image
image
image

Votre IP : 54.224.108.85
Dernier ajout : 25 mai
Visiteurs connectés : 9

image Conception
Développé sous SPIP
Informations légales

image
image
Recherche image

Pratiques et Techniques de la Plaisance

image

Accueil du site > Articles > Instruments > Electronique de navigation > Utilisation d’une tablette Android comme deuxième écran

Rubrique : Electronique de navigation

__________________________________________________________________________________________________________________

Utilisation d’une tablette Android comme deuxième écranVersion imprimable de cet article Version imprimable

Publié Avril 2015, (màj Avril 2015) par : lysigee  image   

Copyright : Les articles sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent pas être reproduits en partie ou totalité sans leur accord
S'identifier pour s'abonner par mail

Mots-clés secondaires: électronique

Utilisation d’une tablette Android comme deuxième écran d’un logiciel de navigation sur PC

1 Le besoin

Je navigue le plus souvent en solo en utilisant un logiciel de navigation (Scannav) avec une cartographie Navionics sur un PC Windows. Ce PC est relié à un multiplexeur NMEA, ce qui me permet d’afficher toutes les informations utiles (position, loch, sondeur, cibles AIS, etc..) sur l’écran du PC.
L’inconvénient est que le PC est dans le carré sur la table à cartes, et dans les moments tendus, comme l’approche d’un mouillage ou d’un port, descendre dans le carré pour vérifier une sonde ou le plan d’un port peut être gênant voire dangereux.

J’ai donc cherché comment avoir l’image de l’écran du PC dans le cockpit.

La solution que j’ai identifiée est d’utiliser une tablette Android et un logiciel pour contrôler le PC à partir de cette tablette.

 

2 Les logiciels pré requis

Il y a un certain nombre de logiciels qui permettent de contrôler un PC à partir d’une tablette.
J’en ai identifié 3 principaux :

  • Splashtop
  • Teamviewer
  • iDisplay
    Il y en a d’autres, mais je me suis arrêté dans mes recherches quand j’ai trouvé chaussure à mon pied.

 
Tous ces logiciels sont composés de deux parties : une partie qui tourne sur le PC, et une autre qui tourne que la tablette.
Les deux premiers fonctionnent par une liaison de type internet, soit sur un réseau local (réseau adhoc, ou Ethernet), soit sur le réseau Internet

3 Teamviewer

Ce logiciel est connu par les professionnels pour pouvoir intervenir sur les PC de leurs clients et débugger leurs logiciels. Il existe une version pro payante, et une version gratuite, avec l’inconvénient de devoir en fin de session certifier qu’on l’utilise à titre individuel.

Il fonctionne sur toutes les plateformes : Windows, Mac, Linux, Android, iPhone, iPad, Windows Phone.

La fonctionnalité initiale de ce logiciel est de connecter deux PC à distance. Je l’utilise déjà pour contrôler, mettre à jour et résoudre les petits problèmes de fonctionnement sur les PC des membres non geek de ma famille


3.1 Installation
Il y a deux logiciels à télécharger et lancer : 1 sur le pc, l’autre sur la tablette. Très simple :
  • sur le PC, aller à l’adresse http://www.teamviewer.com/fr/ et cliquer sur Télécharger et laisser vous guider.
  • Sur la tablette, aller dans Google Play et chercher teamviewer. Il faut créer un compte sur le site Teamviewer

3.2 Fonctionnement

  • Le PC et la tablette doivent être connectés à Internet. Et c’est le principal désavantage : en mer, on n’a pas forcement accès au Web.
  • La connexion est protégée par un identifiant et un mot de passe.
  • Une fois connecté, on a un contrôle complet de l’ordinateur à partir de la tablette.
  • a. Toutes les fonctions possibles avec la souris sur le PC sont possibles sur la tablette, sur l’écran tactile, (en activant les fonctions tactiles)
  • b. Le Zoom à deux doigts sur la tablette gère bien le zoom sur l’outil de navigation aussi bien sur Scannav que sur OpenCpn
  • c. Les fonctions des outils de navigation sont bien accessibles. Léger avantage à OpenCpn en natif, dont les icones sur la barre des tâches sont plus grosses, mais la prochaine version de Scannav (testé en béta) reviendra à égalité, en pouvant paramétrer la taille des icônes.
  • d. Les outils propres à Teamviewer sont facilement accessibles

Teamviewer reproduit fidèlement le fonctionnement sur le PC

 
3.3 Avantage - Inconvénients

Le principal inconvénient de Teamviewer est l’obligation de connexion à Internet, ce qui n’est pas toujours possible en mer.
Son avantage, par ses fonctionnalités de prise de contrôle d’un PC par un autre, sa fonctionnalité initiale, on peut contrôler le PC de navigation depuis un autre PC éloigné.

 

4 Splashtop

Ce logiciel fonctionne sur le même principe que Teamviewer. Là aussi il y une version gratuite et une payante. La version gratuite suffit à l’utilisation projetée.
Il fonctionne sur Windows, Mac, Android, iPad. Une limitation, il semblerait ne fonctionner qu’avec le navigateur Google Chrome, mais des tests sommaires avec Firefox ont fonctionné.

4.1Installation

L’installation est simple :

  • a. un logiciel à charger sur le PC : http://www.splashtop.com/
  • b. un sur la tablette. (Play store ou équivalent)
    Il est aussi nécessaire de créer un compte sur Internet à l’installation

4.2 Fonctionnement

  • Ici aussi, il faut que le PC et la tablette soient connectés à Internet, du moins en réseau (voir plus loin).
  • La prise de contrôle du PC par la tablette est satisfaisante pour les fonctions communes, mais il existe des petites limitations, surtout pour switcher entre les applications : exemple, si vous utilisez la barre de tâches Windows 8 flottante, elle n’apparaît plus sur la tablette et pour retourner sur le bureau et changer d’application, il faut retourner d’abord sur l’écran d’accueil
    (Je n’ai pas mis de photos, car ce sont rigoureusement les mêmes qu’avec Teamviewer).

4.3 Avantages – Inconvénients

  • Les fonctions pour interagir avec le PC sont moins performantes et ergonomiques qu’avec Teamviewer, mais les plus indispensables pour la navigation (tout au moins avec Scannav) sont aisées.
  • En revanche, le grand avantage, une fois connecté une première fois sous Internet, est de pouvoir fonctionner par une connexion wifi adhoc, c’est-à-dire sans nécessité d’être connecté sur Internet. La difficulté est de réaliser ce type de connexion sous Windows 8

4.4 Connexion adhoc

  • Un dossier existe sur Plaisance pratique pour réaliser cette connexion (première partie de http://www.plaisance-pratique.com/O... ). J’ai bien réussi à créer cette connexion, mais ma tablette Android a refusé de s’y connecter. Ou plutôt le PC ne lui a pas attribué d’adresse IP.
  • Ma persévérance ayant des limites, j’ai trouvé sur le net un outil qui s’est chargé de tout faire.
    • Cet outil est : Connectify Hotspot. http://www.connectify.me/
      Il est cependant payant 20$, pour la version la plus simple, mais dont les fonctionnalités suffisent largement à mes besoins.

Remarque : cette connexion utilise bien sur la carte WIFI du PC. Si vous voulez en même temps, utiliser le WIFI pour collecter les informations de vos instruments, à travers un multiplexeur wifi (c’est mon cas), il vous faudra avoir une antenne wifi externe connecté sur un port USB.

 

5 iDisplay

Deux différences principales :

  • a. iDisplay fonctionne en Bluetooth
  • b. A part les fonctions de zoom et de positionnement sur l’écran, iDisplay ne permet que difficilement d’interagir avec le PC : pas de création, modification de wp ou de routes

Il est totalement gratuit. Il fonctionne sous Windows et Mac, Android ou iPad. La version Windows 8 est en Beta, mais je n’ai pas trouvé de problèmes majeurs.

5.1 Installation
Deux logiciels à télécharger :
a. Un sur le PC : http://www.getidisplay.com/
b. Un sur la tablette (appstore, playstore)

Pas de compte à créer, sinon pour recevoir des informations sur les nouvelles versions (et un peu de pub, comme d’habitude).

5.2 Fonctionnement
La difficulté initiale est de créer la première connexion Bluetooth sur le PC. J’ai tellement galéré que je ne peux vous mettre un mode opératoire. .
(Et il vous faudra choisir : navigation ou musique dans le cockpit par des enceintes Bluetooth : rien n’est parfait).

 
A la première connexion, il faut donner un nom à la connexion, le logiciel vous la proposera automatiquement.
L’affichage et les fonctions de zoom et de positionnement fonctionnent bien. En revanche, la barre de tâches de Windows n’apparaît pas, et on ne peut pas switcher entre applications sur le PC. On ne peut pas non plus créer ou modifier des objets dans scannav (ou OpenCpn), car iDisplay n’ouvre pas le clavier tactile sur la tablette. Il faut l’activer (fonction Windows 8) depuis le PC, ce qui masque 25% de la carte.

5.3 Avantages – Inconvénients
L’avantage essentiel est de fonctionner en Bluetooth. Une fois résolu la difficulté initiale, les connexions suivantes sont immédiates. Toutefois les connexions Bluetooth sont limitées en portée. La connexion est perdue au-delà de 30m (Bluetooth de classe 2). Dommage pour ceux qui ont un bateau trop grand.
L’inconvénient est la difficulté d’interagir facilement sur le PC, quasiment impossible..

 

6 Conclusion

Mon besoin initial est de pouvoir visualiser facilement les approches d’un mouillage ou d’un port, en restant à la barre. J’ai suffisamment à faire dans ces moments, sans vouloir changer d’appli.

  • Je vais donc utiliser iDisplay en outil principal : il répond au besoin sans « bouffer » de connexion wifi ou de port USB.
  • Mais j’utiliserai Teamviewer quand je serai connecté à Internet pour ses possibilités d’interactions à distance.

Remarque :
Les tests en chambre fonctionnent parfaitement, mais les premiers tests sur le bateau ont fait apparaître une difficulté : La vision sur la tablette est conditionnée par la position du soleil, son intensité et les reflets sur la vitre. Il faut donc choisir son emplacement avec soin.

UP


Répondre à cet article
(pour répondre à un message en particulier, voir plus bas dans le fil)

8 Messages de forum

__________________________________________________________________________________________________________________

__________________________________________________________________________________________________________________

  • Bravo pour cet article.
    Pour le bluetooth, il faut forcer la connexion :
    ouvrir la connexion réseau
    ajouter un périphérique
    sélectionner le périphérique :

    connexion avec point d’accès sur W8.1

    sur W8 il y a une autre possibilité

    et ça va tout seul
    jean paul

    PNG

    Répondre à ce message

  • Merci pour cet article très détaillé.

    Il semble qu’on puisse utiliser TeamViewer en réseau ad-hoc (sans connexion internet) moyennant une manoeuvre très simple. Voir ici :

    http://forum.pcastuces.com/reseau_a...

    Confirmé par la FAQ officielle de TeamViever :

    https://www.teamviewer.com/en/help/...

    Je n’ai pas encore essayé (je n’ai pas la tablette sous la main) mais si vous le faites, tenez-moi au courant.

    Peio
    Haize Egoa

    Répondre à ce message

    • C’est exact. Je viens de faire le test.
      Teamviewer fonctionne bien en réseau local adhoc.
      Merci Peio.
      La marche à suivre :
       aller dans les options Teamviewer, général / connexions Lan entrantes/
       choisir « accepter exclusivement »
      Attention, l’adresse IP que donne Teamviewer n’est pas la bonne (c’est celle du réseau principal).
      Il faut aller chercher l’adresse IP du réseau adhoc :
       exxécuter / cmd / ipconfig
      l’adresse ip est dans la partie connexion réseau local
      Robert
      Lysigée

      Répondre à ce message

      • Bonjour
        Pour Teamviewer, j’avais déjà testé. C’est assez facile, sous Internet, mais les liaisons « adhoc » m’avaient semblé très difficiles à gérer. Il faut voir si la ligne de commande donnée par Robert, améliore le problème
        http://www.plaisance-pratique.com/l...

        Michel

        JPEG

        Répondre à ce message

        • les liaisons « adhoc » m’avaient semblé très difficiles à gérer.

          Les liaisons ad-hoc sont censées être une simplification, nécessaire/indispensable vers 1985 lorsque l’accès à internet (qui n’existait pas, on disait accès à des réseaux IP externes) était rare et difficile à configurer.
          Ce ad-hoc permettait à deux machines dotées d’ethernet de communiquer sans trop s’embarrasser d’horreurs comme des adresses IP routables, de la gestion de route locales et peut-être aussi de domaines DNS. Ca se bidouille au niveau ethernet, pas au niveau IP, d’où son avantage en 1985 (et son inconvénient dès 1995)

          Depuis les choses ont évoluées.
          De nos jours ces choses mal comprises (routable, @, domaine) font parties du b a ba des gamins de 3 ans (on en trouve sur les pontons, y penser)
          Il est du coup beaucoup plus simple, de nos jours, de configurer LE PC comme ayant un accès à internet (et avec une @IP pour causer à internet ou à l’ISP) d’une part, et ayant accès au réseau local du bord (et avec une @IP distinctes, un préfixe IP distinct, pour causer au bord sans confusion) d’autre part.
          On peut aussi dire que tout à bord est configuré pour causer en IP.

          Pour ces deux réseaux, celui vers internet et celui vers le bord, il y aura des @IP (et des préfixes IP) distincts pour internet et pour le bord. Le préfixe vers internet étant presque toujours imposé par l’ISP, il suffira de choisir un autre préfixe pour configurer les partenaires du bord.
          Si l’ISP a choisi un préfixe en 10.x.y.z il suffira, pour le bord, de prendre un 172.16.a.b ou un 192.168.x.y, ces trois préfixes étant définis comme privés, par l’IETF (cf RFC1918)
          (Si on s’adresse au gamin de 3 ans sur le ponton on parlera de 10/8 et de 172.16/12 et de 192.168/16).
          Dans tous les cas il suffira de choisir pour le bord un préfixe différent de celui de l’ISP pour que les choses soient indolores.

          Et hop, plus de réseau ad-hoc qui, au mieux, tombaient (et tombent toujours) occasionnellement en marche

          Répondre à ce message

          • Je sais indiquer une adresse IP pour un réseau filaire (Ethernet), mais je ne sais pas le faire pour un réseau sans fil Wifi.
            Si tu peux établir une liaison WIFI entre un PC et une tablette sans créer une liaison « adhoc »,, merci de nous donner la marche à suivre.
            Je ne suis pas un expert (ni un enfant de 3 ans lol), mais voilà comment je vois le fonctionnement des choses.
            Dans un réseau Ethernet, la connexion est physique (c’est un courant électrique) et l’adressage est limité aux appareils qui sont reliés physiquement, c’est une liaison point à point et il faut un concentrateur pour faire parler plus de deux stations ensemble.
            Dans un réseau wifi, pas de courant électrique, il faut une couche qui remplace cette couche physique, qui élimine tous les signaux qui viennent de partout pour ne conserver que ceux qui viennent de sources qui se sont connecté validement en fournissant le bon SSID (nom du réseau) et le bon mot de passe, en cas de liaison protégée
            Et c’est bien cette couche « adhoc » qui indique à la carte Wifi, d’émettre un signal (avec son SSID) indiquant qu’elle est prête à accepter des connexions, et c’est cette couche qu’il faut activer par les commandes données par Nevermind
            dans http://www.plaisance-pratique.com/O..., commandes « user’friendly » en XP, moins évidentes (Netsh ....) sous Windows 8.
            Je reconnaît que le terme « adhoc » n’a rien à voir avec ce qui existait en 85 et que c’est un abus de langage.
            Voilà très schématiquement, comment çà marche, et si schématiquement que c’est faux du point de vue d’un expert.
            Qu’il ne se gêne pas pour démonter mon raisonnement, s’il en a envie, parce qu’après tout ce qui est important c’est de naviguer.
            Bonnes navs à tous
            Robert
            Lysigée

            Répondre à ce message

            • Ben oui :-)

              Le point c"est de faire fonctionner TeamViewer qui est un excellent logiciel de contrôle à distance sans connexion Internet, non ?
              Ben voilà, c’est simple : il suffit de cocher une case dans le set-up de ce (merveilleux) logiciel et de rentrer la bonne adresse IP (en règle générale en 192.168.0*.**).
              Je viens de recevoir mon « toughpad » Panasonic (800 NITs, IP 65) ce jour en direct des USA où j’ai pu l’obtenir à un prix plus raisonnable (moins déraisonnable...) qu’en Europe en général et que chez les marchands de trucs nautiques en particulier. C’est sous Windows 8.1, théoriquement lisible au soleil et fonctionnant jusqu’à 60° C de température ambiante.
              Je vais rapido l’essayer avec Teamviewer et ScanNav sur l’ordi du bord et je vous dirai très bientôt ce que je pense de tout ça.

              Peio
              Haize Egoa

              Répondre à ce message

  • Au cours de ma deuxième journée de navigation, et pour ma première expérimentation in vivo, j’ai découvert une chose : les tablettes doivent être chargées pour fonctionner, sinon elles ne marchent pas.
    C’est con de s’en apercevoir au moment où on en a juste besoin :’-(

    Répondre à ce message

Répondre à cet article

UP

Copyright et informations légales