image
image
image

Votre IP : 54.162.123.74
Dernier ajout : 16 juillet
Visiteurs connectés : 29

image Conception
Développé sous SPIP
Informations légales

image
image
Recherche image

Pratiques et Techniques de la Plaisance

image

Accueil du site > Articles > Mouillages et ports > Mouillages et ports du Péloponnèse > Contourner le Péloponnèse par le cap Maléa

Rubrique : Mouillages et ports du Péloponnèse

__________________________________________________________________________________________________________________

Contourner le Péloponnèse par le cap MaléaVersion imprimable de cet article Version imprimable

Publié 3 mars, (màj 4 mars) par : lysigee  image   

Copyright : Les articles sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent pas être reproduits en partie ou totalité sans leur accord
S'identifier pour s'abonner par mail

Cet article est géolocalisé.

Contourner le Péloponnèse

Le canal de Corinthe a subi un éboulement de terrain, et le risque est grand que les travaux de remise en état ne soient pas finis pour la saison 2018.
Pour les plaisanciers voulant aller soit vers Athènes et le Golfe de Saronique, soit vers les Cyclades ou le Dodécanèse, il va falloir contourner la côte sud du Péloponnèse et passer par les 3 caps, Akritas, Tainaros, Malea, presque aussi fameux mais bien moins dangereux que ceux du tour du monde.
Cet article propose un itinéraire pour aller de Zakhintos à l’entrée des Cyclades, avec un détour par Nauplie uniquement pour visiter Mycènes. Car, quitte à tourner le Péloponnèse, autant en profiter pour visiter les sites archéologiques et historiques tout autour de cette péninsule

1 La météo


Pour écrire ce paragraphe, je me suis adressé à un expert, et voici sa réponse :

« La météo aux environs de Maléa, c’est simple, si le matin le pont est sec, ce sera du vent de toutes directions F 8 à 11. Par contre si le pont est humide, alors, ce sera du vent de toutes directions F 8 à 11. »

note ; quand il a relu, cet expert !!! a précisé que la formule était utilisée pour le Meltem ; Ce qu’il veut dire, c’est que maléa est à prendre très au sérieux...

1.1 Vents Synoptiques

De façon plus précise, les côtes du Péloponnèse sont soumises à deux régimes légèrement différents, représentés sur cette carte

 

JPEG - 265.5 ko
Crédit : Sun Sailing
  • A l’ouest, les vents sont dans le régime des vents soufflants dans la Mer Ionienne. En été, ce sont des vents de Nord-Ouest, les « maïstros ». Ce sont des vents faibles à moyens, ils se renforcent dans l’après midi et faiblissent au coucher de soleil. Il faudra quand même faire attention à l’anticyclone qui peut générer un vent plus fort de Nord Est, le « graigos », venant de l’Adriatique, mais surtout en hiver
  • La côte Est sera soumise au effets du Meltem, quand il souffle, et il peut souffler très fort de secteur NE. On ne sera abrité qu’au nord de Ieraka, protégé par la puissance des thermiques du golfe d’argolide
  • Les vents de Sud (Scirocco) sont plus rares, en été, mais peuvent être ravageur et destructeurs en hiver. Les grecs anciens, ne naviguaient pas en hiver
  • Il faut surtout accorder une attention très particulière avec les orages, très fréquents au printemps et à l’automne, violents, ils peuvent eux aussi être destructeurs

Ci-dessous, un tableau des vents synoptiques pour les zones qui nous intéressent, mais ce ne sont que des tendances et localement et temporairement, ils peuvent être très différents.

1.2 Vents locaux


En fait, les vents qu’on va rencontrer sont le plus souvent des vents locaux, issus de la conjonction des vents synoptiques, de thermiques et du relief. Les vallées, les caps vont amplifier, et modifier énormément les vents, et la boutade du début prend tout son sens. Près du cap Malea, j’avais tout dessus au portant par petit vent d’ouest quand je me suis fait coucher brutalement par des rafales de Nord. Si vous êtes pressé, habitués d’étapes longues et pas trop intéressés par la visite des sites, ou que votre but final est le sud des Cyclades ou le Dodécanèse, prenez au large, par l’île Sapiendza (Porto Longo) et Cythère.

Note : Il convient aussi de garder un oeil attentif sur la topographie et les talwegs orientés dans le lit du vent dominant (essentiellement NW) pour la côte ouest. De ce point de vue, Google Earth est un bon outil. On connait un exemple fameux dans le golfe de Laconie, où sur sa côte Est, la vallée de Skoutari accélère violemment le NW de l’après midi. Partis d’Ythion par pétole, nous avons ramassé F8 totalement surprenant.

1.3 Sites météo

Il existe aujourd’hui beaucoup de sites sur la météo de la Grèce. Je ne citerais que ceux que j’utilise et qui me donne des fichiers de vent Grib traitables sur un logicielde navigation, tel que OpenCpn, Scannav, Maxsea ou autre :
  • D’abord les fichiers issus du modèle général NOAA-GFS, donnant des prévisions à 10 jours avec une période de 3 heures sur une maille de 0.25°. L’outil pour y accéder est Zygrib sur Windows 10 ou Sailgrib sur Android
  • Arpège issu de Météo France, prévisions heure par heure sur 4 jours avec une maille de 0.1°. On y accède par certains logiciels de navigation comme Scannav, ou OpenCPN, et aussi sur le site de météociel et par Squid (mais c’est payant )
  • L’outil indispensable, c’est le modèle WRF, qui tient compte du relief local, avec une maille de 0.05° (4 km) heure par heure sur 2 jours. On y accède sur le site de Openskiron http://openskiron.org/en/openwrf
  • Note : également très pratique, mais en lecture seule, agile et portable sur W 10 et android : https://www.windy.com/ Qui vous donnera en instantané, la lecture des Grib ICON des allemands de Hambourg, mais aussi l’indice CAP (instabilité orageuse), les courants et les hauteurs de vague

2 La Route

2.1 Les étapes d’Ouest en Est

La route proposée complètement arbitraire, montre les points les plus caractéristiques. Zakhintos a été choisicomme départ, surtout par la qualité de son abri et ses capacités d’avitaillement y compris eau, électricité et fuel

  1. Zakhintos – Katakolon 22 milles prévoir quand même un jour d’arrêt pour visiter Olympie
  2. Katakolon – Pylos ou Methoni 56 milles une belle étape qu’on peut couper avec un arrêt dans un mouillage de l’île Proti
  3. Methoni – Ak Akrita s En direct 10 milles, Mais entre les deux on peut prendre son temps avec les mouillages de l’île Sapiendza et Porto Longos, Finikountas, joli petit port de pêche. Suivant la météo on peut mouiller de part et d’autre du cap dans des fonds de 8 à 15m. En cas de météo difficile, aller s’abriter à Koroni, ou si c’est très mauvais, à Kalamata Note : Koroni, offfre une sécurité limitée, Kalamata, à peine plus loin offre l’avantage de son potentiel d’avitaillement et de réparation. Ce sera un bon point de départ pour visiter Mistra
  4. Ak Akritas – Ak Tainaros environ 35 milles. L’arrêt obligé est le mouillage de Porto Kaghio (le port aux cailles), avec un très beau village ancien
  5. Ak Tainaros – Ak Maleas – Monemvassia Environ 50 milles. On peut couper l’étape en s’arrêtant sur la côte Est du cap malea à Ormos Kamili, un très beau mouillage bien protégé. Note : autre mouillage d’attente sur la côte Est du cap : l’île d’Elafonisos et ses multiples mouillages proposant des abris tous temps. Prévoir au moins une journée à Monemvassia pour visiter le village médieval.
  6. Monemvassia – Spetses
  7. Spetses – Nauplie joli port et ville imprégné par Venise et arrêt obligé pour voir Mycènes
    Note Hydra peut aussi être dans le trajet, à cause de sa splendeur, et de son passé, même si on n’y trouve généralement pas de place, on pourra se réfugier sur les mouillages forains de Dokos. NB : Hydra il faut arriver en fin d’après midi pour bénéficier du soleil couchant
2.2 La route inverse Est - Ouest

Par rapport à la météo, la route Est – Ouest pourrait être en fait la plus difficile, surtout si on s’y engage en fin de saison. Les vents risquent d’être le plus souvent de face. Le passage des caps sera peut-être plus sportif.

  • Les ports et mouillages ne sont pas différents. Mon conseil est de veiller soigneusement la météo et de choisir pour les passer des moments où la météo est plus favorable.
  • C’est peut-être le moment de s’éloigner des caps, de faire une route plus hauturière et plus directe vers la Calabre, surtout si on doit ensuite passer par le canal de Sicile, ou le détroit de Messine. Mais là il s’agit du choix du capitaine en fonction de son bateau et de son équipage.
  • Note : sur cette route on a le choix entre la peste et le choléra : soit route directe depuis Methoni ou Pylos vers la Sicile, ce sera au minimum 60 heures de route, soit on remonte vers la calabre, en longeant la côte orientale du Péloponnèse contre les vents dominants. On aura aussi à affronter les vents violents du sud de la péninsule italienne, mais sauf à hiverner dans la région, il faudra bien s’y soumettre
3 Les Ports et mouillages

3.1 Katakolon
L’entrée est sans problème à condition d’éviter l’îlot à 500 mètres à l’est du môle. C’est un port d’entrée, et les gardes-côtes peuvent se montrer pointilleux.
Bonne protection par vents dominants d’été NW, Possibilité de mouillage en rade, devant la plage au nord-est de l’entrée du port.
L’amarrage se fait cul à quai, souvent aidé par un « marinier » qui se présente comme maitre du port, mais demande en fait un pourboire. Très serviable à part çà. Pas d’électricité (2014) ni d’eau (sauf en demandant aux pêcheurs).
L’intérêt majeur de Katakolon est la proximité du site d’Olympie, qu’on rejoindre par un petit train à 50m du quai. Il y a toujours des paquebots de croisière qui s’amarrent le matin et repartent le soir.

3.2 Nisos Proti

 
Deux jolis mouillages tranquilles de part et d’autre de la péninsule.
Proti Panagoula à l’ouest. Bonne tenue. Abri par vent de NW à W dans une anse ouverte à l’E (TE 13m), mais houle par vents de SW. Un monastère perché au sommet de la falaise.

 
Note : sur la photo datant de 2001, nous avions renommée Panagoula, Anse du Boudha à cause d’un grec énorme, assis dans un fauteuil, immobile face à la mer...
On y mouille par des fonds de bon sable tenant bien par 5 à 10 mètres

3.3 Pylos

 
La marina de Pylos n’est pas gérée. Il faut s’amarrer parfois en couple sur la jetée Nord, ou en travers des pontons en béton. On peut s’approvisionner en fuel en faisant venir une petite citerne, et en eau en demandant au poste de garde-côtes ou à la petite société de location. Pas beaucoup d’intérêt de s’arrêter là, sinon la petite ville avec une sympathique place ombragée où il fait bon siroter un ouzo en regardant passer les jolies touristes.
Note : au fond et au nord de la grande baie de Navarin, on trouve de bons mouillages forains, bien protégés des vents dominants en été.

3.4 Methoni

 
Méthoni est un passage quasiment obligé. Ce n’est pas un port, mais un mouillage abrité par un château prolongé par une jetée avec une tour ottomane octogonale tout au bout. C’est mon escale favorite quand je traverse la Mer Ionienne depuis la Sicile
Les fonds sont de bonne tenue. De bons restaurants sur la place centrale. Pas beaucoup de possibilité d’avitaillement. Attention le château fort vénitien/turc ferme à 15h.
Phénoménale lumière et eaux turquoises translucides

3.5 Porto Longos

Porto Longos est sur la petite île de Sapiedzha. Ce n’est pas vraiment sur la route, Mais c’est un joli mouillage bien protégé, qui permet de couper une étape si on a préféré s’arrêter à Pylos, plutôt qu’à Methoni. Bonne tenue des fonds, et il n’y a pas plus calme.
Note : L’île de Sapiedzha est en zone écologique préservée, selon Rod Heikell. Des espèces rares y ont été ré-introduite. On ne peut pas y débarquer sans l’accord des services forestiers grecs. Néanmoins, la chasse, contrôlée est autorisée quelques jours par an. Paradoxe grec, l’île voisine toute proche : Skhiza, est réservée aux exercices de tir de l’aviation militaire grecque, sans que cela n’émeuve pour autant, les pêcheurs locaux

3.5.1 Cap Akritas

Deux possibilités de mouillage au Cap Akritas, mais uniquement par (très) beau temps. A l’ouest, Port Maratho, à l’est, derrière le cap un mouillage abrité, sauf des rafales qui tombent entre les deux collines, mais le fond est de bonne tenue. En cas de vent fort mieux vaut aller s’abriter dans le mouillage de Koroni, 6 mille au nord
Note : les thermiques, l’après midi renforcent et orientent la direction du vent. Sur la photo de 2001, à midi, nous étions sous génois seul grand largue. Deux heures plus tard, une fois passé le cap, que l’on aperçoit sur la photo, les synoptiques aggravés du thermique entrant dans la baie de Kalamata, nous ont amené à tenter de nous réfugier à Koroni, où nous n’avons pas pu tenir. Cà c’est terminé à Kalamata

3.6 Koroni


Le port est tout petit, mais la baie offre un bon mouillage protégé des vents d’ouest. La petite ville est inscrite au patrimoine de l’Unesco. Encore un château vénitien.

 
Note : des avis divergents sur Koroni : pour Rod Heikell, le mouillage est très hétérogène : peu d’eau, très encombré, la proximité du quai est inabordable du fait des mouillages anarchiques locaux, plus à l’ouest, on mouille sur des fonds de 3 à 5 mètres de tenue irrégulière. de très grosses roches peuvent être des pièges pour la ligne de mouillage. Mais le vrai problème vient de l’irrégularité des vents soumis aux synoptiques soufflant du NW mais ré orientés par rafales de Sud voire de NE, rendant l’évitage piégeux. C’est un mouillage de beau temps. Pour moi, La baie offre un mouillage de bonne tenue à condition de savoir où on met sa pioche(voir la carte). Attention au mouillage tentant à l’E du môle car de gros blocs de pierre y limitent sérieusement la sécurité. On peut aussi mouiller dans une bonne place derrière les hauts-fonds, situés au NW de la baie, qui cassent la houle
Ou dans l’anse S du fort, à Zagga Beach (plage de bonne tenue)

3.7 Kalamata

Pas vraiment sur la route, et pas vraiment intéressant à visiter.

Note : pratique pour tous besoins techniques, bonnes possibilité d’approvisionnement. Marina moderne bien protégée de tous vent, mais il faudra se méfier de tempêtes de sud, et choisir son emplacement. Accès sans problème. Son port commercial était l’un des plus actifs du péloponnèse. Ruinée par le tremblement de terre de 1968, elle ne s’en est jamais remise
mais, c’est la bonne place pour visiter Mistra, fondée en 1249 par Guillaume II de Villehardouin, près de l’antique Sparte. Forteresse et ville fortifiée, sur les hauteurs du Taygète dans le but de protéger Sparte, alors lieu de résidence favori des Villehardouin.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Mistra

3.8 Ak Tainaro

En français, le cap Matapan, qui n’a pas très bonne réputation. Un seul mouillage potentiel à l’est, mais les fonds sont profonds, entre 15 et 25 mètres. Et les rafales tombent des collines. Persévérer 4 milles vers le nord pour arriver à Porto Kaghio

3.9 Porto Kaghio Le port aux Cailles

Bonne escale avant ou après le passage du cap Tainaro. Le port est tout petit, mais la baie est vaste.
Elle est divisée en deux, une partie devant le port, bonne tenue, mais souvent surpeuplée, avec les plaisirs habituels des rayons d’évitement différents. Et une autre partie pus au nord, sous le village médieval. Attention les fonds sont souvent herbeux, et il est préférable de bien choisir son coin de sable pour poser sa pioche.
Note : on trouve vite de grandes profondeurs, mais s’éloigner de la côte, si on a suffisamment de mouillage permet d’éviter les rafales tournoyantes. On peut aussi mouiller en passant des amarres à terre au Nord de la baie, mais on risque alors d’avoir du vent de travers

 
 
3.10 Nisos Elafonisos

 
 
L’île Elafonisos, présente des possibilités de mouillage pour couper l’étape entre le cap Tainaro et le cap Malhea . Je n’en parlerai pas, car je n’y suis pas allé.

 
Note:Faisant route à L’est, elle raccourci de 20 milles la longue route menant de Porto Kayio à Maléa, permettant d’attendre au mieux un horaire de passage matinal du cap avant que les brises de l’après midi ne se renforcent

 

3.11 Nisos Kythira Cythère
Cythère est toute proche et une jolie île qui mérite de s’y arrêter, surtout Kapsadi, et la Hora Kythira. Là encore c’est une en dehors de la route, et je ne développerais pas.
Mais c’est quand même chouette la vue de Kapsadi depuis le château de la Hora

 

 

3.12 Cap Malea
Aucun arrêt possible à proximité, il faut continuer jusqu’à Monemvassia à 17 milles, où avant à Ormos Kamili à 7 milles.
On peut s’arrêter avant à Neapolis ou Paleokastro, mais le cap ne sera pas passé.

3.13 Ormos Kamili

 
 
 
Ormos Kamili est un joli mouillage devant un village de pêcheurs. Pas de port, les bateaux de pêches sont tirés à terre sur le sable. Il n’y a rien mais c’est très calme et protégé, et les fonds sont de bonnes tenues. Quoi demander de plus ?

 

3.14 Monemvassia

 


Monemvassia avec son village médieval sur la presqu’île est un must.
L’arrivée en longeant ce village le long de la presqu’île est splendide. Le port n’est pas grand et on s’amarre le long de la jetée sud. Il est bien protégé de tous les vents.

Il faut ensuite passer par le pont qui relie la presqu’île à la côte et grimper au sommet du kastro pour bénéficier de la vue.

Note : On ne peut pas mouiller sur les fonds de roche au sud de la presqu’île, si l’on manque de place dans la petite marina, il existe à 3 milles au nord, un excellent mouillage forain bien protégé du Nord à Palaïa Monenvasia, mais c’est un peu loin pour visiter le village.

3.15 Remonter la côte Est du Péloponnèse

Depuis Monemvasi, vous pourrez choisir soit de tirer vers les Cyclades, en ciblant Milos, soit de remonter vers le golfe d’Argolide où vous serez protégé du Meltem. Les thermiques prennent le pouvoir au nord de Yeraka.


4 Références

Pour réaliser cet article je me suis inspiré , ou plutôt consolidé certaines informations d’autres sites :

UP


Répondre à cet article
(pour répondre à un message en particulier, voir plus bas dans le fil)

8 Messages de forum

__________________________________________________________________________________________________________________

__________________________________________________________________________________________________________________

  • 3 mars 19:13, par yoruk écrire     UP Animateur

    Les risques d’orage, en septembre sur le Péloponnèse.
    Ici, à Porto Kayios, conséquence de l’orage, la mer se teinte des eaux de ruissellement... le 11 septembre 2001...

    JPEG

    Répondre à ce message

  • Le petit port de Monemvassia est relativement dangereux par vent fort du nord. Le long du quai est c’est acceptable. Le milieu du bassin intérieur est plein de vieilles chaînes et c’est un problème pour se mettre contre le quai sud. On peut le faire en mouillant le long de l’entrée et en culant le plus à l’est. À l’extérieur contre le quai nord, l’ancre ne tient pas. Donc comme il est dit plus haut c’est au mouillage du Vieux Monemvassia qu’il faut aller, mais du coup on ne peut pas visiter. Photo de 2017 au Vieux Monemvassia alors qu’il y a 30 nœuds NE 2 miles plus loin.

    JPEG

    Répondre à ce message

  • Yeraka...

    Une ria encaissée au milieu de nulle part. Sans GPS vous ne la verra pas... Et même avec, arrivant plein vent AR avec 30 nœuds de vent (même 20 !!!), vous débanderez avant. On arrive entre deux murailles rocheuses et... face à une autre muraille rocheuse. C’est pas large, la passe d’accès fait 400 m sur 150 de large, avant de découvrir, sur la droite, la partie protégée de la ria aux dernières secondes, parfaitement calme. Et vous entendrez un « Ouf » de soulagement de l’équipage... J’y ai vu des bateaux rentrer au moteur, en marche AR !!!
    On mouille AR au quai des tavernes par 3/5 m de fond de tenue moyenne, avec 50 m pour manoeuvrer et poser l’ancre.

    L’autre solution sera comme pour la photo suivante de mouiller à la limite du marais, par 2 m d’eau, en souhaitant qu’il n’y ai pas de renverse

    Nous nous étions mouillés un peu au SW du quai des ferries, par 10 m de fond de bon sable. Il faut bien sûr prendre garde à ne pas gêner le ferry dans sa manœuvre.
    Rien ici, hormis les tavernes, si ce n’est un cadre hors du temps...

    On estime que Yeraka marque la limite d’activité du Meltem. On est à 10 milles au nord de Monemvasi et à 20 au sud de Léodinion, véritable frontière du Golfe d’Argolide, où les thermiques sont maîtres...

    Michel... le premier mouillage date de 1987...

    JPEG

    Répondre à ce message

  • 10 mars 09:37, par yoruk écrire     UP Animateur

    Hier 09/03/2018

    Nouvel éboulement de terrain ce matin dans le canal de Corinthe, les travaux entrepris la semaine dernière sont interrompus. Il devient évident qu’il faille consolider les parois, purger etc. Une rustine ne suffisait pas. On recherche une société spécialisée sur ces genres de travaux. Pas d’estimation de la date de réouverture du canal. Le tour du Péloponnèse est très joli !

    Source Yannis Karyotakis, pour https://www.facebook.com/search/top...

    Répondre à ce message

  • J’ai fait cette route dans les 2 sens, en version convoyage donc avec peu d’arrêts. Dans le sens ouest-est, j’ai passé Methoni et Ak Akritas par un bon f8 d’ouest où j’ai battu mes records : plus de 21 nœuds (SOG) au surf... ! Donc ça ne plaisante pas. Le golfe de Messiniakos a été un bon refuge... à la cape car j’étais en panne de moteur, donc pas de guindeau pour mouiller.
    Le cap Maleas, même en étant prévenu, m’a un peu surpris par la brutalité des surventes : d’ouest en est par vent d’ouest, vent 10 nœuds passant à plus de 30 nœuds en quelques secondes ; d’est en ouest par vent de nord (j’ai été verni, toujours du portant !), de 3 à 12 nœuds, ce qui se gère plus facilement !
    J’ai mouillé au sud d’Elafonisos : superbe mouillage, 4m de fond de sable d’excellente tenue avec 2 baies ouvertes au sud mais bien protégées du meltem. Aucune ressource à terre. J’y ai secouru un français échoué (Zeus sait comment car le vent venait de terre...) sans trop de dommages.
    Comme partout il faut (très) bien suivre la météo, mais pas de difficulté particulière rencontrée sur cette belle route. Elle vaut sûrement la peine en version cabotage, avec les précieuses indications de Michel ci-dessus.
    https://cata-shrubb.blogspot.fr/201...
    https://cata-shrubb.blogspot.fr/201...

    Répondre à ce message

Répondre à cet article

UP

Copyright et informations légales