image
image
image

Votre IP : 54.162.218.214
Dernier ajout : 20 septembre
Visiteurs connectés : 15

image Conception
Développé sous SPIP
Informations légales

image
image
Recherche image

Pratiques et Techniques de la Plaisance

image

Accueil du site > Forum technique > OpenCPN -forum- > Divers non classés OpenCPN -forum- > Pb Miniplex / instruments divers / OpenCpn

Rubrique : Divers non classés OpenCPN -forum-

__________________________________________________________________________________________________________________

Pb Miniplex / instruments divers / OpenCpnVersion imprimable de cet article Version imprimable

Publié 10 juin, (màj 10 juin) par : Lobs   

Copyright : Les articles sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent pas être reproduits en partie ou totalité sans leur accord
S'identifier pour s'abonner par mail

Bonjour...
Je suis pas sur de poster au bon endroit.
Toutes mes excuses par avance si je me suis trompé !

Mon probleme :
J’ai differents instruments a bord, toujours achetes plutot « au moins cher ».
Sans reflechir a la compatibilite.

* GPS traceur sondeur Garmin GPSMAP 498 [NMEA]
* Radio ASN AIS(rx) Radio Ocean RO4800 [NMEA]
* Bidata ST40 Raymarine (Speedo, profondeur) [SeaTalk]
* repeteur « Navman Repeat 3100 » [NMEA]
* Pilototo ST1000 [NMEA]

Pour doubler mes chances d’arriver ou je veux, j’ai un

* PC Asus T100 avec une « souris GPS » et OpenCPN (Cartes CM93)

Tout ca fonctionne separement plutot pas mal.
Ca fait l’taf quoi.

MAIS....
L’interet de tout ca serait que ca marche ENSEMBLE. (et/ou separement en cas de panne)
Interconnecter radio et GPS deja, pour avoir l’ASN et l’AIS

Bref... Finalement j’ai achete un

* Miniplex 2wi de chez Shipmodul [NMEA et SeaTalk]

en esperant tout interconnecter et tout retrouver sur le PC avec Opencpn.
Surtout : GPS, Radio, Bidata, repeteur et PC (windows)
(le Pilote, j’men fout)

Mais j’arrive a peu pres a rien....
Qqun connait ???????????????
Merci d’avance....
A+, Lolo

UP


Répondre à cet article
(pour répondre à un message en particulier, voir plus bas dans le fil)

71 Messages de forum

__________________________________________________________________________________________________________________

__________________________________________________________________________________________________________________

  • Bonjour,
    Est ce que, pour avancer le schmilblik, ce cablage vous semble bon ou pas ?
    MERCI
    A+, Lolo

    JPEG

    Répondre à ce message

    • Bonjour
      Je ne pourrai pas vous répondre personnellement.
      J’ai acheté cette version du miniplex wifi et je n’arrive pas à la faire fonctionner. Mon problème était différent du vôtre, je souhaitais partager l’AIS de ma VHF/AIS entre mon PC tournant avec OpenCPN et ma tablette android... D’où mon choix d’une ré émission WiFi....
      Je n’y suis pas arrivé
      Désolé,
      Michel

      Répondre à ce message

    • Résumé  : pour moi, tout ça baigne, depuis 2000 sur deux bateaux successifs.
      Moi, c’est un USB, pas un WiFi, ma sortie USB va vers le PC+OCPN

      Mis à part le fil de masse/référence/0GND votre schéma est identique au mien, qui fonctionne

      Moi j’ai 3 parleur GPS (Sondeur, GPS Furuno, AIS Simrad) et 1 bus SeaTalk (1 ST40 et 1 ST50), et je regroupe tout ça sur une seule sortie USB à destination de mon PC (OpenCPN et aussi de MPXconfig pour configurer le miniplex). ça fonctionne sans problème.
      (hors sujet 1 : l’AIS envoie ses positions GPS directement à la VHF, qui ne les reçoit que de lui)
      (hors sujet 2 : l’info NMEA multilpexée par le shipmodul est aussi disponible sur une sortie ’NMEA’ que je retrofit dans le convertisseur NMEA-SeaTalk, mon ST40 Wind reçoit le vecteur vitesse du GPS, il peut ainsi déduire un vent réel)

      J’ai même poussé le luxe jusqu’à utiliser la fonction de redondance du miniplex pour alimenter OCPN avec des positions GPS à partir du GPS Furuno et si ce dernier tombe en rade à partir du AIS Simrad. Et ça marche.
      mes notes disaient :
      RMC est émis par le GP32 (port 2 du shipmodul) et l’AIS (port 3 du shipmodul)
      La doc du shipmodul, p. 21, annonce
      This option deletes duplicate NMEA sentences received on multiple inputs. When enabled, the multiplexer assigns a priority to incoming NMEA data based on the input on which it is received. The USB port has the highest priority, followed by NMEA In 1, In 2, In 3 and In 4 in descending order. If for instance two GPS receivers are connected to input 1 and 2 and both GPS receivers output GPRMC sentences, only those from the GPS on input 1 are passed. This feature can be useful to set up a second GPS as a backup for the main GPS.

      Il faudrait :
       cocher « priority »
       mettre GP32 sur port 2 et AIS sur port 3
       cocher « check GPS status »
      Sentences of which the Status flag is checked are APB, GGA, GLL, RMA, RMB, RMC, VTG and XTE.

      Sur le fil noir 0V/GND/masse/ref qui va de 1B à outB j’ai des grandes réserves dans la mesure où Shipmodul est très soucieux de soigner la séparation des masses. Chaque entrée est isolée, arrive sur un coupleur optoélectronique. Les sorties sont aussi isolées des entrées. Et du coup j’en profite.
      La doc Shipmodul est parfaite à ce sujet, elle traite très bien de ce problème (c’est précis et pas verbeux). Elle évoque les très très rares cas -et la manière de faire si on devait tomber dans ce travers - où on pourrait se permettre d’utiliser la masse (le 0V de référence) de l’un pour alimenter la sortie B d’un autre,
      C’est à lire, c’est dense mais ça résiste mal à 3 ou 4 lectures. Désolé.

      PS : pour être plus exact, j’ai dans un premier temps utilisé le port 4 comme port convertisseur SeaTalk. Ultérieurement (pour d’obscures raisons personnelles) j’ai inséré un convertisseur Raymarine 80008 (conv ST-NMEA) entre mon bus ST (ST40 et ST50) et le port 4, et le port 4 est repassé en NMEA. Mais il avait marché en ST, je confirme.

      PS : l’outil mpxconfig est remarquable, il doit être utilisé pour configurer (et débugger) l’installation. On peut sauvegarder la config dans un fichier texte sur le PC

      Répondre à ce message

      • Moi, c’est un USB, pas un WiFi, ma sortie USB va vers le PC+OCPN

        Hello...
        MERCI beaucoup pour ta reponse, et pour ce « remontage de moral » ! :)
        Si deja j’arrive a le faire fonctionner en USB, il ne restera qu’un mini probleme a regler : le Wifi.
        Jusque la je n’ai jamais reussi a voir quoi que ce soit sur OpenCpn.

        Sur le fil noir 0V/GND/masse/ref qui va de 1B à outB j’ai des grandes réserves...

        J’ai biensur lu et relu et rerelu la doc et pas mal d’articles.
        Force est de constater que je suis moins mauvais avec « les bouts d’bois » qu’avec un clavier !
        J’ai utilisé le cablage de la doc : pour les cas « a 3 fils » Une entrée, une sortie, une masse commune. (voir copie de la doc jointe)

        J’avais jusque la toujours passé tous les cablages via le Miniplex, je vais aller recabler tout ca comme sur le dessin deja, et voir ce que ca donne.

        MERCI ENCORE Yves....
        A+, Lolo

        JPEG

        Répondre à ce message

        • J’avais jusque la toujours passé tous les cablages via le Miniplex, je vais aller recabler tout ca comme sur le dessin deja, et voir ce que ca donne.

          L’idée est de faire simple et aussi d’éviter les circulations des ’masses’.
          Le plus propre me semble que chaque appareil (les parleur NMEA, le PC, le shipmodul) reçoive la nécessaire terre de référence (aka 0V de référence) à partir de son alimentation propre en 12V.
          Ensuite chaque entrée recevra - sur son entrée isolée opto - les deux fils de la sortie NMEA du parleur raccordé.
          Ensuite chaque consomateur (le PC, le pilote auto) recevra les deux fils d’une sortie du ShipModul
          Et tout ça sera propre, et c’est ce qu’il nous faut, KISS, pantalon et bretelles et jambes croisées.

          Jusque la je n’ai jamais reussi a voir quoi que ce soit sur OpenCpn.

          Perso je procéderais comme ça, une fois les parleurs raccordés physiquement par fils aux entrée A à D et le PC raccordé au miniplex (moi c’est par USB) :

          • je lance mpxconfig (prendre la dernière version sur le site shipmodul, ainsi que la dernière version des drivers et de la doc, lire la doc et la notice d’installation, installer ce qu’il faut)
          • en m’aidant de la doc (et un peu de la copie d’écran jointe), configurer les entrées A à D et les sorties
          • retrouver le bouton (voir la doc) qui permet de voir défiler les phrases NMEA dans mpxconfig, et au besoin rectifier la config pour voir apparaitre tous les parleurs (moi, je les éteind et allume sélectivement)
          • et seulement une fois que mpxconfig me montre du NMEA tel que je l’attend je configure OpenCPN (boite à outil) pour que sa barre du bas (position dite par le GPS) et une boire carrée (nsp) passe dans la couleur qui faut (vert, je crois) et que mon bateau (en rouge) soit à la bonne position (et que les flèches vertes des cibles AIS des parages apparaissent aussi)
          • et alors je met à jour ma doc en sauvegardant la config du shipmodul avec le bouton (en bas à gauche) « Read Configuration ». A l’avenir ça devra remarcher dans les mêmes conditions sinon ...
          JPEG

          Répondre à ce message

        • Si je me souviens bien de la documentation, les entrées et sorties sont galvaniquement isolées. Il faut donc que les bornes « A » ET « B » (« IN » et « OUT ») soient connectées car il n’y a pas de connection avec les bornes Gnd et Com.

          Répondre à ce message

          • Entrés et sorties sont isolées.
            Chaque parleur (s’il parle sur deux fils bien sur) fournit le 0V de son entré (mal dit, on est sur une entrée opto, y a pas besoin de 0V, faut juste d’un retour de courant, histoire d’allumer la LED de l’opto)
            Le shipmodul tire sont 0V de référence interne de son alimentation et pourrait s’en servir pour fabriquer le ’B’ de sa sortie mais si la sortie est isolée opto, là encore cette sortie est flotante par rapport au 0V de l’alim (et au 0V interne) et c’est le listener (à l’autre bout de la sortie) qui va ’polariser’ ce outB

            Bon, c’est ce que je comprend mais, pas bien assuré que je suis je suis tout à fait prèt à entendre des précisions.

            Le schémas prévoyant de connecter un inB à un 0V de référence est mentionné pour le cas ou le parleur parle sur un seul fil (raccordé à inA) et où la référence de ce signal l’est par rapport à une masse commune. Y a des gorêts qui font ça (parleur sur un seul fil), de faire du NMEA avec du RS232 en 0V et 5V. ça tombe dans l’épure, de justesse, c’est évoqué dans de nombreux fils sur PTP

            Répondre à ce message

  • Hello
    Je rentre de deux jours a bord, entre les travaux de menuiserie, j’ai pu recabler toute l’installation comme le plan.

    Resultat... Ben ca marche !!!! ;-)
    GPS, ASN, AIS, OpenCpn, Wifi, tout ca est tres positif !

    Reste deux soucis :
    * Le Bidata ST40 (Seatalk) ne transmet qque deux informations :
    Vitesse et temperature...
    Manque Profondeur, log, Vmax, Trip, Vmoyenne... etc etc !????

    * Le navman Reapet recoit que peu d’info NMEA.
    Et surtout il n’est pas « directement » compatible avec le Bidata pour ce qui est des infos importantes : Speed et Sonde.
    L’un est en Navbus, l’autre en Seatalk.

    Je vais faire qqs recherches sur le sujet, mais savez vous si c’est « compatiblisable » ?? :-))
    MERCI... Beaucoup ! ;-)
    A+, Lolo

    Répondre à ce message

    • Bonjour
      j’ai suivi tout le post, mais je ne suis pas intervenu, YvesD ayant été plus rapide et j’abonde dans son explication.
      Les informations V max, Vmoyenne, etc. ne sont pas informations primaires et sont des informations élaborées par le Bidata St40. Elles ne sont transmises sur le réseau Seatalk que pour d’autres afficheurs seatalk. Elles ne sont pas transmises sur le réseau NMEA car il n’existe pas de phrases standards NMEA pour ces informations. C’est au receveur des infos NMEA, en l’occurrence OpenCPN, de les élaborer. je laisse les experts Opencpn espliquer où les trouver (à mon sens par la fonction trace)
      En revanche il existe des phrases pour le trip et le log (VLW), mais j’ai eu un bidata st40, j’ai maintenant un ST60 et je ne les jamais vu dans mon log NMEA, et elles semblent ne pas être transmises voir le doc NMEA joint, chap 4.2 Autohelm, un peu ancien certes)
      Pour la profondeur, si elle n’apparaît ni sur l’afficheur bidata, ni sur Opencpn, je suggérerai de vérifier le capteur de profondeur et/ou la liaison avec le bidata.(l’autre capteur est ok, il mesure à la fois la vitesse et la température et fait donc son boulot
      Vu que tu indiques que la température est transmise m’incite à penser que tu parles en fait de l’affichage sur le bidata, car sauf erreur de ma part, il n’existe pas non plus de phrases NMEA pour cette donnée.
      Il s’agirait alors d’un dysfonctionnement du bidata
      Robert sur Lysigée à Cythère

      Répondre à ce message

      • Merci Robert, bonjour à tous

        Les phrases NMEA

        « je laisse les experts Opencpn expliquer où les trouver (à mon sens par la fonction trace) »

        Bien que ce ne soit pas ma tasse de thé, ni que je sois expert, pour le peu que je sache, voir OpenCPN, via son module Connexion > gestion du port > filtrage des entrées et des sorties

        Ce module, peut gérer ces phrases. Une liste déroulante offre des choix standards. On peut même ajouter des phrases, mais à mon avis il faudra qu’elles soient acceptées par OpenCPN. Voir l’excellent guide technique officiel, mais en anglais :
        https://opencpn.org/wiki/dokuwiki/d...
        Je ne pense pas qu’il y ait d’autres choix que les NMEA 0183
        Michel

        PNG

        Répondre à ce message

      • Merci Robert...
        J’aurais du comme pour la programmation du Miniplex, faire simple :

        Mon Bidata ST40, affiche toutes ses fonctions.
        Mais ne renvoie via l’entree 4 du Miniplex
        QUE vitesse et temperature.

        Il ne me manque QUE la profondeur


        Pour preciser mon installation, tout est a l’interieur, a la TaC.
        A la barre je n’ai qu’un compas et le repeteur Navman Repeat 3100.

        Pour ca que j’aimerais y voir affiché les infos de base : Vitesse et profondeur.

        Cette machine a trois modes de fonctionnement :
        Un double affichage (celui qui m’interesse) Vitesse profondeur. Port d’entree NAVBUS
        Un mode « vent » (mais je ne suis pas concerné)
        Un mode NMEA ou je peux afficher qqs infos interessantes (SOG, COG... etc etc)

        Est il possible (et si oui comment) de brancher le Bidata (Seatalk) sur le port d’entree NAVBUS du Repeteur ?????

        Répondre à ce message

        • Je me reponds tout seul afin surtout de corriger mes betises.
          Mon Repetiteur n’est pas un 3100, mais un Navman Repeat 100 ! (collector ? |-) )
          Du coup pas de Navbus, juste 4 entrées NMEA !

          On en revient au pb de base : le Bidata ne fourni pas toutes ses infos !
          (Et donc le repetiteur ne les voit pas rentrer, normal !)

          Ha si une question subsidiaire :
          Les 4 entrées NMEA du repeat n’ont qu’une masse commune (masse de l’alim)
          Quel cablage utiliser sur la sortie du Miniplex « single ou differential » ?
          A+, Lolo

          JPEG

          Répondre à ce message

          • RTFM, en français lire le manuel. C’est la procédure à suivre en cas de doute (comme en maths, hésitations -> définition).
            Ce que je viens de faire.
            Et je suspecte (page 4 du pdf) en lisant de nombreuses fois que les entrées sont isolées et rien sur les sorties ... que les sorties (hors USB) ne sont pas isolées opto. Mais rien de bien grave si le miniplex et le repeat sont toujours et tout le temps alimentés par la même source de 12V et de GND, les batteries du bord par exemple.
            Dans ce cas donc les signaux NMEA seront relatifs au 0V de référence de l’alim (le 0V des batteries), tant pour le shipmodul que pour le repeat (relire le haut de la page 5), et le schéma de la figure 23 n’aide pas puisque le repeat n’a qu’une entrée pour le NMEA. Il suffit d’alimenter le shipmodul et le repeat, et de relier outA à l’entrée du repeat ... et c’est tout. De plus le montage en étoile (autour des batteries) garanti l’absence de boucle (et donc de boucles parasites de courant). Mais il faut garantir que le shipmodul et le repeat partagent en permanence le même 0V de référence par les batteries d’alim.

            Là, c’est un peu hors sujet
            Ca pourrait poser problème dans le cas très précis où le shipmodul et son listener ne sont pas (par l’alim) au même potentiel de référence.
            Ca pourrait m’arriver sur ma vieille si (hypothèse d’école) mon shipmodul fournissait du NMEA à mon PC OpenCPN par un cordon réduit à 1 fil (en pratique je passe par USB). En effet mon shipmodul est alimenté par les batteries du bord et mon PC, en mer, est alimenté par un convertisseur 230 VAC - 18VDC, convertisseur qui isole sont entrée et sa sortie (c’est un victron phoenix 2350 VA, j’ai vérifié, la sortie 230 VAC est isolée de l’entrée 12V, POS ou NEG). Les 0V de références des deux instruments sont donc disjointes, elles flottent et la liaison data serait du grand n’importe quoi. Dans ce cas précis il faudrait sans doute interposer un isolateur opto entre le OUT du shipM et le IN du PC, la LED de l’opto étant alumée, coté shipM, par le outA et le outB et de l’autre coté le transistor photosensible étant relié au 2 et au 7 de la mini RS232 du PC.

            Là, c’est très hors sujet, quoique ...
            On reliera avec profit un de mes fils préféré sur PTP, là où l’auteur explique comment éviter de se servir d’un port USB comme fusible en présence de boucles de courants. Son port USB c’est le port interne (pour config) d’un AIS à 900 €, ça met cher le bout. Allucinant.

            A mon bord j’ai constaté 300 mV de ddp entre les ref de mes deux équipements (le PC sur ses batteries internes ou son bloc secteur VAC-VDC) et l’écran 19" (sur le onduleur VDC-VAC ou le 230 du quai), et j’ai constaté des grandes poilades lorsqu’au port le quai disjoncte puis est réarmé, presque aussi bien que la vielle anglaise, le facteur et son chien.

            Répondre à ce message

  • Hello
    En suivant bien tous vos conseils, et apres les premiers resultats positifs, je suis allé recabler tout ca proprement, et repris tout ca au calme.

    J’arrive a un resultat tres proche des 100% (Yess ! :-)) )

    ASN, AIS, conversion Seatalk/ NMEA, vitesse et profondeur du Bidata, tout fonctionne et est visible sur la tablette avec OpenCpn en wifi ou via l’USB ! parfait.
    J’ai « trié » les infos necessaires pour limiter les redondances inutiles.
    J’ai aussi inversé les sorties 1 et 2 (par rapport a mon shema de base) afin de profiter des 38k de la sortie 2 pour l’AIS.

    Ne reste plus qu’un mini soucis : Le Repeat 100 (4 entrees NMEA) « reconnait » je ne sais pas comment, que les infos que je lui presente (Vitesse profondeur) ne viennent pas d’instruments de sa gamme (Navman 100) et donc les affiche comme « informations complementaires » (Ce qui en soit est deja un net progres ! )
    Est il possible de contourner ce probleme ?
    En changeant l’ ID du Bidata ???
    En modifiant (je crois que c’est possible) les phrases en sortie pour le Navman ?
    Si ca fonctionnait comme je l’espere, j’aurais, a la barre, un double affichage vitesse/profondeur comme un bidata

    Merci de vos lumieres, et encore 1000 MERCI pour votre aide |-)
    A+, Lolo

    Répondre à ce message

    • Et merci du retour

      Michel, en veille (boite de nuit et ses 1000 décibels juste dans les oreilles à Lefkas :-(( )

      Répondre à ce message

    • Je crois avoir constaté que les deux premiers caractères de phrases NMEA (historiquement ’GP’) sont changées/forcées par certains instruments. C’est, je crois, le cas avec le convertisseur Raymarine 80002 que j’insère entre mon bus SeaTalk et l’entrée NMEA de mon shipmodul.
      Je crois avoir lu que le shipmodul est capable de réécrire certaines en-tête.
      Mais n’ayant jamais eu besoin de ça je n’ai pas poussé plus loin.
      Si j’étais confronté à un tel besoin je :

      • tenterais de visualiser les trames, avec mpxconfig (il fait ça très bien)
      • lirais le manuel. Il est riche, il est long, il est complet, il est utile.

      Désolé de ne pouvoir être plus utile.

      Répondre à ce message

      • Salut,
        Merci encore pour toute ton aide Yves ! ;-)

        Oui la doc du shipmodul est parfaite,
        Meme si souvent un peu « lourde » et touffue pour les nuls en mon genre.
        (Sans ton aide y’a des parties dont je n’avais vraiment pas pigé l’importance !)

        Mon pb la, est que les doc Navman sont nettement moins completes ! :-((
        Tout ce que je trouve sur le sujet dans les doc c’est :
        « le repetiteur peut afficher les données des instruments de la serie 100 ainsi que les données au format NMEA d’autres appareils »

        Le probleme est que je ne sais absolument pas a quoi ressemblent les trames en sortie d’un instrument NAVMAN 100 !!!
        Puisque j’en ai pas.
        Pas facile de « copîer » un truc dont on ne sait pas a quoi il ressemble...
        Bref, je vais essayer encore et encore, mais ca ne me semble pas gagné ! :-))
        Je reviendrai si je trouve une solution...

        MERCI A TOUS
        A+, Lolo

        Répondre à ce message

  • Hello
    Encore une question qui sera mieux « de ce coté la »...

    Je suis etonné de ne voir sortir du Bidata ST40 via le Miniplex que 3 trames NMEA
    (Que j’ai bien enregistré dans un fichier log cette fois !)

    DBT (Profondeur)
    VHW (Vitesse)
    MTW (Temperature)

    Pourquoi pas de VLW (Log) ? Parce que le bateau est a l’arret pour les essais ????
    Merci
    A+, Lolo

    Répondre à ce message

  • Bonjour à tous
    Je me permets de greffer ma question sur ce fil pour éviter la dispersion en raison de la proximité du sujet.

    J’ai une centrale Simrad dont le MFD NSE 12 est connecté (NMEA 183 in/out) sur un Miniplex 2E (ethernet)
    Ce Miniplex 2E est connecté (ethernet) sur un routeur (Alfa networks).
    PCs et tablettes sont aussi connectés sur ce routeur.
    J’ai assigné au Miniplex une adresse statique (192.168.2.199) dans le DHCP du routeur pour éviter les conflits d’adressage et retrouver facilement le Miniplex.
    Sur mon PC (W10) connecté ethernet sur le routeur, je vois bien le Miniplex par le logiciel Shipmodul Configuration Tool. Les phrases NMEA défilent bien et mon Navtex Furuno connecté sur output 2 du Miniplex reçoit bien les positions GPS.
    Le Miniplex est configuré en UDP.
    Maintenant le problème est la configuration de OpenCPN (4.6.1), je n’arrive pas à créer de connexion. Rien ne rentre dans OpenCPN.
    J’ai configuré la connexion :
    UDP / IP 192.168.2.199 (IP fixe du Miniplex) / Port 10110.ou 2947 / recevoir en entrée sur ce port
    J’ai aussi essayé l’adresse du routeur 192.168.2.1 ; nada.
    J’ai étudié les tutos, j’ai essayé l’adresse de broadcast universelle 192.168.2.255 et d’autres choses ; rien n’y fait. Je ne vois aucune phrase nmea dans la fenêtre ad’hoc.
    Quelqu’un peut-il me mettre sur la bonne piste ?
    Merci d’avance
    Patrice

    Répondre à ce message

    • bizarre tout de même cette idée d’interposer un routeur entre le miniplex et le PC, avec le miniplex sur un port ethernet du routeur et le PC sur un autre port ethernet du routeur.

      Pour être plus en accord avec les idées de tcp/ip c’est un hub qu’il faudrait mettre, pas un routeur.

      un hub re-émet sur tout ses ports tout ce qu’il reçoit d’un de ses ports.
      un routeur re-émet sur les ports des différents réseaux (réseau = prefix IP) ce qu’il reçoit d’un réseau différent (c.a.d d’un port desservant un réseau differents.

      Pas clair, j’en convient. Prenons l’exemple d’un vrai routeur avec 3 ports ethernet, l’un desservant le réseau (== préfixe) 192.168.1.0/255.255.252.0, un autre desservant 192.168.2.0/255.255.252.0 et le dernier desservant 192.168.3.0/255.255.252.0
      Ainsi sur le premier port on peut avoir des stations numérotées 192.168.1.1/255.255.252.0 à 192.168.1.254, sur le second ça sera les stations 192.168.2.1/255.255.252.0 à 192.168.2.254 et sur le 3ème ça sera 192.168.3.1/255.255.252.0 à 192.168.3.254
      Si le routeur reçoit, sur son port ethernet 1, du trafic provenant de 192.168.1.45 et destiné à 192.168.2.135, il recopie le trafic sur le port 2
      Si le même routeur reçoit sur son port ethernet 1, du trafic provenant de 192.168.1.45 et destiné à 192.168.1.135 alors il ne fait rien, il ne recopie rien puisque 1.135 est sur le même réseau que 1.45, en aucun cas il ne recopie vers le port 2 ou 3

      Tout cette pénibilité pour vous amener à préciser précisément la marque et le modèle de votre « routeur » car ça ne pourra marcher que si c’est un hub que vous utilisez, pas un routeur (perso je suis assez convaincu que vous utilisez un vrai routeur, un routeur sait être serveur dhcp, un hub ne le sait pas, jamais)

      Et en udp ça ne sera pas mieux.

      Désolé.

      Ah, page 15 du manuel miniplex http://www.shipmodul.com/downloads/... on peut lire
      If you’re completely lost at this point, don’t worry. Just remember two things :
      - all devices on a single network must have the same netmask
      - all devices on a single network must have the same network address

      Et pour ne pas vous désespérer complètement, page 16 on peut lire
      UDP Broadcast
      NMEA sentences are broadcast on the network using UDP messages. Every
      device on the network will receive these messages. At the same time, any device on the network can send data to the multiplexer, either to its IP address (directed) or as a broadcast. UDP Broadcast has the following properties :
      - Every device on the network will receive NMEA data from the multiplexer.
      - Every device on the network can send NMEA data to the multiplexer.
      - Other MiniPlex-2E/2Wi s on the same network will also receive each other’s data. It is therefore
      possible to send NMEA data over the network from NMEA device to another. Care should be taken to prevent buffer overflows by selectively routing the desired NMEA data to an NMEA output at the receiving end and blocking unwanted NMEA data.
      - Routers do not pass UDP Broadcasts from one network to another so this mode can only be used on one network.
      - Delivery of NMEA data is not guaranteed, messages can be lost.

      C’est à cause de l’avant dernier point (do not pass udp brodcast) que vous êtes mort

      Une solution à ce stade est de remplacer votre routeur par un vrai hub, lequel re-émettra sur tout ses ports ce (ce == la trame UDP que vous attendez) qu’il a reçu du port sur lequel est connecté le miniplex

      Votre excellente convention d’adressage (utiliser le serveur dhcp du routeur pour figer l’@ du miniplex) doit être conservée, en configurant explicitement le shipmodul pour qu’il cause en 2.199 et en faisant en sorte que tout le monde le sache (afficher le plan d’adressage, feuille A4 agrafée qq part ;-) )

      Répondre à ce message

  • Merci beaucoup pour tous ces commentaires
    Cela me donne matières à réflexions et à tests.
    Je reviens sur le fil dès que j’ai digéré tout cela !!

    Patrice

    Répondre à ce message

  • Bonjour à nouveau

    Quelques éléments de réponses aux commentaires très pertinents ;-) de YvesD

    Tout d’abord, si je connais un peu l’informatique, je suis faible en « réseau ». Malheureusement je mets en place une architecture extrême ... pour le plaisir.
    J’ai un Miktotick HSpn 52ac qui me sert pour les liaisons wifi longue distance ; il est configuré en « relay » et entre dans le port WAN du routeur wifi Alfa Networks 525H (AP) qui distribue (etnernet et wifi) dans tout le bateau. les PCs du bord, téléphones et tablettes sont connectés sur ce routeur Alfa. Tout va bien et tout le monde a un accès Internet. Sont connectés sur ce routeur en ethernet : 2PCs, un serveur multimédia K12 et le Miniplex 2E..
    le routeur Alfa est configuré avec une adresse 192.168.2.1 et la plage d’adressage du DHCP 192.168.2.100 - 192.168.2.200 ; masque de sous-réseau 255.255.255.0
    En lisant et relisant la doc du Mini2E, je comprends qu’il est fait pour être connecté à un réseau :
    Une interface réseau connecte le multiplexeur directement à un réseau pouvant avoir plus d’un appareil.
    Il peut y avoir plus d’un multiplexeur connecté à un réseau et/ou plus d’un dispositif qui doit communiquer avec un multiplexeur.

    En ce qui concerne la diffusion UDP :
    Diffusion UDP
    Les phrases NMEA sont diffusées sur le réseau en utilisant des messages UDP. Chaque périphérique sur le réseau recevra ces messages. Dans le même temps, tout dispositif sur le réseau peut envoyer des données vers le multiplexeur, soit vers son adresse IP (dirigée) ou par diffusion. La diffusion UDP a les propriétés suivantes :
     Tout les appareils sur le réseau recevront des données NMEA du multiplexeur.
     Chaque périphérique sur le réseau peut envoyer des données NMEA au multiplexeur.
     D’autres MiniPlex-2E/2Wi sur le même réseau recevront également des données les uns des autres. Il est donc possible d’envoyer des données NMEA sur le réseau d’un appareil NMEA à l’autre. Des précautions doivent être prises pour éviter les débordements de file dans le multiplexeur en acheminant de manière sélective les données NMEA désirées vers une sortie NMEA à l’extrémité de réception et bloquant les données NMEA indésirables.
     Les routeurs ne passent pas les diffusions UDP d’un réseau à un autre, ce mode ne peut être utilisé que sur un seul réseau.
     La livraison des données NMEA n’est pas garantie, il n’y a pas de vérification, les messages peuvent être perdus.
     Les routeurs Wi-Fi attribuent souvent une faible priorité aux diffusions UDP, ce qui engendre des pertes de message. Généralement, jusqu’à 5% des messages sont perdus.

    Le routeur ne passe pas la diffusion UDP d’un réseau à un autre mais dans mon cas je suis sur le même réseau.

    Le problèmes ne pourrait-il pas venir de la configuration sur OpenCPN ?

    Dois-je donner l’adresse 192.168.2.255 au Mini2E en raison de ce texte sur le manuel ?
    Une adresse réseau nous permet d’envoyer un même message à tous les périphériques sur le réseau, au lieu de l’envoyer à un seul appareil. C’est ce qu’on appelle une diffusion (Broadcast). Dans l’exemple suivant, l’adresse de diffusion est 192.168.1.255. Le dernier numéro ici est 255, ce qui signifie qu’il s’adresse à tous les périphériques sur le réseau.

    Je continue de chercher pourquoi rien ne vient sur OpenCPN ; l’objectif est aussi de récupérer les données de navigation sur Inavics (IPAD). Je n’ai pas fini !

    Patrice

    Répondre à ce message

    • Ce que je comprend de votre installation et de vos routeur, switch et autres

      En résumant dans le langage ad-hoc de tcp/ip vous avez :

      1. un switch-routeur AIP-W515H qui concentre sur ses 4 ports ethernet RJ45 tous les partenaires du bord, et qui communique par WiFi (ou peut-être par ethernet RJ45) avec le suivant
      2. un relai Mikrotick qui communique d’une part en WiFi (ou peut-être ethernet RJ45) avec le précédent et d’autre part en hertzien (2,5 ou 5 Ghz, aka 3G ou 4G) avec internet

      Le 1er est, selon sa doc, à la fois un switch 4 port (moi je dis ’hub’ mais on se comprend), et aussi un firewall et un routeur NAT qui assure sans doute la translation d’adresse entre la partie privée (votre bord, en 192.168) et les adresse routables de l’internet (par ex. 193.233.10.x)
      doc : à récupérer sur http://www.alfa.com.tw/ puis download puis cliquer sur AIP-W525H

      Sur la doc page 5 on voit bien que les 4 ports LAN sont des RJ45, et que le LAN est aussi un RJ45 [accessoirement, il peut être (voir p 6) un des 4 RJ45 ethernet]
      Tout ça est résumé figure 2-1 p. 7, figure qui bizarrement insère un hub entre les 4 RJ45 et le bord, comme si les 4 ports n’étaient pas un hub. Bizarre, à garder à l’esprit

      La configuration est évoquée dans la figure 3-5 page 10, il faut sans doute utiliser ’gateway’ (internet par port WAN) plutot que ’wireless ISP’. Ce point n’est pas très clair mais gateway est sans doute recommandé (puisque vous accédez à internet par un équipement IP, le mictotick)

      La partie « switch 4 ports » semble se comporter comme un hub/switch c.a.d que tout ce qui est reçu sur un port est retransmis sur les autres ports, et de plus ’forwardé’ au port WAN (par la fonction routeur-NAT) si le réseau destination n’est pas un réseau local (par ex distant est 193.233.10.x alors que votre LAN est en 192.168.0.0

      Le reste de la doc est trop fastidieux.

      Il faut débugger la communication (reachability) entre le PC et le miniplex, à ce stade :
      - votre miniplex doit être sur l’un des 4 ports LAN, vous lui avez donné l’adresse 192.168.2.199/255.255.0.0 (point à confirmer)
      - votre PC doit être sur un autre port LAN, vous lui avez donné (par ex) l’adresse 192.168.2.2 / 255.255.0.0 (point à confirmer)
      - vous avez donné à votre relai 3G mikrotik l’adresse 192.168.2.50 / 255.255.0.0 (pas ex) mais à ce stade c’est sans importance)

      Depuis le PC vous devez « voir » (reachable) le miniplex, il doit répondre à la commande ping 192.168.2.199. S’il ne répond pas ... problème de reachability.
      A ce stade d’ailleurs la liaison WAN ou WiFi entre le W525 et le Mikto tick est inutile.

      Vérification de la config du PC :

      • La commande windows « ipconfig /all » (mode ’invite de commande’) doit décrire au moins une carte ethernet (du PC) avec une adresse IP (par 192.168.2.2), un masque (255.255.0.0), une passerelle vers le reste du monde (192.168.2.50 qui est l’@ IP du mikrotik)
      • La commande windows « route print » (mode ’invite de commande’) doit préciser que vers 192.168 / 255.255 on passe par le PC, c.a.D que Adr. passerelle et Adr. interface doivent tout deux être 192.168.2.2 (si 2.2. est l’@ ip de votre pc). Accessoirement le reste du monde (0.0.0.0 par convention) doit être accéssible par le mikrotik. Ca donne des trucs comme
        - 192.168.0.0 255.255.0.0 192.168.2.2 192168.2.2
        - 0.0.0.0 0.0.0.0 192.168.2.50 192.168.2.2

      Une fois ces points confirmés on pourra passer au problème UDP broadcast.

      Répondre à ce message

    • Merci pour le manuel en français, un peu plus aisé à lire que l’anglais que j’utilise depuis 2000

      page 17 je lis cette démarche à faire depuis l’outil mpxconfig
      Afin de trouver le MiniPlex-2E sur le réseau, sélectionnez d’abord UDP avec le sélecteur de port dans la boîte « MiniPlex Connection ». Après cela, le menu Tools (Outils) affichera un sous-menu « MiniPlex-2E ». Dans ce sous-menu, sélectionnez « Search... » (« Rechercher... »).

      Si mpxconfig voit le sjipmodul (et il le voit en UPD) c’est que la reachability UDP est réalisée entre le PC et shipmodul. Et si le PC reçoit de l’UDP alors OpenCPN n’est pas loin de le recevoir
      Ca permettrait de passer tout de suite à des choses plus utiles, et d’éviter mes conseils alambiqués de deboggage

      JPEG

      Répondre à ce message

  • Suite

    Comme j’ai moyennement confiance dans les traductions de manuel, voici un extrait du manuel en anglais :

    The MiniPlex-2E is completely different in this respect. It has a DHCP client and thus relies on a DHCP
    server already present on the network to obtain an IP/netmask automatically. If no DHCP server is
    present, you have to manually assign an IP/netmask. This is the case for instance, if your “network” is
    just the MiniPlex-2E and a computer. Obviously you will need to assign a manual IP address and netmask
    to your computer too in this case.

    Cela confirme bien ma procédure...mais ne m’apporte pas de solution. D’ailleurs, j’accède bien au Mini2E par un PC sur le réseau.

    Patrice

    Répondre à ce message

    • à propos de DHCP dans la miniplex :

      It has a DHCP client and thus relies on a DHCP server

      exact, le miniplex, s’il est configuré comme ça, peut interroger un serveur DHCP (ça se fait en UDP). Vous avez un serveur DHCP avec votre AP-W525H, s’il est configuré pour être ça.

      Mais à ce stade de balbutiement il me parrait plus simple de, temporairement, figer à la mano l’adresse du miniplex pour être 192.168.2.199 / 255.255.0.0

      De même, figer temporairement et à la mano l’’adresse du PC pour être (c’est mn exemple) 192.168.2.2 / 255.255.0.0, et figer par la même occasion sa passerelle vers internet

      Une fois que vous aurez résolu votre problème de communication UDP il sera le temps de faire une config plus clean, plus robuste mais aussi moins simple (simpliste ?)

      Répondre à ce message

  • Suite de suite

    Comme j’ai potentiellement plusieurs cibles pour les données NMEA, je souhaite éviter les protocoles TCP ou UDP directed qui n’autorise d’une seule destination.

    Patrice

    Répondre à ce message

    • je souhaite éviter les protocoles TCP
      C’est effectivement un but légitime et fondé.
      Mais en attendant, n’hésitez pas à faire une entorse à vos excellents principes, par exemple en faisant du TCP entre le miniplex et opencpn. Une fois que ça marchera il sera temps de revenir en arrière et de tenter de faire tomber en marche ce bloody UDP

      Pour info, lorsque j’ai ces problème de reachability (et bien d’autre) je sort mon vivisecteur hisoire de voire le traffic qui passe sur le port ehternet de mon PC, ou que j’objserve depuis le porte ethernet d’un PC tier. J’utilise pour ça le fabuleux outil wireshark du domaine public (successeur de tcpdump des années 90), par contre je suis très souvent déçu lorsque je tente d’espionner des réseaux WiFi. Mais dans votre cas c’est de l’ethernet, pas de la radio

      Répondre à ce message

  • OK, merci de poursuivre le chemin avec moi.

    L’Alfa 525H dispose d’un port WAN et de 4 ports LAN. Le Mikrotik 52AC est similaire au Bullet, c’est un antenne à haut gain avec un routeur qui ne dispose que d’un port ethernet. Cet ethernet est connecté au port WAN de l’Alfa 525H. J’ai beaucoup transpiré sur les configurations respectives du Mikrotik (effectivement en NAT) et du 525H mais maintenant tout fonctionne parfaitement. La partie Mikrotik n’est pas pertinente dans mon problème.
    De même le 525H est configuré très normalement et gère très bien les différentes machines connectées (que ce soit par wifi ou par ethernet). L’adresse du routeur 525H est 192.168.2.1 (après résolution des conflits !). La plage d’adressage est 192.168.2.100 à 192.168.2.200. Le retour de ipconfig sur le PC est très normal et le PC a son adresse favorite 192.168.2.100 donnée par le DHCP. Les autres machines (ethernet ou wifi) ont les adresses suivantes 101, 102, 103, ... J’ai autorisé les règles d’adressage statique et donné 192.168.2.199 au MP2E.
    Le soft MPconfig de Shipmodul fonctionne bien sur le PC et j’accède à toutes les fonctionnalités du MP2E. Je vois les phrases NMEA défiler et mon Navtex reçoit bien les $GPGLL.

    Je suis quasi sûr que mon problème vient de la configuration du MP2E et/ou de celle de OPenCPN.

    A suivre
    Patrice

    Répondre à ce message

    • Super votre description, tout baigne, votre PC reçoit bien les trames UDP, rien ne l’empêche de les mettre à disposition de OpenCPN.
      A ce stade il vous faudra préciser (pour les experts OCPN du site)

      • version de OpenCPN (just in case)
      • réglages de la fenêtre config de OCpn (copie d’écran est mieux)

      Voir en particulier les phrases UDP à filtrer (ignorer), pour commencer je ne filtrerais rien.

      Remarque : j’ai l’impression que vous êtes le premier, sur PTP, à utiliser le miniplex en mode ethernet.

      JPEG

      Répondre à ce message

      • En fait, je dois être très bête (je pense à un autre mot).

        Pour faire la copie d’écran j’ai relancé OpenCPN et ça marche .... les données NMEA entrent. En fait je crois qu’il faut relancer OpenCPN à chaque modification des paramètres de connexion ; ce que je ne faisais pas ! Par ailleurs, il semble qu’il soit impossible de faire tourner MPconfig en même temps que OpenCPN. J’avais fermé MPconfig avant de relancer OpenCPN et quand j’ai voulu relancer MPconfig à nouveau, j’ai eu un message d’erreur (socket used).

        Prochaine étape les données AIS et je suis un peu perplexe. Elles sont bien reçues par mon MFD (NSE 12 Simrad) et devraient être émises sur la sortie NMEA 183. Je vais essayer d’identifier le format NMEA des données AIS. Je pense qu’en sortie du MFD la vitesse de transmission habituelle AIS (38 kbauds) n’a plus lieu d’être et que toutes les phrases NMEA sont transportées à 4800 ??

        Je vais tester.

        Merci pour l’aide au remue-méninges
        Patrice

        Répondre à ce message

        • Conceptuellement, utiliser le Miniplex en mode ethernet (2E) m’a paru le plus efficace quand on a un réseau local opérationnel en permanence. Autant que possible, je préfère les connexions ethernet.

          Je devrais aussi tester Inavics mais comme le PC sur lequel je suis actuellement est connecté en wifi, cela devrait aller.

          Patrice

          Répondre à ce message

        • J’ai remarqué qu’on ne perd jamais à jouer au ... bête
          Il suffit de se prendre pour un andouille (voir de prendre l’autre pour ... en tout bien tout honneur, with respect et sans rien lui dire ...) et de (se) décrire laborieusment ce qu’il faut faire pour que la lumière émerge et que les choses pas claires réintègrent l’obscurité dont elles n’auraient jamais du sortir.
          Bon, bref, des banalités tout ça. En tout cas, moi ça m’a permit de découvrir le mode ethernet du miniplex et de faire resussurgir des choses sur le routage IP qui dataient de 30 ans (29 pour certaines)

          concernant AIS, attention que les phrases sont longues et nombreuses (dépendent du nombre de cibles en vue), 38,4 c’est pas du luxe, 4800 ça le fait tout simplement pas (enfin, souvent pas)

          Relancer et ça remarche, en glose windows ça se dit rebooter. Certes, l’informatique à été inventée/finalisée en 1982 à Xerox Parc mais tout n’a pas été retenu par les codeurs. Dans une autre vie peut-être. Ceci dit, ne jamais oublier de relancer après toute modif et de changer les piles du métrix avant toute mesure litigieuse ...

          Pour mpxconfig en même temps que OpenCPN, exact, je me suis déjà fait mordre les doigts et pourtant j’avais oublié

          Une question : comment est représenté l’abonnement 3G ou 4G que vous avez pris : une puce GSM ? glissée dans lequel de vos deux appareils ? autres ?

          Répondre à ce message

          • Abonnement 4 G

            Par Orange pour moi, forfait Jet 100 Go (le plus lourd et le plus onéreux)... 100 Go/mois pour mes besoins Internet (PTP et bavardages FB, plus téléchargements même lourds pour des films) appels illimités pour les mobiles europe +DOM + Suisse +USA + Canada + Chine)
            Coût : 70 euros/mois.... aucun soucis
            Puce dans mon smartphone Galaxy A5 2017 paramétré en modem et point d’accès mobile, qui émet vers les autres récepteur du bord en WiFi...
            En Italie je reçois Orange par Vodaphone/Italie, et en Grèce par Cosmote (on peut choisir le meilleur), sans surcoût... merci l’Europe !!!
            On peut négocier des forfait bien moins chers... bien sûr.
            Michel

            Répondre à ce message

          • Yes
            Ne pas confondre croire et savoir ... dans le domaine des généralités.

            Pour le mode GSM, j’ai un « Netgear Aircard 785S » avec la SIM du pays. Ce mini routeur GSM / Wifi est souvent posé sur une base ad’hoc qui améliore la réception GSM, alimente en 5V mais surtout dispose d’un port ethernet en sortie que je connecte sur le port WAN de l’alfa 525H à la place du Mikrotik. Bingo, Internet par GSM est distribué dans le bateau sans modifier le réseau.

            Patrice

            Répondre à ce message

            • Je précise que ce Netgear 785S est 4G/3G tous opérateurs.

              Patrice

              Répondre à ce message

              • Pour la zone européenne depuis les mises au point sur le roaming....
                Avant cet accord, nous devions gérer les fournisseurs d’accès pays par pays, soit en achetant leur mini routeur avec un contrat limité dans le temps... 28 jours et 20 Go/mois pour Vodafone Italie.... La peau des fesses et uniquement pour des accès Internet. L’accès téléphone faisait l’objet d’un contrat supplémentaire.
                En changeant de pays, on devait repasser un nouveau contrat avec le fournisseur d’accès du nouveau pays, pour l’internet et pour le téléphone.
                Effectivement, à partir d’un routeur GSM, on pourra utiliser une puce de chaque pays... mais en faisant à chaque fois la même démarche : aller en ville trouver un fournisseur d’accès, souscrire un contrat temporaire, pas nécessairement bon marché, pour l’internet et un autre pour le téléphone.... Ca peut être couteux et... fastidieux....
                Depuis que l’Europe et Bruxelles ont donné un grand coup de pied dans la fourmilière... C’est devenu simplissime : son contrat d’accès tel et Internet français, est distribué au même prix, avec une seule et même puce, celle de son smartphone, dans la plus part des pays du monde, sans aucun surcoût. Et votre smartphone se comportera en récepteur 4G pour tous ces pays et... en émetteur Wifi pour tous vos récepteurs sur le bord (Wifi ou BlueTooth)
                Merci qui ???? Merci l’Europe

                Répondre à ce message

                • Exact, mais comme je préfère laisser mon téléphone au repos ; la solution est une seconde carte SIM sur le même forfait (forfait Free 100 GB à moins de 20€, roaming appels/sms illimité en Europe et data avec limitations) à mettre dans le Netgear afin de conserver les liaisons ethernet et ne pas toucher au réseau du bord.
                  Patrice

                  Répondre à ce message

                  • Tout à fait d’accord, Orange propose aussi une deuxième carte SIM...
                    Le routeur Netgear est désimlocké, ce qui règle l’obligation de travailler avec un routeur propriétaire... Pour l’Italie l’offre locale est très pauvre. Vodafone limite son offre à 20 GB et 28 jours non rechargeable pendant la période. Ce qui oblige à acquérir un deuxième contrat avec un autre fournisseur d’accès, pour couvrir ses besoins à mi période.
                    Concernant les différences 3G/4G, la portée et la puissance de la 4G a multiplié son efficacité. Sur la traversée Santa Maria de Leuca vers Othonoï, j’ai pu capter Vodafone Italie à 17 milles au large et Cosmote Grèce à près de 20 milles d’Othonoï. Quand on connait le poids des fichiers Grib à définition de 4 km, (couramment 6 Go) on mesure l’intérêt de la 4G)

                    Michel, à Porto Leone à Kalamos, dans les Ioniennes, sous 4G, loin de tout B-)

                    Répondre à ce message

            • Ce mini-routeur GSM-WiFi (netgear aircard) , je crois que je comprend bien.
              Mais s’il prend la place du mikrotik, quel est l’intérêt de ce dernier, y a un truc qui m’échappe.

              Le mikrotik comme interface entre le RJ45 de ton LAN et le GSM d’un opérateur
              Jusque là j’avais compris que ces mikrotik c’est un point d’accès extérieur pour du 3G/4G avec une antenne très améliorée, et que ça se connecte en ethernet RJ45 au routeur Alfa et en GSM au réseau téléphonqiue. Et ma question était : cette puce SIMM que t’a fournit ton orage local, tu la glisse où dans ce mikrotik ?
              Et le site mikrotik aide pas trop.

              Et maintenant je m’aperçois que je suis perdu ... à mon tour ;-)

              Yves.
              PS : bien sur il y a d’autre solutions dans lesquelles le bateau se connecte, par une antenne améliorée, au WiFi du port ou du cybercafé lointain , donc connexion a internet via WiFi et non via 3G/4G. C’était la solution il y a quelques années (voir les nombreux articles sur PTP) mais avec la généralisation (au moins sur nos rivages) du 3G/4G c’est devenu beaucoup moins intéressant.

              PS : à bord, j’ai une clé 4G (facturée 5 € / mois en plus de mon forfait telephone+ 3 Go largement suffisant) qui se branche directement dans mon unique PC et lui donne l’accès internet, pas besoin de piquer la puce de mon smartphone ni d’utiliser ce dernier comme relai. Très rudimentaire et largement suffisant pour moi même si ma ToDo-list dit le contraire.

              Répondre à ce message

              • Bonjour Yves

                Je m’explique. Le Mikrotik sert à se connecter sur des réseaux wifi lointains (hôtels - restaurants - marinas - ...). Je capte jusqu’à plusieurs kilomètres, rien de comparable avec le wifi intégré d’un PC ou d’un téléphone ; meilleur que la classique Alfa 025 USB. Il sert essentiellement au mouillage (proximité de port ou marina ou hôtel). Sa puissance E/R est de 1600mW (ne pas trop le dire) et associé à une antenne 12dbi, c’est impressionnant.
                le Netgear Aircard remplace le Mikrotik sur le port WAN du routeur Alfa lorsqu’il n’y a pas de wifi à proximité et en navigation côtière. Là encore, avec sa base qui renforce la réception GSM (3G/4G), c’est bien plus efficace qu’une clé modem USB ou que la réception d’un téléphone. La sortie ethernet pour le port WAN du routeur Alfa est un plus pour ne rien changer aux connexions du bord.
                A faire évoluer le jour -je crains lointain- où l’accès Internet par satellite sera abordable ...

                Patrice

                Répondre à ce message

                • C’est extrêmement clair, merci, c’est ce que je n’avais pas réussi à comprendre sur les sites de mikrotik

                  Ces antennes WiFi très amplifiées sont aussi utilisées pour déployer des réseaux là où l’infrastructure est absente (capitales africaines était un exemple dans les années 2000), éventuellement en profitant de leurs performances en point à point. Mais dès que l’infrastructure apparait, là où l’existence d’un marché à été mis en évidence par ces précurseurs WiFi, c’en sont les premières victimes.

                  L’alternative serait le satellite mais les coûts sont rédhibitoires (lancement et autres) la durée de vie limitée (terminé lorsque plus de carburant pour le repositionnement) pour obtenir une bande passante de moins en moins attractive : un transpondeur culmine autour de 50 Mbit/s et le satellite n’en emporte qu’une dizaine, c.a.d presque ce qu’un particulier a chez lui avec la fibre, et la puissance d’émission reste un problème avec les stationnaires à 40 000 km (antenne de 5m ?). Ca reste un marché de niche. Bien sur les marins (plutot CMA CGM) et le gens très soucieux de sécurité et de géostratégie en raffole mais on sort un peu de l’épure
                  De plus en mer il faut ajouter une antenne asservie (ou phased array, si ça existe à des prix abordables) et là encore c’est un peu hors budget si on est pas vendée globe.

                  D’un autre coté, la mer industrielle (transport, pêche, etc.) généralise de plus en plus l’usage de télécommunications au grand large ( > 400 M) , mais très souvent sous forme de SMS. Un marché, mais dont ne nous sommes pas.

                  Répondre à ce message

  • Complémentairement, je vais effectivement tenté une connexion TCP exclusive à destination du PC pour si cela fonctionne.
    Patrice

    Répondre à ce message

    • Derniers tests

      INavX récupère bien les données de navigation.

      En revanche, je n’arrive pas à faire passer les cibles AIS que ce soit sur OpenCPN ou INavX. Sans doute un problème de vitesse de transmission. Je vais devoir me pencher dessus !

      Navionics (Boating) n’établit pas de connexion ; il faut souligner que le paramétrage de la connexion est inexistant.

      Patrice

      Répondre à ce message

      • La règle, c’est AIS sous Opencpn à 38400 Bd..., même si la carto est imprécise, ce n’est pas le sujet , c’est au top
        Quand à Navionics, parfait pour les atterrissages sur un smartphone Androïd...
        Michel

        Répondre à ce message

      • Si je comprend que le miniplex est relié par un port série à l’appareil qui produit les phrases NMEA AIS ($AI), alors il est plus qu’impératif que ce port série et le port série du producteur de phrases soient tout deux réglés à 38,4, faute de quoi des phrases sont perdues.

        Qu’ensuite le miniplex re-émette tout ça sur le port ethernet (souvent 100 Mbit/s) n’est pas relevant ici.

        Pour débugger tout ça, lancer mpxconfig en mode « affichage des phrases NMEA » (page 28 du mabnuel en français, vor PJ)

        voici ce que j’ai noté comme flot NMEA reçu de mon AIS Simrad (au pb de mise en page liés à OCpn)

        - AIS Simrad c’est un flot de 6 bits, argh !

        - !AIVDO,1,1,,,B3HWV`03wk ?8mP=18D3Q3wv5kP06,0*30
        - !AIVDM,1,1,,A,13JF3n ?P00wrK6tJJFFGp ?v020SA,0*48
        - !AIVDO,1,1,,,B3HWV`03wk ?8mP=18D3Q3wv5kP06,0*30
        - !AIVDM,1,1,,A,402 ;bEAufHfK1wqRdDJFBao00L0L,0*0E
        - !AIVDM,1,1,,B,D02 ;bE@@LLfp00M6Dm4u6D1,2*3B
        - !AIVDO,1,1,,,B3HWV`03wk ?8mP=18D3Q3wv5kP06,0*30
        - !AIVDM,1,1,,B,13HOWfgP05OrE:jJJFhSjwv<00S ;,0*49
        - !AIVDM,1,1,,B,H3Icga10u9ADL4j0t- !AIVDM,1,1,,A,13I8`JgP01OrIjbJJK=J1gvn0<0E,0*3E
        - !AIVDM,1,1,,B,H3Icga4TC9=B140611A0000h6220,0*3B
        - !AIVDM,1,1,,A,13I49ngP00OrIgJJJJsoNgvl00S@,0*16

        Répondre à ce message

  • Bonjour du dimanche
    Le Miniplex est avant tout un multiplexeur NMEA (4 in et 2 out). Malheureusement je n’ai qu’un « talker » NMEA : la sortie NMEA 183 du MFD NSE 12 qui est en fait un convertisseur NMEA 2000 (version Simnet) en NMEA 183. Il n’y a aucun paramétrage de la vitesse d’émission (ni de filtrage de données). Je pense qu’il faudrait en fait un convertisseur plus sophistiqué Simnet vers NMEA 183 avec une interface de paramétrage (il existe).
    Il n’y a aucune phrase AIS ($AIVDO $AIVDM) en sortie du NSE12 et lues sur MPconfig (Miniplex). Comme j’arrête de rajouter des boîtes, je vais utiliser la sortie RS232 de l’AIS Simrad (et une liaison série-USB) pour injecter les cibles AIS dans OpenCPN sur le PC.
    A suivre
    Patrice

    Répondre à ce message

    • Pas totalement clair, à mon avis il y a tout ce qu’il faut pour se raccorder directrement au miniplex :

      • le ’plotter intégré’ NSE 12 (aka écran multifonctions) , dites vous, dispose d’une sortie NMEA, c.a.d soit d’une sortie électrique deux fils différentiels RS 422 (c’est l’option conforme à la norme, la doc d’install confirme ce RS22 page 15, et évoque le coté bi-directionnel emission-réception de ce port) qui se branche sans problème sur le miniplex, soit d’une version dégradée de la sortie (ça se fait trop souvent, c’est l’option conforme au « marché ») avec un seul fil de signalisation (parfois noté TxD) sur laquelle le signal est relatif au 0V de signalisation ou de l’alim (souvent noté GND). Là encore ça se branche sans problème sur le miniplex. Les phrases NMEA que verra le miniplex seront celle émises par le NSE, ce dernier re-émet-t-il les phrases qu’il reçoit de l’AIS externe (sans doute raccordé en simnet), je ne sais. La page 18 de la doc d’install montre qu’on récupère ce NMEA in et out sur le connecteur marqué VEDIO IN avec un cordon éclaté (voir aussi page 35). De plus ce port NMEA est configurable, c’est caché page 67 du manuel d’install, on peut configurer la vitesse (préférez 38400) et les phrases NMEA produites (elles sont toutes ’off’ par défaut, voir aussi page 81). La mauvaise nouvelle c’est que la page 81 annonce que les phrases AIS ne sont re-émise (bridged) depuis le simnet. You are dead, jim !
      • vous évoquez la sortie RS232 de l’AIS Simrad (et une liaison série-USB), il semble donc que cet AIS (référence à préciser) soit distinct du NSE auquel il se raccorde en ... à préciser (simnet semble-t-il) Si vous pouvez accéder à la sortie RSR232 de l’AIS, pourquoi ne pas la raccorder elle aussi, et directement, au miniplex et laisser à ce dernier le soin de re-émettre (en UDP) les phrases AIxxx sur le port ethernet vers OpenCPN. Inutile donc d’utiliser un convertisseur RS232-USB, le miniplex fera l’affaire

      Voila, toute la doc est sur le site www.simrad-yachting.com

      Répondre à ce message

      • Merci Yves

        Cela m’ouvre de nouveaux horizons. Je précise :
        MFD (Multi Function Display) Simrad NSE 12 : effectivement, j’utilise en sortie un câble multiple (NMEA 0183 in/out, Video 1/2, ...). Malheureusement, la gestion des phrases NMEA 183 est limitée et exclut les données HS (high speed). Page 83 du manuel : « AIS sentences are not bridged to and from Simnet ». Aucune phrase AIS n’est proposé en sortie.

        L’AIS est un NAIS 300 connecté par Simnet (NMEA 2000) au réseau Simrad et donc au NSE 12. Toutefois la connectique du NAIS 300 propose un bornier décrit dans le manuel :
        */ 3 bornes pour NMEA0183-HS (RS232) : Out - / Gnd / In + ; ces trois fils sont reliés à une prise série puis à un adaptateur série/USB pour le PC W10. Cela fonctionne sur OpenCPN.
        */ 4 bornes pour NMEA0183-HS (RS485) : Out + / Out - / In + / In - . Inutilisées pour le moment.

        Les subtilités RS 232 vs RS 485 m’échappant un peu, ma question existantielle devient :
        Puis-je câbler les sorties Out + / Out - de la RS 485 sur une entrée NMEA du Miniplex 2E ; entrée que je configurerais alors en 38400 bauds. En espérant que la sortie UDP du MP2E se débrouille pour passer toutes les phrases NMEA.
        L’autre option étant d’utiliser le câblage RS 232 pour faire cette liaison avec le MP2E et regarder pareillement ce qui se passe sur la sortie UDP. Mais cela retire la liaison directe série/USB sur le PC.

        A suivre
        Patrice

        Répondre à ce message

        • Suite
          Pour les gens bizarres qui seraient intéressés par une description accessible du protocole de communication RS 485... un dimanche soir ! C’est peut-être ma solution... si je ne fais pas tout cramer.
          Patrice

          Répondre à ce message

          • Ca va.... on suit !!!
            Michel, en mouillage forain, sous 4G B-)

            Répondre à ce message

          • J’ai survollé cette comparaison entre 232, 422, 423 et 485.
            Le 485 permet, sur deux fils, de raccorder une floppée de parleurs et d’écouteurs (voir schéma p 3, c’est le mode multipoint)

            Dans ton cas précis il n’y a pas plusieurs parleurs sur la même paire (et un protocole ad-hoc pour gérer) , il y a juste un parleur (l’AIS) d’un coté et un écouteur de l’autre (le miniplex)
            De plus la comm ne se fait que dans le sens AIS vers miniplex, c’est pas bidirectionnel, donc à la fois le mode multipoint est totalement inutile et un multipoint pour faire du point à point et même pas bidirectionnel, ça s’appelle un point à point unidirectionnel, , ce que fait très bien 422 (et 232 mais pas différentiel, lui)

            Par précaution, commence tout de même avec le mode 232.

            Répondre à ce message

        • De mon coté j’en étais resté à RS422 et peut-être 432 ou 442, desquels j’avais surtout retenu le coté « différentiel » avec une plus grand portée et une meilleure immunité au bruit. Un de ces 4 j’essaierai de comprendre les subtiles différences entre 422 et les autres, dont le multidrop .vs. multipoint du document que tu as posté.

          En gros, si un ’talker’ te propose simultanément du 232 (TTL, codage par niveau électrique relatif à un 0 de référence) et en même temps un membre de la famille 4xx (différentiel, codage par le sens du courant circulant entre deux poles), il faut préférer le 4xx, bien plus immune au bruit, d’autant plus que le miniplex prévoit explicitement, sans sa version 422, une isolation optoélectronique (comme si on avait en vrai transfo entre l’émetteur et le récepteur, donc aucun risque de voire du courant produit par l’un entrer dans l’autre, et cramer tout). La doc du miniplex explique très précisément comment raccorder tout ça.
          Donc : préférer le 422 ou plus

          Mon soupçon est que le RS485 est une variante du RS422, c/a/d un différentiel compatible avec le 422
          Idéalement c’est lui qu’il faut utiliser pour raccorder l’AIS au miniplex, dans le sens AIS -> Miniplex (le sens inverse n’a pas d’intérêt et nécessiterait un port dédié sur le miniplex)
          Bien sur pour commencer (et vu les distances entre les deux équipements) tu peux tout à fait (légitimement) utiliser le mode 232 en respectant le câblage recommandé par shipmodul, Dans tous les cas se sera du 38,4.

          Inutile d ’interposer un convertisseur RS232-USB même si de nos jours ils tombent très bien en marche. KISS, comme d’hab. Laisse au miniplex le soin de mettre tout ça sur l’éthernet raccordé au PC.

          réponse à tes questions :

          Puis-je câbler les sorties Out + / Out - de la RS 485 sur une entrée NMEA du Miniplex 2E ; entrée que je configurerais alors en 38400 bauds. En espérant que la sortie UDP du MP2E se débrouille pour passer toutes les phrases NMEA.

          Oui, sans problème. Le miniplex devrait mettre sur ethernet et en UDP tout ce qu’il reçoit des ses ports séries quelqu’en soit le mode (232, 422, etc.)

          L’autre option étant d’utiliser le câblage RS 232 pour faire cette liaison avec le MP2E et regarder pareillement ce qui se passe sur la sortie UDP. Mais cela retire la liaison directe série/USB sur le PC.

          oui, ça fonctionne tout aussi bien, tu perd juste l’isolation opto, très facultative vu les distances et le cablage très controlé (par toi) des 0V de ton bord, au moins dans un premier temps.
          Mais quel est l’intérêt de cela retire la liaison directe série/USB sur le PC, je ne comprend pas.

          Répondre à ce message

          • Oui, cela confirme ma préférence personnelle pour câbler sur la RS485. Je comprends également que la RS232 est plus « rustique » . Je l’utilise actuellement avec un convertisseur série/USB car je n’ai que des PCs portables et un Beelink AP34 que je dois recevoir bientôt, aucune prise série à l’horizon. Le câblage (sortie uniquement) du NAIS 300 est d’ailleurs sur trois fils.
            Pour la petite histoire il faut être prudent avec les sorties du MP2E lorsqu’on connecte un appareil de techno ancienne (Navtex NX300) qui est en « single ended » et non « differential » donc obligation de ponter les bornes com et gnd de la sortie du MP2E. Ce que souligne le manuel en anglais mais qui est omis du manuel en français (plus ancien).
            Je tente demain le RS 485 sur le MP2E.
            Bonne nuit
            Patrice

            Répondre à ce message

            • donc obligation de ponter les bornes com et gnd de la sortie du MP2E.

              Pour les encore néophytes du miniplex (y en a sans doute, faut pas les piéger au début) la doc dans sa version 2011 (post suivant) disait simplement (p. 6) qu’on connecte le OutA du miniplex au RX/In (du NX300 par ex, pour lui passer les info de position GPS) et le Com (comme « commun ») du miniplex au GND du NX300, en ajoutant que « le GND (le 0V de ref) du NX300 est souvent confondu/connecté au 0V de l’alim du NX300 », du coup ta phrase est sans équivoque puisque le GND du miniplex (le NEG de son ALIM) et le Ground du NX300 sont en continuité par le NEG général du bord.

              Dans la version 2013 (en PJ) de la doc le pontage, coté miniplex, de COM et GND est explicité

              Tu as tout à fait raison de rappeler qu’il faut lire attentivement l’excellent doc shipmodul lorsqu’on utilise du RS232 à la place du différentiel, voir la copie d’écran, mais dans sa version récente (2013)

              JPEG

              Répondre à ce message

  • Suite
    RS232 / USB depuis l’AIS Simrad envoie bien les cibles AIS sur OpenCPN avec tous les régalages possible. 2 connexions actives sur OpenCPN, une réseau UDP pour NMEA 183 classique et une série/USB pour AIS 38400 bauds.

    En revanche, impossible d’établir la connexion avec W4D sur GalaxyTab A6. Pourtant wifi du bord, bonne adresse IP, UDP et port 10110, activation de la passerelle NMEA. Blocage de W4D, désinstal/réinstal, rien n’y fait, pas de phrase NMEA.

    Patrice

    Répondre à ce message

  • Bonjour,
    Je me greffe sur cette conversation, car j’ai un (voire 2) utilisateurs de qtVlm qui ont des soucis également. Ils arrivent à connecter openCpn via UDP et à recevoir le flux NMEA, mais rien dans qtVlm sur la même machine. Ils ne peuvent pas tester en ce moment (pas sur le bateau).
    J’ai fait des changement dans la gestion de l’UDP dans la dernière version sortie hier soir (5.6.0), dans l’espoir de réparer ça. Éventuellement si quelqu’un pouvait me dire si ça fonctionne sur leur installation...

    Répondre à ce message

  • Bonjour à nouveau
    Avec une semaine de retard, j’ai pu tester les nouvelles connexions ; tout marche.
    En résumé, j’ai connecté les sorties NMEA HS RS485 de mon AIS sur l’input 2 du Miniplex 2E et bien sur configuré en 38400 bauds. Le protocole réseau UDP se débrouille avec tout ça et ma connexion unique sur OpenCPN (réseau UDP) récupère bien les infos de navigation et les infos AIS. Le Minplex 2E (3E maintenant) est bien la meilleure solution pour exploiter les infos NMEA 183 simultanément sur diverses machines en Ethernet ou en wifi.

    Pour le problème évoqué dans le dernier post, je ne peux que suggérer une piste : il est possible que sur une même machine on ne puisse pas simultanément récupérer les données (Qtvlm et OpenCPN). La lecture UDP se fait par le port 10110 qui ne peut être occupé que par une application.

    Merci pour le remue méninges général et particulièrement Yves pour son didactisme.

    Patrice

    Répondre à ce message

    • Tout est bien qui finit bien. Super.

      sur une même machine on ne puisse pas simultanément récupérer les données (Qtvlm et OpenCPN)

      en tcp, c’est une certitude (impossibilité interne car l’émetteur doit rester en phase avec le récepteur, unique, et l’émétteur n’a qu’un jeu d’informations de phase, donc un seul récepteur))

      En UDP, je suis moins certain de cette impossibilité et si c’était possible il suffirait d’un bout de code (sur le PC) qui dupliquerait le trafic du port 10110 (10110 est cablé en dur dans le miniplex) vers les ports 10111 et 10112 (par ex.). C’est un bout de code qu’on trouvait très fréquemment dans le domaine public sous le nom « split » ou « tee »ou « sniffer ». Peut-être même peut-on charger miniplex de re-émettre le NMEA qu’il reçoit vers deux ports (dans ce cas 10110 et 10111 impliqueraient moins de changement). Une rapide gogolisation évoque iptables (solution linux, excellent au demeurant, et aussi mac).

      Sans doute une question pour le support de chez Shipmodul

      Pour mettre toutes les chances de votre coté,configurez le miniplex en UDP broadcast (pas en ’directed’ qui est restreint à une seule @IP précise)

      Au niveau « commande windows » ’netstat -ona’ est l’outil pour voir quel port udp ou tcp avec eventuellement quel @ip est écouté par quel process.

      Répondre à ce message

    • il est possible que sur une même machine on ne puisse pas simultanément récupérer les données (Qtvlm et OpenCPN). La lecture UDP se fait par le port 10110 qui ne peut être occupé que par une application.

      Non, en UDP10110, je récupère sans problème les infos NMEA à la fois sur OpenCpn et sur Scannav
      Je pense qu’il s’agit plutôt d’un problème qtvlm, qui doit ouvrir le port en mode exclusif
      Robert
      à Egine sur S/Y Lysigée

      Répondre à ce message

  • qtVlm n’ouvre pas le port en mode exclusif, je le sais c’est moi qui code :)

    Répondre à ce message

    • Alors il faudrait monter une manip en lançant successivement des applications (opencpn, qtvlm, autres) réputées ouvrir le port udp 10110 en mode non exclusif mais Lysigée nous a déjà fournit partiellement la réponse : opencpn et scannav peuvent être lancés simultanément.

      A moins bien sur que le problème ne soit ailleurs, par exemple que le qtvlm de Patrice ne reçoive tout simplement pas ces datagrammes UDP (par ex s’il est en WiFi), mais si c’est sur le même PC en ethernet que cohabitent opencpn et qtvlm ...

      Patrice,, il faudrait sans doute utiliser la dernière version dont maitai dit J’ai fait des changement dans la gestion de l’UDP dans la dernière version sortie hier soir (5.6.0),

      De plus, opencpn et qtvlm déjà lancés, la commande windows ’netstat -ona’ devrait montrer les deux process OpenCPN et qtvlm à l’écoute du port 10110, process identifiables par la cinquième et dernière colonne (le n° de process)

      Répondre à ce message

Répondre à cet article

UP

Copyright et informations légales