image
image
image

Votre IP : 54.224.109.48
Dernier ajout : 24 juillet
Visiteurs connectés : 221

image Conception
Développé sous SPIP
Informations légales

image
image
Recherche image

Pratiques et Techniques de la Plaisance

image

Accueil du site > Forum technique > Les moteurs -forum- > Inverseur et propulsion > Fuite d’huile sur inverseur Hurth

Rubrique : Inverseur et propulsion

__________________________________________________________________________________________________________________

Fuite d’huile sur inverseur HurthVersion imprimable de cet article Version imprimable

Publié Septembre 2013, (màj Septembre 2013) par : Cyril  image   

Copyright : Les articles sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent pas être reproduits en partie ou totalité sans leur accord
S'identifier pour s'abonner par mail

Bonjour,
J’ai une fuite d’huile sur mon inverseur HURTH HBW 125, au niveau de l’axe de commande AV AR, faut-il « tomber » l’inverseur et l’ouvrir pour changer le joint, ou peut-on le changer par l’exterieur ? Sur la doc il est indiqué de ne pas démonter la plaque qui tiens l’axe, réglage réalisé en usine ?
Cyril

UP


Répondre à cet article
(pour répondre à un message en particulier, voir plus bas dans le fil)

23 Messages de forum

__________________________________________________________________________________________________________________

__________________________________________________________________________________________________________________

  • 9 septembre 2013 18:43, par Robert écrire     UP

    De mémoire, ce joint se change facilement sans démontage compliqué. Au remontage il faut bien centrer le levier, avec un débattement symétrique avant-arrière.

    Ci-joint les éclatés.

    Répondre à ce message

    • 9 septembre 2013 19:47, par Cyril écrire     UP     Ce message répond à ...  image

      Bonjour Robert,
      Merci pour la doc. Il doit s’agir du repère 8 sur le schéma. Il faut donc l’extraire en force après avoir démonté le levier ?
      Cyril.

      Répondre à ce message

      • 9 septembre 2013 20:05, par Robert écrire     UP     Ce message répond à ...

        Je n’ai jamais ouvert le mien, mais « au pif » c’est probablement un simple joint « Spi » ou un joint « à lèvres » accessible dès qu’on a enlevé le couvercle.

        De tout façon, il faudra acheter la pièce d’origine, ce qui permettra immédiatement de comprendre comment la sortir.

        Voilà le manuel d’atelier d’un Hurth plus ancien, mais cela ne doit être guère différent.

        Répondre à ce message

      • Non, non, à cet endroit on n’extrait rien en force !

        D’abord on met l’inverseur au point mort

        Avant de démonter quoique ce soit, on fait d’abord un repère au feutre (une croix) sur le levier et l’axe du levier en place, afin de remonter à la fin le levier dans la position exacte où il se trouvait à l’origine.

        Ensuite, on défait le cable morse (et encore, ce n’est pas vraiment nécessaire, mais c’est pour avoir plus d’accès), puis on dévisse l’écrou de serrage du levier. A ce niveau, en « diguonant » le levier, il doit venir tout seul.

        Ensuite, on défait les 4 écrous de la plaque, ce qui désolidarisera également la plaque qui tient le cable morse.

        Ensuite on sort la plaque de commande, en prenant bien soin de repérer la position du galet de commande de foruchette, qui doit être vers le bas si je me souviens bien (la partie la plus large du galet est soit vers le haut, soit vers le bas).

        Puis on inspecte la plaque de commande, surtout au niveau des écrous car celle ci est fragile. Elle peut être fêlée, surtout au passage des écrous.

        Ensuite on ne s’embête pas à acheter un joint chez Hurth, on prendre de la pâte à joint moteur rouge qui est bien plus efficace que les joints papiers, et que tout bateau devrait avoir à bord tellement c’est pratique, pas cher, et ça sert pour plein de matériel (le moteur, l’inverseur, le guindeau, bref tout ce qui contient de l’huile, même et surtout de l’huile de transmission).
        On met bien du joint partout autour de la plaque de commande, et bien autour des passage de gougeons.

        On remonte la plaque en serrant un peu mais pas trop. On laisse gentiment sécher la nuit. Le lendemain, on resserre un peu plus, mais surtout pas trop car c’est ainsi que plus d’un ont cassé cette plaque au niveau des passages de gougeons.

        C’est pour cela je préfère la pâte à joint car elle demande un serrage beaucoup plus faible, donc moins de risque de casse.

        Puis on remonte le levier ce qui est facile puisque l’on a fait des repères, on remonte le câble, et c’est reparti pour un tour :-)

        On n’oublie pas bien sur de contrôler le niveau d’huile d’inverseur comme indiqué dans le manuel

        Répondre à ce message

  • 10 septembre 2013 10:21, par Cyril écrire     UP  image

    Merci a tous ! Je vais me lancer et je vous tiens au courant !:-)

    Répondre à ce message

  • 19 septembre 2013 09:36, par Cyril écrire     UP  image

    Réparation effectuée ! Pas de difficulté, changement du joint spi et réfection du joint de la plaque. Bien positionner l’axe au remontage avec le triangle intérieur. Sortie prochaine pour contrôle d’étanchéité, en espérant que la fuite provient bien de cet endroit.

    Répondre à ce message

  • 26 juin 21:47, par amuitz écrire     UP

    Bonjour,
    j’ai une fuite d’huile sur mon inverseur Hurth HBV 10, fuite qui se situe au niveau du joint « spi » de l’arbre du sélecteur de vitesses. J’ai lu sur les divers commentaires que le démontage de la plaque était aisé. Je voulais savoir ce qui allait venir avec la plaque... Sur les éclatés on voit l’axe, un roulement etc... Je ne voudrai pas que des « morceaux » tombent au fond pendant le démontage in situ. La fuite m’oblige à refaire le niveau toute les deux heures d’utilisation, le niveau passe du maxi au mini en deux heures. J’ai du intercaler un petit récipient pour récupérer l’huile car j’en manquais pour pouvoir poursuivre une longue navigation au moteur.

    Merci pour les explications à venir.

    Répondre à ce message

    • Pour ne pas perdre de pièces (un cauchemar partagé !), essaie de mettre dessous une moque, une bassine, ou a minima un chiffon TRES large et PAS troué. Parfois plus facile à conseiller qu’à faire, je l’admets.

      Répondre à ce message

      • 29 juin 17:36, par yvesD écrire     UP     Ce message répond à ... Animateur

        Ah, l’expérience du vécu ;-)
        C’est sur que c’est très hard comme situation.
        J’use et abuse des bidons de 5 litres vide et dont je découpe un coté (ça c’est quand je veux récupérer le liquide) et aussi des cabas plastiques de supermarché (ceux à 0,5 €, assez costauds, avec des anses décentes, bien résistants à la chaleur).
        Je prend toujours beaucoup de photos au fur et à mesure, avec ces appareils qui permettent aussi de téléphoner. Je prend aussi pas mal de notes et je porte des repères au feutre de couleur.
        Et malgré tout ça, y a des prises de têtes.
        Chienne de vie.

        PS : ah, j’oubliais le miroir emmanché pour m’assurer qu’il y a au moins un joint (sinon fuite) et au plus un joint (sinon fuite). L’horreur, toujours.

        Répondre à ce message

        • J’ai un probleme, ou plus exactement je termine le remontage partiel de mon inverseur PRM 310 en attendant les disques d’embrayage commandés chez ASAP Supplies qui ne sont pas tres nerveux.
          Au depart, fuite sur l’arbre de sortie reducteur, le joint spi avec lèvre usée .
          Quant j’ai voulu demonter le gros ecrou dans le cone du tourteau, j’ai quand meme reussi à exploser une douille facom de 41 avec deux bras de levier de 1m, palan 6 brins, et masse ...
          rien n’est venu, sauf la douille.
          Il m’a donc fallu demonter l’engin pour porter la partie inferieure chez un garagiste qui m’a prété sa deboulonneuse et c’est venu...
          J’en suis, puisque l’engin est ouvert, à changer les disques et un roulement explosé à son extraction.
          Tout ceci pour dire que deboulonner l’ecrou qui tient le tourteau de sortie, quand c’est la premiere fois depuis 40 ans, c’est pas de la tarte surtout à la mer ou in situ au port..eviter de tourner autour du pot et tout demonter fait gagner du temps, d’autant que ce fameux ecrou est un ecrou fendu pour eviter son desserrage.
          Le demontage des disques et surtout leur remontage va etre autre chose et comme dit plus haut les photos, schemas, reperes divers vont etre au gout du jour.
          Bien que possedant l’eclaté de ce reducteur, l’empilage des disques et le systeme d’entrainement est tres curieux, mais je ne suis pas specialiste des reducteurs..
          .

          Répondre à ce message

Répondre à cet article

UP

Copyright des logiciels, charte graphique, et images du bandeau supérieur : reproduction interdite sauf autorisation de reproduction de Robert Schirrer