image
image
image

Votre IP : 54.224.108.85
Dernier ajout : 25 mai
Visiteurs connectés : 8

image Conception
Développé sous SPIP
Informations légales

image
image
Recherche image

Pratiques et Techniques de la Plaisance

image

Accueil du site > Articles > Les échos du web > Camouflage - guilty or not guilty

Rubrique : Les échos du web

__________________________________________________________________________________________________________________

Camouflage - guilty or not guiltyVersion imprimable de cet article Version imprimable

Publié 22 janvier, (màj 23 janvier) par : yoruk   

Copyright : Les articles sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent pas être reproduits en partie ou totalité sans leur accord
S'identifier pour s'abonner par mail

Mots-clés secondaires: navigation_divers , Traditions_cultures

Guilty or not guilty

Guilty... c’est le nom donné à son bateau de 35 mètres par le richissime collectionneur d’art Dakis Joannou. Conçu par la designer Ivana Porfiri, et décoré par Jeff Koons, il se remarque, c’est le moins que l’on puisse dire. On le rencontre régulièrement à Riposto

JPEG - 283.5 ko
Guilty à Riposto oct 2016

Alors coupable (guilty) ou non coupable (not guilty) Not guilty que l’on peut aussi traduire par « acquittement »... On plaidera la provocation artistique bénigne... On n’en est pas à “l’origine du monde...

  • Pour le magazine Forbes “voir note” [1] Dakis Joannou’s Mega Yacht ’Guilty’ By Jeff Koons And Ivana Porfiri, An Act Of Calculated Irreverence
    • Il y a toujours eu des accusations d’excès dans le monde de l’art, et Dakis Joannou a une réponse simple : Coupable.
      Mais, circonstances atténuantes : les motifs géométriques audacieux de Guilty, alternant losanges jaunes, triangles roses et polygones bleus, ont été inspirés par le camouflage naval britannique de la Première Guerre mondiale.
      Pour l’industriel gréco-chypriote de 72 ans, le super-yacht est une œuvre d’art flottante. Nous avons conçu un bateau dans une méthode anti-style, nous n’avons pas de règles, pas de programmes, pas de plans. Porfiri a travaillé avec lui pour mettre en place toutes les fonctionnalités avant de passer au design kaléidoscopique de Koons.
    • On s’est appuyé sur la technique du “Razzle Dazzle”, technique utilisée pendant la Première Guerre mondiale comme camouflage non pas pour cacher un objet mais pour confondre le spectateur , explique Jeff Koons.
       

 

De l’art du camouflage


Les camouflages délirants qui embrouillèrent les sous-marins allemands

Source : voir “Note” [2]

Durant la Première guerre mondiale, on doit la technique à l’imagination d’un artiste britannique, Norman Wilkinson. Les tableaux de John Everett “voir note” : [3] en témoignent L’objectif de ce camouflage n’est pas de dissimuler le navire, mais d’empêcher l’adversaire d’identifier avec précision le type de navire, ses dimensions, sa vitesse et son cap. Son efficacité repose sur l’illusion d’optique créée par des motifs entrecroisés, qui perturbent la vision d’un observateur utilisant un télémètre mécanique (outil utilisé par l’artillerie navale pour évaluer la distance de tir). En pratique, un observateur serait incapable de déterminer s’il voit la proue ou la poupe, et il lui serait tout autant difficile de dire si le navire se rapproche ou s’éloigne.

En 1918, John Everett, peintre de marines, reçoit du ministère de l’Information britannique l’autorisation spéciale de représenter des scènes fluviales à Londres. Everett tombe alors sous le charme du camouflage disruptif de certains navires et décide de les peindre.

Le camouflage disruptif

Le camouflage disruptif (on parle aussi de camouflage Dazzle voir “Note” [4]
qui décorait les navires de bandes zigzagantes aléatoires était dû à l’imagination d’un artiste britannique du nom de Norman Wilkinson voir “Note” [5] , qui en avait eu l’idée pour tenter de protéger les navires des attaques des sous-marins allemands, qui coulaient alors de trop nombreux navires britanniques. Cette stratégie donna naissance à des œuvres s’apparentant à l’école cubiste ou vorticiste. (On peut trouver une belle collection de photographies de ces navires sur io9. “voir Note” [6])

Comment est née cette étrange idée et surtout, comment fonctionna-t-elle ? le blog Camoupedia a mis en ligne le texte d’un article consacré au camouflage disruptif et à l’œuvre de John Everett voir note [7] , publié en 1919 dans le magazine britannique Land & Water. Son auteur, Haldane Macfall, officier, mais aussi critique d’art et écrivain, donne de nombreux contre-exemples d’objets d’une couleur uniforme et qui ont, de tous temps, fait d’excellentes cibles sur le champ de bataille.
« On pourrait presque présenter ce fait comme une loi du genre, écrit Macfall. La couleur unie est ce qui se rapproche le plus de la cible parfaite par excellence : la silhouette sombre. Comme un sous-officier d’infanterie du XVIIIe siècle aurait pu le dire : la cible uniforme est l’ami du tireur. »
Macfall cite également Jan Gordon, lieutenant de la Royal Navy, qui avait collaboré avec Wilkinson au développement de cette stratégie du camouflage. Gordon explique ainsi que « le camouflage disruptif atteint son objectif non en se rendant invisible au sous-marinier, mais en brouillant son jugement ».
Les images d’Everett, qui dépeignent les navires dans leur contexte, montrent comment le camouflage fonctionne. Les navires sont difficiles à regarder et semblent se fondre dans le cadre, malgré leurs peintures criardes.

Surtout, en peignant ce genre de camouflage sur un navire, on obtient deux effets visuels : le premier est qu’il devient très difficile d’identifier le navire car on peine à faire la différence entre la coque et les superstructures, une technique que l’on connaissait dès les guerres napoléoniennes, certains navires à deux ou trois ponts ayant le pont supérieur peint en noir de manière à ce que, de loin, ils paraissent avoir un pont de moins (les coques des navires étaient généralement de couleur ocre). Le second est qu’en brisant les formes du navires par des bandes anarchiquement disposées, il devient également très difficile d’estimer son cap, ce qui rend le pointage particulièrement ardu, un sous-marin devant estimer le cap et la vitesse de déplacement d’un navire pour pointer ses torpilles de manière efficace.
Si l’Amirauté britannique affirma que le camouflage disruptif fut efficace, David L. Williams écrit dans son histoire du camouflage naval durant les deux conflits mondiaux que cette efficacité fut malgré tout subjective, car elle ne fut employée qu’à petite échelle “voir note” [8].
Au cours de la Seconde Guerre mondiale, la technique fut modifiée avant d’être abandonnée, les systèmes de pointages s’étant améliorés et la menace venant désormais, principalement, des airs.

De l’art de se montrer

Le camouflage disruptif peut également être rencontré dans le civil, à des fins artistiques. Des navires privés ont été peints en camouflage disruptif dans un but purement esthétique. Notamment les navires de la Sea Shepherd Conservation Society (SSCS) le Steve Irwin et le Bob Barker en bleu, gris et noir ainsi que le Sam Simon en blanc, gris et noir, navire utilisé dans le combat contre la chasse à la baleine, repeint en camouflage disruptif en 2011. Sur la photo de droite, Sam Simon, tournant le dos à la fontaine d’Arethuse, celle de Syracuse “voir note” [9]

In fine, Guilty, Sam Simon et Steve Irwin se mettent dans la lumière, en totale contradiction avec les règles du camouflage...

Michel à Riposto



UP


Répondre à cet article
(pour répondre à un message en particulier, voir plus bas dans le fil)

2 Messages de forum

__________________________________________________________________________________________________________________

__________________________________________________________________________________________________________________

  • 22 janvier 18:56, par Négofol écrire     UP Animateur

    Le camouflage des bateaux a toujours excité les imaginations et les solutions les plus farfelues proposées...

    Un exemple célèbre est le HMS Ramillies qui, à sa construction en 1917, avait été peint en.... rose pour tenter d’être moins visible au lever et coucher de soleil. Devant les réactions de l’équipage excédé des plaisanteries de leurs collègues quant à leurs mœurs, le camouflage a été modifié en « Dazzle » en 1918, mais en gardant le rose comme couche de fond par économie. Il y a un tableau au Musée de la marine de GB....

    Le sujet a perdu de son actualité avec la généralisation du radar qui rend la détectabilité et la télémétrie visuelles secondaires... Maintenant c’est la réduction des signatures radar et infra-rouge qui priment....

    JPEG

    Répondre à ce message

  • 25 janvier 13:37, par yoruk écrire     UP Animateur

    On s’est souvent trompé sur ce bateau (moi le premier).

    Déjà, son propriétaire est Dakis Ioannou, ce n’est pas Jeff Koons, qui doit sa reconnaissance artistique à Dakis Joannou, grec cypriote (en fait, cypriote grec), homme d’affaires prospère et collectionneur avisé. Dakis Joannou commande un nouveau bateau, sur la base de son ancien bateau, qui se nommait, prémonitoire : « Protect me from What I Want » à un chantier, et en faisant appel à une designer, issue de la tradition navale : Ivana Porfiri. C’est la synthèse des talents de ces trois personnalité qui permettra la naissance de « Guilty » (coupable !!!) succédant à : « Protect Me from What I Want » (protégez moi de mes tentations). La réalisation de sa forme et de son graphisme, assumera une attitude se réclamant résolument de l’art contemporain, plutôt que de l’architecture maritime classique

    Pour exemple, la coupe tronquée de l’étrave, faite pour des raisons pratiques, libère le passage des aussières de bâbord comme de tribord. Mais aussi, et surtout, elle brise la perspective spatiale de l’étrave.

    On n’est pas obligé d’aimer, mais, on ne peut pas rester indifférent.

    JPEG

    Répondre à ce message

Répondre à cet article

UP

Copyright et informations légales