la masse (anode) de votre bord et au NEG de vos batteries, relisez avec intérêt l’article http://www.plaisance-pratique.com/2... (isolé, isolateur galvanique, transfo d’isolement). Prudence : article à comprendre avant d’entreprendre ...

      Bon courage.

      Répondre à ce message

      • Bonjour.

        Et merci pour votre réponse, que j’étudie avec attention.

        Deux précisions :
        - Il n’y a pas deux parcs de servitude. Les deux batteries de servitude sont bien reliées en parallèle. La confusion vient sans doute du fait que mon schéma représente la configuration réelle. La batterie moteur et la première batterie de servitude sont dans un coffre, la seconde batterie de servitude, reliée en parallèle est dans un autre coffre.
        - Il se trouve qu’actuellement l’éolienne est « physiquement » reliée à l’une des batteries de servitude (connectée en parallèle) et que le panneau solaire est connecté à MOT et à l’autre (mais par la sortie de charge (?)).

        J’ai bien noté ce que vous dites à propos du répartiteur à diode et je vais regarder ce point.
        Et lire l’article que vous conseillez.

        Encore merci. Pour quelqu’un qui entreprend de mettre le nez dans la question de l’électricité dans un voilier, vos conseils sont très précieux.

        Répondre à ce message

        • Don acte, un seul parc de servitude.
          Quelque soit la batterie de servitude à laquelle est connecté un (chacun des) producteur, celui-ci est réputé connecté à tout le parc de servitude.

          Par contre je comprend mal et que le panneau solaire est connecté à MOT et à l’autre (mais par la sortie de charge (?)).
          Est-ce que cette sortie de charge est la sortie « load » du régulateur de PV ? auquel cas vous reliez galvaniquement vos parc MOT et SERV (comme si vous mettiez un câble entre les deux) et vous n’avez donc plus qu’un seul parc, pas top pour la sureté de fonctionnement et du coup pleins de cyrix (tous) deviennent inutile, seul le porte-monnaie vous dira merci ;-)

          Il faudrait que votre régulateur ait deux sorties load isolées derrière une diode interne (un peu comme les 2 ou 3 sorties de votre chargeur de quai) pour que vous puissiez raccorder ce PV aux deux parcs sans risquer qu’il ne deviennent qu’un seul parc. En général on raccorde le PV au parc SERV en laissant le cyrix entre SERV et MOT assurer leur connexion occasionnelle, ainsi les deux parcs sont logiquement isolé, la sureté est renforcée.

          Répondre à ce message

          • Oui ! Je pense que ce que vous dite est l’explication des soucis que nous avons eus. La batterie MOT est reliée à la sortie du régulateur du panneau marquée par un dessin de batterie. La batterie de servitude est reliée à la sortie représentée par une petite ampoule ! Ce branchement était ainsi lorsque j’ai pris le bateau. Et je soupçonnais un problème.
            C’est pourquoi, dans mon schéma cible, je n’avais relié le régulateur du panneau solaire qu’à une batterie de servitude, l’éolienne à l’autre, et mis le Cyrix entre la servitude et MOT.
            Il me reste à comprendre ce que vous écrivez sur le répartiteur à diode et sur la masse. Je vais étudier cela.
            Peut-être aussi pouvez-vous me dire ce que vous pensez du contrôleur BMV700, et du branchement que j’ai représenté ?
            Merci pour cela.

            Répondre à ce message

            • Les régulateurs de PV ne sont pas adaptés à nos bord : en général les régulateurs de PV sont conçus pour des installations type camping car et ils ont la prétention d’être les seuls à gérer l’électricité à bord (argument économique).
              Ceci peut être vrai pour un camping car et est très souvent (toujours ?) inadapté pour un bateau (quoique pour un muscadet ...)
              En général, ils s’insèrent (à bord des camping car) entre le PV, la batterie (le symbole ’batterie’) et les consommateurs (le symbole ’loupiote’
              Les utiliser selon ce schéma est inopérant (euphémisme) pour un bateau.

              Une installation correcte (relire PTP, intarissable) pour gérer la complexité du bord comporte généralement :

              • un parc MOT pour le moteur (j’ai pas dit le guindeau mais ... si c’est raisonné)
              • un parc SERV pour les conso du bord (et y a pas que le frigo). Les batteries de ces deux parcs sont réalisées dans une techno adaptée (appropriée, OLA, Gel, AGM, LiFePo) à l’usage qu’on fait des parcs (relire energy beyond limit de Victron, et comprendre). Elles gagnent à être rechargées selon des phases boost/absoption/float déclenchées entre autre lorsque des tensions (d’absorption et de float) propre à la techno sont atteintes. On parle de chargeur 3 états (y a même des 4, 5, ... états, un poil marketting).
              • l’alternateur, producteur actif lorsque le moteur tourne. Il est équipé de son propre regulateur interne, bien suffisant pour une auto, tout à fait médiocre (sous performant) pour un bateau et ses batteries complexes (c’est pourquoi sur PTP on voit si souvent des régulateurs externes, Balmar ou autres A2B de Sterling ou équivalent). L’ALT est (généralement) raccordé au MOT et souvent un cyrix (ou équivalent) permet la charge de SERV dès que la tension (de MOT) atteind 13V+ (rappel : un cyrix est symétrique, il est passant dès que la tension d’un des deux coté dépasse 13V+, RTFM)
              • le chargeur de quai, producteur actif lorsqu’on est branché dans une marina, il a souvent plusieurs sorties mais une seule régulation appliquée à ces plusieurs sorties. Il est souvent bon pour SERV et pas pour MOT ou l’inverse. A choisir selon l’usage qu’on fait du bateau (débrancher/rebrancher les sorties selon l’époque de l’année est une option)
              • des dispositifs pour qu’un producteur charge deux parcs MOT et SERV sans pour autant interconnecter ces deux là en permanence (c’est le en permanence qui pose problème, pas vraiement de pb lorsqu’on est en charge). Parmi ces dispositifs on trouve l’antique répartiteur à diode (ne crachons pas dessus, il a été tellement utile autrefois, mais il est dépassé) ou le « répartiteur » électronique avec les diodes ad-hoc et le cerveau de poulet (aka le microprocesseur interne, lorsqu’il en a un) qui commande les ouverture/fermeture de connexion, c’est le cyrix (ou équivalent). Avec le cyrix, entre MOT et SERV, ce sont les parcs bien chargés (et surtout en cours de charge) qui charge l’autre. C’est entièrement piloté par la tension de chaque coté du cyrix, c’est simple mais faut comprendre le manuel (RTFM)
              • des producteurs tels que PV, éolienne, hydro-gen, etc. chacun équipé de son propre régulateur assez intelligent (3 ou 4 états, techno de batterie sélectable). Ils sont généralement raccordés au parc SERV, par construction, ils ne se déversent pas l’un dans l’autre car leur régulateur est équipé de diodes anti-retour. Par contre au niveau régulation, ils s’enfument l’un l’autre car la régulation de chacun dépend uniquement (presque) de la tension qu’il voit en sortie (la tension de SERV), tension qui dépend aussi des tensions imposées par l’autre producteurs, d’où méli-melo possible (relire PTP) et noeuds aux neurones. Les régulateurs peuvent être du type MPPT (relire PTP) histoire que la production du producteur soit bien adaptée à (état actuel, techno) la batterie qu’il charge : le 17V d’un PV est du pur gaspillage lorsque la batterie, déchargée, ne peut accepter avec profit que du 13V, le MPPT « converti » le 17V en 13V (y a des guillemets)
              • le moniteur de batterie (ici on connait bien le BMV 600 ou 700 et le expert pro) qu’on interpose entre le NEG général du bord et le NEG du parc SERV (et pas le NEG du parc MOT car hors sujet dans nos soucis batelesque, ce NEG là est raccordé directement au NEG du bord). Il compte les charges qui entrent ou qui sortent de la batterie, bien configuré il donne une bonne indication de l’état de charge, bien configuré il intuite même le rendement du tout et tient compte de la part des charges qui ne servent qu’à réchauffer l’atmosphère (err, l’électrolyte)
              • on pourrait mentionner l’antique « 1, 2, both » qui permettait de sélectionner manuellement la source d’énergie pour le démarreur (ou pour les consomateurs du bord), moi, mes parcs sont isolés par constructions et j’ai des (un seul) câbles volants de démarrage de camion si besoin (c.a.d jamais pour l’instant)

              C’est toute cette complexité que les régulateurs (distribués dans les producteurs) doivent gérer, souvent avec succès, parfois en faisant bouillir nos neurones (relire PTP). Voilà pourquoi un cerveau de poulet de régulateur de PV ne convient par à nos bord.

              Tout ces sujets sont individuellement traités ici ou là sur PTP, le moteur de recherche (en haut à gauche de chaque page) aide à retrouver. Ce texte n’est qu’une compile partielle de ce qu’on trouve sur PTP

              Bon courage.

              Répondre à ce message

            • Il me reste à comprendre ce que vous écrivez sur le répartiteur à diode et sur la masse.

              Ce problème de la la masse (la mer, souvent une anode accessible de l’intérieur de la coque), du moins (le zéro volt de référence pour la signalisation de nos nombreux appareils électronqiues, et aussi le moins des batteries) et le vert-jaune (la terre de protection des personnes que fournit le quai de nos marinas) ainsi que leurs interconnexions est abondamment traité sur PTP, dont la référence que j’ai donné il y a quelque ’post’

              Attention, faut comprendre avant de relier. Il y a des schémas qui sont mortels, d’autres qui bouffent les anodes, et d’autres qui sont ’safe’.
              Choisir le bon (le porte-monnaie à voix au chapitre)

              Répondre à ce message

Répondre à cet article

UP

Copyright et informations légales