image
image
image

Votre IP : 54.198.55.167
Dernier ajout : 23 octobre
Visiteurs connectés : 16

image Conception
Développé sous SPIP
Informations légales

image
image
Recherche image

Pratiques et Techniques de la Plaisance

image

Accueil du site > Forum technique > Electronique, instruments -forum- > Radar > Radar : vraiment très perfectible à la gite !

Rubrique : Radar

__________________________________________________________________________________________________________________

Radar : vraiment très perfectible à la gite !Version imprimable de cet article Version imprimable

Publié Septembre 2012, (màj Septembre 2012) par : Nicodefreja   

Copyright : Les articles sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent pas être reproduits en partie ou totalité sans leur accord
S'identifier pour s'abonner par mail

Il y a quelque temps déjà que je suis passé à l’AIS, après avoir failli être coupé en deux par un PC au sud de Malte il y a quelques années. Je me souviens encore comment j’ai eu les jambes qui tremblaient. A la gite, le radar n’a rien vu. Un Furuno 1622.

Je viens de refaire des tests (cette fois par bonne visibilité) dans le rail de Sicile. Pareil, le radar ne voit pas un énorme cargo à moins d’un mile, si gite et cargo au vent. Nos installations de radôme fixe sur mat sur nos voilier sont nulles sous voile. Il faut un cardan de radôme.

UP


Répondre à cet article
(pour répondre à un message en particulier, voir plus bas dans le fil)

22 Messages de forum

__________________________________________________________________________________________________________________

__________________________________________________________________________________________________________________

  • 28 septembre 2012 06:48, par Robert écrire     UP

    Voilà ce que j’ai vu dans mon port. Cela avait l’air astucieux, très bien réalisé ... mais je ne sais pas à quel prix !
    http://www.questusmarine.com/questu...

    JPEG

    Répondre à ce message

  • J’ai un C80 avec un radar Raymarine et des expériences assez similaires, pour traverser le rail j’ai 1000 fois plus confiance dans mon AIS que dans mon radar. En fait non seulement des que ça gîte un peu, il ne voit rien, mais c’est aussi le cas d’averse diluvienne. En fait à l’exception du fonctionnement sous moteur dans le brouillard par temps calme il est parfaitement inutile.

    Sur la photo ci après on voit le rendu à la sortie de Lorient sous une pluie d’orage avec une visi de moins de 100m, l’image radar est inutilisable, alors que l’AIS montre bien un bateau qui nous arrive droit dessus. Certes la photo montre au final un bateau assez bas, mais pas vraiment minuscule qui va nous passez à moins de 50m.

    A noter que le changement des réglages ne change rien à sa capacité à me montrer les bateaux qui m’intéressent.

    JPEG

    Répondre à ce message

    • Il est probable que l’intérêt des radars démunira encore avec le développement des AtoN AIS. Je ne sais pas si vous en êtes équipés complètement en France, mais ici, sur la côte turque, c’est fait, tous les phares et balises sont munis d’un transpondeur AIS.
      Le résultat est spectaculaire, voir l’entrée du petit port de Finike en copie jointe, où avec deux transpondeurs sur les feux d’entrée, on pourrait atterrir pratiquement en Homing, à la précision GPS près
      On peut même avec les transpondeurs installés en altitude sur les bases AIS, se positionner par relèvement, et transfert de lieu, aussi aisément, que cela nous semblait compliqué, expliqué par le manuel des Glénan des années 60 et quelques…
      En fait par ici, le radar ne sert plus que pour une arrivée de nuit sur un mouillage forain mal balisé… et encore…

      NB sans parler du vrai « plus » que représente la cartographie en fusion/transparence

      JPEG

      Répondre à ce message

    • A fulup. D’après les photos que tu joins, tu sembles utiliser ton radar en mode overlay sur la cartographie. A ne pas faire à mon avis pour avoir une image fine et exploitable. Les echos faibles ou fugitifs sont perdus dans les détails et les couleurs de la cartographie. Seule l’image PPI classique sur fond noir est à utliser en mode Heading up ou Course up. Rien n’empêche d’ailleurs de mettre les cibles AIS en overlay sur l’image PPI.
      Bon, ce n’est que mon avis...
      C’est en tout cas de cette manière que je pratique.

      Répondre à ce message

      • 28 septembre 2012 23:11, par fulup écrire     UP     Ce message répond à ...

        Je ne pense pas que le problème vienne de l’overlay, par temps calme au moteur je vois très bien les cibles à moins de 1MN (bouée ou bateau). Par contre des que la mer est agitée, qu’il y a un peu de pluie, etc ... alors plus rien, et comme je ne suis pas près à dépenser 1500€ pour un mat pendulaire sur patara, j’ai bien peur de ne jamais rien voir avec ma configuration.

        Répondre à ce message

  • 28 septembre 2012 12:17, par fulup écrire     UP

    Au moins pour la Bretagne, part quelques exception on ne note que très peu de balises équipées en AIS. Heureusement si les balise bougent un peu, c’est plus rare pour les cailloux, et les carto modernes se plantent vraiment très rarement. Pour en revenir au radar, sans penser encore à la transformer en barbecue, s’il tombait en panne, je n’en achèterais sûrement pas un nouveau.

    Répondre à ce message

  • Bonjour,
    Petit retour d’expérience sur le radar et sur les systèmes pendulaires.
    J’ai un radar Raymarine RD218 2kW 18" couplé à un C120. Le radôme est installé au niveau
    des barres de flèches.
    Dès le départ j’ai opté pour l’installation d’un système pendulaire considérant :
     Qu’un monocoque navigue tout de même la plupart du temps à la gite
     Que l’ouverture verticale théorique du faisceau est de 25° en vertical, au mieux.
     Que la détection des oiseaux au bord au vent et des sous-marins au bord sous le vent ne
    me serait d’aucune utilité. (Quoique, les sous-marins... Mais un sonar serait plus efficace...)
    Les mouvements sont amortis grâce à un système hydraulique.
    Mais... c’est absolument hors de prix ! Jai tout de même cassé ma tirelire, je ne le regrette pas.
    N’ayant jamais eu de montage fixe je ne peux pas faire de comparaison. En tout cas je
    trouve que les performances de ce radar sont tout à fait correctes et il me permet de
    détecter sans problème la plupart des échos.
     Toutes les bouées sans exception a moins d’1N, souvent plus
     Tout les petits bateaux de pêche (Qui ne sont pas près de mettre leur AIS en route) à 2N
    au minimum mais souvent beaucoup plus.
     Les voiliers sont les plus discrets mais sont toujours détectés à moins d’1N
     Par contre les bouées de casiers restent invisibles à moins d’1/4 de N
    L’utilité ou non d’un radar est un vaste débat. J’ai également un AIS qui me rends des
    services irremplaçables par un autre système, identifications des cibles, route et
    vitesse, changement de route, etc... Beaucoup plus que le radar.
    Le Marpa fonctionne assez bien sur ce radar à condition de lui laisser le temps de faire
    ses calculs et de capturer une cible suffisamment stable, dans la plupart des cas il lui
    faut au moins une minute pour cesser de donner des indications fantaisistes mais je ne
    m’attendais pas à une telle efficacité.
    Je me sers assez rarement de la fonction d’alarme automatique. Je suis sans doute trop
    angoissé pour déléguer à une machine, même très performante, l’indispensable veille
    visuelle humaine mais je dois dire que ça fonctionne assez bien. Mais rien ne peut et
    surtout ne doit remplacer cette veille, je pense que tous içi en conviendront.
    Par contre je voudrais bien insister sur l’importance des réglages d’un radar, quels
    qu’ils soient. Le mode automatique n’est qu’une configuration passe-partout, il vous
    donnera des performances passables surtout dès que l’effet de mer commence à se faire
    sentir. Pour avoir une détection correcte il faut toujours affiner au moyen des réglages.
    Cela n’a rien d’évident au début et nécessite quelquefois un certain doigté mais on peut
    considérablement augmenter les performances d’un radar de cette manière. Le bon réglage
    approprié aux conditions du moment s’acquiert uniquement avec l’expérience au même titre
    d’ailleurs que l’interprétation du paysage radar. Tout les marins professionnels vous le
    diront, rien ne remplacera un opérateur radar expérimenté qui saura affiner les réglages
    de l’instrument en fonction des conditions et interpréter ce qu’il voit même si les radars
    modernes ont de plus en plus de fonctions automatiques sur le gain, l’effet de mer, le FTC
    et l’effet de pluie. De plus la plupart de ces réglages interagissent et sont parfois
    antagonistes les uns des autres.
    Donc, « jouez » avec votre radar, exercez vous à obtenir les meilleurs réglages possibles en
    fonction des conditions, une bonne image radar se mérite, si je puis dire. Rien ne vaut
    l’expérience en la matière et j’avoue, du moins en ce qui me concerne que je trouve ce
    petit exercice très distrayant (Et utile je crois) pendant les long quarts de nuit. Je
    m’amuse souvent à corréler le paysage visuel et le paysage radar. Il est rare que tout
    corresponde du premier coup en automatique, par contre on parvient à de très bon résultats
    en affinant les réglages à la main.

    L’utilité ou non d’un radar est un vaste et récurrent débat. J’ai également un AIS qui me
    rends des services irremplaçables par un autre système, identifications des cibles, route
    et vitesse, changement de route, etc... Beaucoup plus que le radar.
    Mais en cas de brume je dois dire que le radar est tout de même une aide très précieuse et
    en tout cas une vraie contribution à la tranquillité d’esprit tout en restant conscient
    des limites et des précautions d’emploi du dispositif. Mais, les ayant expérimentées et
    évaluées par temps clair, je sais et connais ces limites.

    C’est le problème de toutes les aides à la navigations, le débat sur leur utilité ou non
    me semble être un faux débat. Chacune ont leur utilité et surtout leurs limites qu’il est
    important de connaître et d’évaluer. Elles sont la plupart du temps complémentaires l’une
    de l’autre. L’AIS par exemple est un système remarquable, simplissime d’utilisation mais
    qui a le défaut de vous faire dépendre quand à la confiance accordée à ses informations de
    paramètres extérieurs que vous ne contrôlez pas (Fiabilité des capteurs de la cible,
    position etc...). Le radar lui est totalement autonome et ne dépends pas de l’intégrité
    des dispositifs de la cible ; par contre il est plus difficile à interpréter et demande un
    certain savoir faire de l’opérateur... AIS vs radar, c’est un exemple parmi d’autres au
    même titre que le débat GPS vs navigation Cras et relèvements. Ce sont de faux débats je
    crois. Toutes ces aides sont avant tout complémentaires et non concurrentes et, surtout, ne pourrons jamais remplacer l’essentiel, le sens marin et l’expérience qui restent, en dernière instance, l’instrument le plus indispensable qui soit. Et les yeux et les oreilles pour la veille, indispensable et d’ailleurs obligatoire.
    Désolé pour ces longues digressions...

    Répondre à ce message

  • Attention, je n’ai pas dit qu’un radar n’est pas utile à bord, non non non, au contraire, je ne me séparerais pour rien au monde du mien qui me rend de grands services ..... mais principalement au moteur !

    Ce sont nos installations que je remet en cause, il y a eu des dispositifs qui vont bien présentés dans ce sujet, il y a aussi Scanstrut qui en fait. Il faut compter 600 euros pour un support de mat et 1200 euros pour un support sur pataras. Christian Couderc aussi dans son site décrit quelques réalisations amateurs.

    Je suis surpris que ce sont souvent des bateaux anglo saxons qui en sont équipés, alors que les bateaux « latins » (français, italiens, ....) ne le sont jamais. Même un Amel 54 à plus d’1 million d’euros, ou un Amel 64 à .... je préfère ne pas savoir, n’en sont pas équipés, alors que cela représente peanuts sur le budget du bateau.

    Mon message est plutôt qu’il faut se méfier grandement des performances d’un radar à la gite, Negofol en a bien décrit les limites techniques. Mon 1622 accusant le poids des ans, le jour où je le changerai, ce sera avec un dispositif mobile de radôme. Mais drame de drame, ça fait en fait un bout de temps que je veux le changer pour un système plus intégrer, mais les fabricants n’arrêtent pas de sortir des nouveautés, si bien que chaque fois que je veux changer, les vendeurs me disent « ah mais attendez il va y avoir tel modèle qui va sortir ..... » si bien que je reste avec ma tablette (increvable et pas cher) pour la carto et l’AIS, et mon vieux 1622 !!!

    Répondre à ce message

    • erratum : le post de Robert me rappelle que je n’aurais pas du dire « jamais » pour les bateaux « latins ». « Plus que rarement » serait plus approprié ...... :-)

      Répondre à ce message

    • Tout à fait d’accord, c’est bien pour cette raison que j’ai voulu installer dès le départ un système pendulaire Scanstrut mais en effet c’est à peu près 600€, ca fait tout de même tousser.
      Etant sensibilisé au problème, je m’amuse à recenser les bateaux équipés de ce système : En France, à vue de nez, 0%, je n’en ai encore jamis vu ; en Angleterre un peu plus, 0,01% peut-être, sur des bateaux plutôt haut de gamme.
      Anecdote : Un jour, amarré à un ponton un peu rouleur, un voisin peut-être légèrement myope, voyant mon radôme se balancer doucement est venu très gentiment me prévenir que mon radôme s’était décroché et allait tomber sur le pont. Je l’ai rassuré et en ai profité pour lui montrer à la jumelle les détails du dispositif et lui en expliquant les avantages, il en est ressorti, bien que ne possédant pas de radar, convaincu.

      Répondre à ce message

  • 13 octobre 2012 15:23, par Piou écrire     UP

    Chic alors, je viens d’apprendre qu’en choisissant un cata j’ai gagné 600€... plus l’installation !
    Et je n’avais même pas imaginé cet avantage du multi ! :-))
    Cordialement

    Répondre à ce message

Répondre à cet article

UP

Copyright et informations légales