image
image
image

Votre IP : 35.170.76.39
Dernier ajout : 17 novembre
Visiteurs connectés : 7

image Conception
Développé sous SPIP
Informations légales

image
image
Recherche image

Pratiques et Techniques de la Plaisance

image

Accueil du site > Forum technique > Au mouillage -forum- > télécommande guindeau

Rubrique : Au mouillage -forum-

__________________________________________________________________________________________________________________

télécommande guindeauVersion imprimable de cet article Version imprimable

Publié Septembre 2012, (màj Septembre 2012) par : meridien  image   

Copyright : Les articles sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent pas être reproduits en partie ou totalité sans leur accord
S'identifier pour s'abonner par mail Inscrit aux forum vous pourriez transmettre cette page à un ami plaisancier

Plus une question qu’un forum...
Je voudrais équiper mon Tigre 12v d’une télécommande mais je laquelle ? et où la trouver ? Je n’ai rien trouvé sur STW. Mais c’est peut-être là que je devrais aller ?

UP


Répondre à cet article
(pour répondre à un message en particulier, voir plus bas dans le fil)

72 Messages de forum

__________________________________________________________________________________________________________________

__________________________________________________________________________________________________________________

  • 15 septembre 2012 19:35, par yoruk écrire     UP Animateur

    Tiens... te voilà ici... Bienvenue... Cà me fais plaisir.
    je vais te rappeler des souvenirs STW... j’ai un cayman proche de ton tigre et je viens de changer ma télécommande... J’y répondrai demain matin, si tu le permets ; là je suis très fatigue (nav + mais surtout +++ mes copains de Kas !!!) ,mais nul doute que d’autre interviendront avec talent avant
    Michel

    Répondre à ce message

  • 15 septembre 2012 20:04, par meridien écrire     UP  image

    Le rouge de la honte va me servir de feu de mouillage et Alois est mon Seigneur !
    Il a suffi que je tape RADIOcommande pour trouver ma réponse sur STW en 232ème rang.
    Que ce forum disparaisse dans les brumes de mon ignorance

    Répondre à ce message

  • 15 septembre 2012 20:05, par tilikum écrire     UP

    Précisions...

    • Télécommande au pied ?
    • Télécommande filaire ?
    • Télécommande sans fil ?

    ;-)

    _/)

    Répondre à ce message

  • 16 septembre 2012 05:39, par yoruk écrire     UP Animateur

    Bonjour
    Fred, qui a une grosse santé, cadre immédiatement le problème :

    • Télécommande au pied ?
    • Télécommande filaire ?
    • Télécommande sans fil ?
      Je ne parlerai pas des télécommandes sans fil…. Qui ont la fâcheuse manie de tomber à l’eau. Sans compter qu’il faut des piles, et que généralement, on se rend compte que les piles sont mortes… Quand on s’en sert, ce qui peux amener à des excès de montée d’adrénaline…

    Sur Laorana, ou je suis au four et au moulin, j’ai équipé le guindeau (un caïman, proche de ton tigre), de deux télécommandes filaires… qui ne tombent pas à l’eau

    Dans le PDF joint, on trouvera quelques références sur les différents types de contacteurs ou télécommandes.

    • l’avantage des contacteurs à pieds est qu’il laisse les mains libres, mais il y a de très nombreux inconvénients :
      • Il faut percer le pont… Et de mémoire ton bateau est en alu, or, les propriétaires de bateau alu, n’aiment pas percer…
      • Même pour les heureux propriétaires de bateau en stratifié, il y toujours un risque d’infiltration
      • Mais le gros défaut à mon avis, est lié à la sécurité… Si les mains sont libres, une maladresse accidentelle avec des contacteurs à pression est vite arrivée
    • Les télécommandes filaires… Il en faut deux si on a un seul poste de télécommande, en cas de panne
      • Installée dans la baille de mouillage, même avec beaucoup de précautions apportées à l’isolation des connexions, elles finissent toujours par s’oxyder, une des faiblesses étant l’isolation des boutons pression…
      • J’ai installé celle du cockpit sur Laorana sur le tableau de commande du démarrage moteur, à portée de main quand je manœuvre à la barre. Elle est amovible, et je la rentre systématiquement
      • Pour la commande de la baille de mouillage, j’ai pu l’installer dans la cabine avant, en toute proximité du panneau de pont. Ce qui permet de poser la télécommande, sur le pont, proche de la baille de mouillage et d’allonger la chaîne dans la dite baille de mouillage, de la main gauche (bien sur, ma chaîne se met très vite en tas)… Ce qui ne manque t’interroger mes voisins quand je quitte le mouillage : personne à la barre, et un mec accroupi à l’avant… Succès garanti !!!
    • Une option aussi avec une commande à fixer en cloison, ce qui peut être une sécurité, pour doubler une télécommande filaire qui bêtement tomberait en panne… A ce sujet, il faut vraiment les rentrer dans le bateau après usage. Il m’est arrivé une chose stupide cet été… En mouillage forain (heureusement j’avais de l’espace, et la chaîne était sous main de fer, désolidarisée du barbotin… mais j’avais laissé paresseusement la télécommande sur le pont. Au lever du jour, une grosse montée d’humidité, a rempli bêtement d’eau, les deux petites cuvettes des boutons pressoir. Celui commandant la descente devait être fendillé… Et à 6H du matin, j’ai été réveillé par mon guindeau, qui se mettait en route tout seul….
    • Et bien sûr en option au matériel spécialisé dit ‘’marine’’ le matériel industriel de chantier, en particulier celui des palans de levage. En Turquie, tous les Gulets sont équipée de ce genre de télécommande rustique. J’irai tout à l’heure faire un tour à la coopérative maritime de Kas, pour obtenir des prix et des renseignements, que je donnerai plus tard
    • Enfin et surtout, j’ai réussi à retrouver le schéma de câblage des Télécommande Lofrans. On ne peut plus, du moins je n’y arrive pas, accéder au site Lofrans. Il est possible qu’ils soient dans la tourmente Navimo…

    Michel

    Répondre à ce message

    • 16 septembre 2012 16:25, par yvesD écrire     UP     Ce message répond à ... Animateur

      “l’avantage des contacteurs à pieds”
      est que n’importe quoi posé dessus par le benêt de service déclenche le guindeau en montée et comme la chaîne est déjà entièrement remontée on risque de ne rien entendre sauf la gueulante devant la facture de réfection du moteur. On contourne cet inconvénient en insérant - au poste de barre - un interrupteur dédié au guindeau (toutes commandes confondues) qu’on ferme à chaque approche de mouillage et ouvre lorsqu’on coupe le moteur. Checklist « mouillage » à mettre à jour, ça suffit.

      “Pour la commande de la baille de mouillage, j’ai pu l’installer dans la cabine avant, en toute proximité du panneau de pont”
      Excellente pratique, car il est bien connu que les passagers de la cabine avant tenant à dormir au sec maintiennent ce panneau très souvent fermé. Effet de bord, la télécommande reste au sec

      Si ça peut aider j’ai encore la doc des télécommandes (de 1988, avec schémas électriques), mais pour du matériel Vetus (alexander, jumbo, tiger, condor, albatros et titan)

      Répondre à ce message

      • 16 septembre 2012 16:36, par yoruk écrire     UP     Ce message répond à ... Animateur

        Pour la commande de la baille de mouillage, j’ai pu l’installer dans la cabine avant, en toute proximité du panneau de pont”
        Excellente pratique, car il est bien connu que les passagers de la cabine avant tenant à dormir au sec maintiennent ce panneau très souvent fermé. Effet de bord, la télécommande reste au sec
        "

        Ha.... :-O Sur Laorana... le poste avant est celui du capitaine !!!!.
        En fait une fois la télé commande sortie, on referme le capot en le posant pour ne pas coincer le fil... Et c’est très suffisant pour éviter d’inonder ma sacro-sainte couchette...

        Répondre à ce message

    • 24 octobre 2012 00:24, par anpayada écrire     UP     Ce message répond à ...  image

      Salut Michel,
      ...Enfin et surtout, j’ai réussi à retrouver le schéma de câblage des Télécommande Lofrans. On ne peut plus, du moins je n’y arrive pas, accéder au site Lofrans. Il est possible qu’ils soient dans la tourmente Navimo…...

      Ce soir, 24/10/2012, je viens d’envoyer au Modérateur tous les schémas électriques des guindeaus
      LOFRAN’S et LEROY SOMER,
      et de leur télecommande en 2, 3, 4, 5 fils...:-)
      Si ca peut rendre service !
      Amicalement,
      Daniel

      Répondre à ce message

  • 17 septembre 2012 14:56, par meridien écrire     UP  image

    Et bien merci pour vos commentaires. Je fais de toute façon mon miel car
    soit vos solutions sont les miennes, ça me fait plaisir.
    soit je n’y avais pas pensé, c’est tout bénéf.
    soit je ne suis pas d’accord, il faut y réfléchir...
    J’ai en ce moment une filaire modifiée. j’ai gardé le câble spirale et remplacé le boitier par un coffret Plexo étanche de 150X100X30mm ; dans le couvercle deux poussoirs étanches. Je peux contrôler de visu la réalité de l’étancheïté et aussi le coincer sous le liston comme pédale provisoire quand mon équipier m’envoie plus près du ciel avec la drisse de GV sur la poupée qui nécessite les deux mains.
    Ce système a deux limites : il n’agit pas depuis la barre, ni dans le poste avant où arrive la chaîne. Donc je veux pouvoir agir à la barre et aussi dans le poste quand la chaîne a en tas bourré (trop facile...).
    La distance à vol d’oiseau barre / guindeau est de 14m et en cheminant dans les sous-sols j’arrive à 17m de câble plus la gaine plus un petit disjoncteur et deux interrupteurs. Ayant déjà recâblé le guindeau, je sais à quoi m’attendre pour la main d’oeuvre et j’élimine cette option de commande filaire depuis la barre et/ou le poste avant.
    Chez Conrad il y a une commande à distance 190904-62 pour 60€ et 20€ pour l’émetteur supplémentaire.
    Et c’est précisément là que je m’interroge Qui a déjà de l’expérience sur ce système ?
    Fonctionnement en 12v, pas par impulsion et portée limitée.
    nOn m’aurait dit il y a 40 ans que je mettrais une commande radio sur mon guindeau électrique j’aurais bien ricané ; Sic transit mundi... et au plaisir de vous lire !
    Et on m’aurait dit que je serais seul à bord au mouillage à Morgiret avec l’équipage faisant du baby-sitting sur la plage pendant que je dérapais avec quarante bateaux autour, j’aurais rétorqué que jamais je ne me serais mis dans cette situation...
    J’envie les motormen avec leur boitier de modèle réduit sur la bedaine qui se promènent dans les passavants AV /AR /BAB / TRIB / UP / DOWN /THRUST. ET J’EN OUBLIE !
    Juste 2voies, même pas étanche (je peux le faire moi-même.

    Répondre à ce message

    • 17 septembre 2012 15:10, par yoruk écrire     UP     Ce message répond à ... Animateur

      Bonjour
      J’avais oublié la longueur de ton « quasi Wally » ;-)
      Le câblage est effectivement un problème, d’autant plus qu’en alu, tu dois obligatoirement gainer très soigneusement.. Notes bien qu’en carbone... ce serait pareil !!!
      Perso, je n’ai pas d’idée, sur les télécommandes sans fil... Je ne pourrai pas être d’une grande utilité. ce qui me tracasse toujours avec ces trucs mobiles... c’est le risque de le voir tomber à l’eau. Ou alors, il faut en prévoir deux, sécurisées, une à l’avant et une dans le cockpit, avec le risque en équipage, que le barreur fasse « UP » pendant que l’équipier au mouillage fait « DOWN » cà devrait faire des étincelles...
      Michel

      Répondre à ce message

    • 17 septembre 2012 15:42, par Pil-Poil écrire     UP     Ce message répond à ...

      J’ai utilisé des modules de ce genre dans deux usages : la télécommande de mon portail et une alarme d’homme à la mer décrite ici : http://www.plaisance-pratique.com/c...

      Dans les deux cas, ces kits ont donné satisfaction.

      Cependant, je serais un peu inquiet en les utilisant pour le guindeau : les efforts mis en jeu sont grand, et en cas de problème de connexion radio ou de parasites on peut craindre des dégâts, voire un risque humain. D’autant plus que le guindeau est un gros générateur de parasites.

      Il faudrait donc ajouter au système une sécurité qui coupe le guindeau dès que la connexion radio n’est pas parfaite. Cela existe sur toutes les commandes numériques de modèles réduits d’avion radiocommandés, qui mettent les commandes au neutre en cas de mauvaise connexion radio.

      Cependant l’adaptation d’un système de radiocommande de ce genre nécessitera quelques ajouts en sortie du récepteur.

      Evidemment, le prix n’est pas le même que celui du kit Welleman ...

      http://www.conrad.fr/radiocommande_...

      Répondre à ce message

  • 17 septembre 2012 17:47, par meridien écrire     UP  image

    Ben je voulais une réponse, je l’ai eu ! Et pif ! j’ai complètement occulté la sécurité radio, totalement omis les parasites de mon Tigre.
    Visite chez Conrad (merci pour le lien), c’est beau, c’est chic, c’est cher. Plus la modif sur le récepteur. Affaire classée, sauf élément nouveau.
    Décidément le bateau c’est la galère !
    Le côté très positif : j’ai relu les fils sur l’entretien des guindeaux...

    Répondre à ce message

  • 17 septembre 2012 21:21, par anpayada écrire     UP  image

    Salut à tous,
    Certes, je n’interviens pas souvent (ce site est tellement technique !), mais je possède de vieux, voire trés vieux catalogues ; et on y retrouve parfois des « choese » interessantes...
    En effet j’ai les schémas de branchements pour Lofrans et LS, en 2, 3, 4 fils, docs sur diverses piéces détachées et les éclatés de pas mal de guindeaux :
    LOFRANS scorpion, airon, progress1, progress2, marlin, léopard, albatros, kobra, dorado, cayman tigre
    LEROY SOMER : SV401, SV402,SV403 S600, SV800,SV801, S901
    Si ca peut vous aider, c’est avec plaisir....
    Amicalement,
    Daniel

    Répondre à ce message

    • 17 septembre 2012 21:27, par yoruk écrire     UP     Ce message répond à ... Animateur

      « Certes, je n’interviens pas souvent (ce site est tellement technique !), »

      Bonsoir et merci de la proposition... on la gardera en mémoire
      Et bravo pour la confirmation de ce que nous craignons un peu : trop de technicité peut tuer le dialogue.. On y réfléchi
      Cordialement
      Michel

      Répondre à ce message

    • 17 septembre 2012 23:29, par yvesD écrire     UP     Ce message répond à ... Animateur

      Toutes ces vieilleries encore très fonctionnelles appellent des manuels qu’on trouve très rarement en ligne.
      Comment faire savoir qu’ils existent et les rendre accessibles sans écœurer les non membres du « antiquities fan club » ?
      Une idée ?

      Répondre à ce message

  • 17 septembre 2012 21:54, par anpayada écrire     UP  image

    Bsr Yoruk,
    Certes, je n’interviens pas souvent (ce site est tellement technique !)
    Surtout, ne pas prendre celà comme un reproche ! Quand je dis que c’est « technique », c’est que quand on intervient , il faut amener des billes ! PTP, ce n’est pas un forum fourre-tout ...et c’est ce qui fait toute sa force ! Mais parfois, par manque de qualification, c’est frustant de ne pouvoir que « prendre », sans pouvoir « donner »....
    Amicalement,
    Daniel

    Répondre à ce message

  • 18 septembre 2012 02:24, par tilikum écrire     UP

    De toutes les télécommandes sans fils pour guindeau que j’ai installé, ma préférée est celle de Lewmar, (pub gratuite) compatible avec n’importe quelle marque de guindeau.

    Elle est toute petite, elle flotte, est étanche...

    Je livre toujours l’installation avec une garcette permettant de garder la télécommande suspendue au cou, amarrée au poignet ou à la ceinture.

    Il faudrait vraiment faire exprès pour la perdre ! :o)

    (elle existe aussi en double commande guindeau et propulseur d’étrave...)

    _/)

    JPEG

    Répondre à ce message

    • 18 septembre 2012 11:41, par aikibu écrire     UP     Ce message répond à ...  image

      Bonjour
      Merci de nous rappeler que les guindeaux « aussi » doivent etre verifiés de temps en temps ....
      Je vais m’y employer dans un mois ....mais quelle huile preconiseriez vous ....80W90 pour boite de vitesse ou 10W40 simple pour engrenages moteur ,
      J’ai un vieux Goiot ,schema d’implantation de 1974...le moteur avait crame .Apres changement moteur et vidange de l’huile de barbotage l’ensemble fait un drole de bruit en fonctionnement ,ça grogne et je n’arrive pas à determiner si c’est normal ,ou ....quoi..? engrenages qui barbotent sont silencieux en principe et un moteur electrique egalement car le bruit est le meme qu’il soit en charge ou à vide. Ce grognement m’exaspere car je ne sais si c’est de l’usure bete, un frottement intempestif....Faudra t il me resoudre à de nouveau tout demonter..?
      Quant à la telecommande c’est une commande de palan du commerce que je branche à chaque manoeuvre sur le guindeau par une prise 3 plots ,soigneusement refermée ensuite avec joint caoutchouc pour etancheite maximale...

      Répondre à ce message

  • 18 septembre 2012 11:45, par meridien écrire     UP  image

    Cette télécommande Lewmar est-elle protégée des parasites éventuels ? Et quelle gamme de prix ?
    Pour la technicité :
    Sur le livre de cuisine que je pratique il y a une note de difficulté pour les recettes.
    Je préfère prendre conscience des problèmes avant, c’est là qu’un forum est rassurant, n’est-il pas ?
    Ns utilisons à bord une paire de tokiwokis -PMR- avec oreillette, il ne faudrait pas que le guindeau vienne se mêler directement de nos commentaires !

    Répondre à ce message

  • 22 octobre 2012 12:36, par bokedglass écrire     UP  image

    J’avais une télécommande de type « industriel »
    J’ai « dérobé » un boite épaisse genre Tuperware à la cuisine..Elle est où ma boite ?
    Cablée à travers,une goutte de Sika, et un gros élastique

    Bah... elle n’a pas survecu à l’écrasement avec l’ancre ou la chaine..
    J’aurais du la mettre dans le poste avant

    Répondre à ce message

  • 24 octobre 2012 11:56, par meridien écrire     UP  image

    J’ai acheté une radiocommande Lewmar. Si cela a un intérêt je peux scanner le schéma de câblage ou même la notice très succincte en anglais et en italien.
    Je suis loin du prix Conrad, mais cette histoire de parasites et/ou d’interférences m’a rendu prudent.
    Accessoirement j’avais trouvé aussi des RC pour les treuils de 4X4.....à des prix bien plus terre à terre.
    Celle-ci est à environ 200€.

    Répondre à ce message

    • 24 octobre 2012 12:19, par Nevermind écrire     UP     Ce message répond à ... Animateur

      Bonjour,
      Pour quelle raison vous achetez une télécommande sans fil ?

      Une filaire est moins chère et plus simple à réparer.
      On peut aussi mettre un interrupteur montée descente au niveau du cockpit.
      JP

      Répondre à ce message

      • 24 octobre 2012 13:02, par yoruk écrire     UP     Ce message répond à ... Animateur

        Meridien répondra peut être, mais je peux donner une indication, çà fait un bail que nous échangeons des infos ensemble, sur les guindeaux... ici, et sur STW
        En fait son bateau est en alu... Et les propriétaires de bateau en alu ont une sainte horreur de percer des trous dans leur bateau... Robert doit pouvoir confirmer ;-)
        Michel

        Répondre à ce message

  • 24 octobre 2012 18:38, par meridien écrire     UP  image

    Je me reporte à mon post du 17 septembre où j’expliquais la difficulté du câblage dans mon « quasi-wally ».
    1°) Il me faut pouvoir actionner mon guindeau depuis le balcon avant,là j’ai une commande filaire.
    2°) Mais aussi depuis l’intérieur du poste avant, où les 90m. de chaîne bourrent, à coup sûr au-dessus de 40m.
    3°) Et encore depuis la barre tout à l’arrière et la commande moteur.
    Ca peut rappeler le parcours du combattant.
    Cette radiocommande nécessite deux petits fils pour l’alimentation du récepteur et deux autres pour les relais, le tout sur quelques dizaines de cm.
    Elle me revient à 205€. Mais si je considère le coût de 20m de gaine, de 20m de conducteur bifil, de 2 poussoirs étanches avec leurs coffrets et la valorisation de mon ego avec le transmitter autour d mon cou, et le nombre de tipunchs que la pose m’aurait coûté, le bilan me semble buvable.

    Un détail sans rapport : comment faire les C avec une cédille ?

    Répondre à ce message

  • Je ne vois pas pourquoi un relais de guindeau, ne pourrait pas être commandé par des télécommande type porte de garages, l’avantage c’est qu’elles coûtent 10 fois moins cher. exemple : http://www.lightinthebox.com/fr/1to...

    Bon ça impose sûrement un peu de bricolage, mais c’est beaucoup moins cher.

    Répondre à ce message

  • 24 octobre 2012 22:12, par Alien écrire     UP  image

    Le guindeau et la chaîne sont des trucs dangereux !
    J’ai un inverseur montée/descente dans le cockpit et une télécommande filaire sur une prise dans la baille à mouillage.
    Dans le cockpit, je ne vois ni le guindeau, ni la chaîne, ni l’ancre .
    De plus je n’ai pas de compteur de chaîne.
    En solitaire, pas de problème, je me débrouille..
    Dès qu’il y a un équipier à l’avant, je tremble à l’idée qu’un pied ou une main s’aventure dans le système.
    Toute télécommande, qu’elle soit par fil, par radio ou par la pensée ne doit agir que si on voit la poupée et la chaîne.
    A la descente tout va bien ou presque. A la remontée, rare sont les bateaux où la chaîne descend sans s’entasser ou dérailler de temps à autre avec la tentation pour l’équipier innocent d’y mettre les mains.
    Celui qui commande le guindeau doit voir le guindeau et la chaîne !
    AMHA une télécommande babord/tribord/avant/arrière serait plus utile en complément d’une commande de guindeau sécurisée.

    PS : commandes à pied à proscrire !

    Répondre à ce message

    • 24 octobre 2012 22:47, par yoruk écrire     UP     Ce message répond à ... Animateur

      Celui qui commande le guindeau doit voir le guindeau et la chaîne !”

      Bonsoir
      Je trouve la phrase de Alien, pleine de bon sens. Par ici, ou nous mouillons très souvent sur ancre

      • Si un équipier est au mouillage, il voit la baille, le guindeau et la chaîne. Il est le seul habilité à son utilisation, avec une exception cadrée par des procédures entre l’équipier et le barreur : quand on revient arrière au quai, il arrive un moment ou c’est le barreur qui doit décider de la longueur de chaine à lâcher pour arriver en douceur au quai en marche AR très lente. A partir du début de cette procédure, l’équipier ne touche plus a rien… Il déborde les éventuels bateaux voisins.
      • En remontée, c’est sans ambigüité, çà ne peut se faire en sécurité que depuis la baille de mouillage
        • Si l’on a un équipier, c’est lui qui commande la manœuvre, indiquant direction et sens de marche au barreur.
        • En solo, c’est obligatoirement depuis la baille de mouillage, si l’on ne veut pas mettre la chaîne en tas, à l’exception notoire des bailles très profondes (rarissimes), ou d’un mouillage avec une chaîne inox, qui elle glissera. C’est la formule retenue par Amel … mais, çà coute bonbon…

      L’observation de Alien sur les risques de commande au pied est aussi fort juste AMHA
      Michel

      Répondre à ce message

  • 25 octobre 2012 11:46, par meridien écrire     UP  image

    Ca c’est bien vrai, que le guindeau est une bête sournoise ! Son utilisation sana risque n’est pas évidente.
    Je pense que sur PTP les avis sont pertinents et qu’avant d’y intervenir « on » prend la peine de lire le fil depuis le début.
    Je suis allé sur le site lightning 30€ c’est tentant !
    Je précise que je garde la filaire à l’avant en secours. La wireless dans ma poche pour le débourrage ou depuis la barre quand je suis seul en urgence, pour décrocher en laissant l’ancre pendre.

    Répondre à ce message

    • 25 octobre 2012 14:01, par Pil-Poil écrire     UP     Ce message répond à ...

      Une question me taraude B-)

      Avec une commande classique à 2 gros boutons au bout de son cordon en spirale et stockée dans la cabine avant, on craint un appui fortuit sur un des boutons par les habitants de la cabine avant ... Ma commande a ses boutons légèrement surbaissés au fond d’une cuvette pour minimiser le risque.

      ... Mais ..

      Avec La télécommande sans fil au fond d’une poche, le risque me semble infiniment plus grand d’appuyer par mégarde sur un des petits boutons. Cela arrive assez souvent avec nos téléphones portables et la touche « rappel » qui permet à un tiers d’entendre les bruits indiscrets au fond de nos poches durant quelques minutes :-O

      Répondre à ce message

      • 25 octobre 2012 14:18, par Nevermind écrire     UP     Ce message répond à ... Animateur

        Quand la mienne, il faut la brancher.
        Je l’enlève pendant la navigation, la prise est protégée par le capot.
        Elle reste branché au mouillage, le capot se ferme au dessus.
        J’envisage de mettre un interrupteur au niveau de la barre en plus.
        Une télécommande sans fil ne m’apporterait rien.
        JP

        Répondre à ce message

      • 25 octobre 2012 14:28, par yoruk écrire     UP     Ce message répond à ... Animateur

        Encore une fois, c’est vraiment le fruit d’une longue expérience de mouillages très fréquents

        • La véritable sécurité à la baille de mouillage, c’est le filaire. Une main sur la commande, l’autre libre pour la manœuvre, personne autour pour perturber l’opérateur
        • Depuis le cockpit, pourquoi pas une télécommande radio commandée, à la condition extrême, qu’il n’y est personne à cet instant, à la baille de mouillage, en proximité du guindeau. Cà règle au moindre risque la difficulté des liaisons filaires sur les ‘’quasi Wally’’

        Michel

        Répondre à ce message

      • 25 octobre 2012 19:34, par tilikum écrire     UP     Ce message répond à ...

        Pour celle dont je parle plus haut, il y a trois boutons, montée et descente, mais surtout celui de mise en marche !

        Il faut appuyer dessus un certain temps pour activer la télécommande, et si non sollicitée quelques minutes elle se remet au repos, ce qui devrait limiter les risques...

        _/)

        JPEG

        Répondre à ce message

  • 25 octobre 2012 20:16, par meridien écrire     UP  image

    C’est encore bien vrai !
    Du coup j’ai testé la mienne : il faut un poids de 1620 grammes sur les boutons pour enclencher ;
    De plus, ils ont un diamètre de 7mm et sont affleurants. Elle flotte.
    Y a plus qu’à calculer la pression en kg/cm² !

    Répondre à ce message

    • 25 octobre 2012 23:05, par Alien écrire     UP     Ce message répond à ...  image

      cet été, pour un arrêt baignade, j’ai mouillé l’ancre à la barre pour impressionner tous les semi-rigides qui polluaient le mouillage.
      Les baigneuses débarquées, je suis alllé peaufiner le mouillage avec la télécommande filaire (modèle Uship bas de gamme branchée sur une prise plus ou moins étanche dans la baille) .
      Sachant que nous allions repartir sous peu, je laisse la técommande branchée dans la baille.
      J’entame une sieste dans le cockpit.
      La pression des canoteux s’accentuant, je décide de reprendre un peu de chaîne.
      A moitié réveillé, je fait UP sur mon bouton de cockpit .
      Je retourne à ma sieste .
      A peine allongé, j’entend la chaîne filer puis elle s’arrête.
      Je me dit : c’est l’écrou qui sert à bloquer la poupée qui s’est désserré.
      Pas grave, j’ai la clé LEWMAR à huit pans (trouvée chez un soldeur).
      Faut juste la trouver. Elle est qqpart dans la cabine.
      Pendant mes recherches, le guindeau recommence à tourner.
      Je vais voir à l’avant ce qu’il se passe sous le capot.
      Horreur : la chaîne s’est mise en tas sur la télécommande .
      Au grès du clapot, un coup ça monte, un coup ça descend.
      Hélàs je n’avais pas de dynamomètre !

      Répondre à ce message

  • 26 octobre 2012 13:01, par meridien écrire     UP  image

    Une traduction de mon mode d’emploi :
    Appuyer sur le bouton ON plus de 2 secondes : la led intermittente allume l’émetteur.
    La led clignote lentement tant que l’émetteur n’émet pas.
    Elle reste allumée si un bouton est pressé en continu, et
    Elle reclignote quand le bouton est libéré.
    Arrêt automatique après 120 secondes de repos.

    Petit commentaire moqueur : toujours ranger sa petite commande filaire en hauteur ET à l’abri de l’eau douce de lavage ou salée de navigation.
    Et aussi : toujours ouvrir le coupe-circuit après usage.
    Enfin je dis ça et je dis rien !

    Répondre à ce message

  • Avec mon vieux guindeau Goïot 312 100W (rénové par mes soins en remplaçant par du neuf toutes les pièces périphériques de la vis sans fin, ainsi que la garniture de frein et l’entraineur de barbotin, avant la fin de Navimo) :
    Pour la remontée : une télécommande filaire, rangée dans la cabine avant, avec 8m de câble souple qui permet de l’amener au poste de barre quand je navigue seul. Je n’utilise cette possibilité que si je suis seul et que j’ai besoin de rester à la barre et au moteur.
    Il faut ajouter que je n’ai plus de problème d’entassement de la chaîne dans la baille de mouillage. La baille de mouillage du Feeling 1090 est tellement peu inclinée qu’il faut intervenir tous les 3m pour éviter que le sommet du cône n’arrive au barbotin et ne fasse sauter la chaîne. J’ai donc réalisé un tube epoxy qui avale la chaîne juste sous le barbotin, lui fait traverser la baille de mouillage à la verticale, et envoie la chaîne dans le fond de ce qui était la pointe de la cabine avant, et qui, cloisonnée, est devenu un puits de chaîne étanche avec trappe de visite (cela a nécessité la transformation de la cabine avant, mais quand on mouille presque quotidiennement…).
    Je peux réaliser un article là-dessus, avec photos des étapes de la réalisation. En attendant voir (tout en bas de la page, à la rubrique « Novembre-décembre : un puits de chaîne est créé ») : http://fulmar.over-blog.fr/pages/Hi...

    Répondre à ce message

    • Pour la descente : va et vient en bout de 8mm qui actionne la poupée du guideau, depuis le cockpit, pour désolidariser le barbotin du moteur.

      En effet, mon guideau n’est pas câblé pour la descente, et fonctionne avec une brimbale qui desserre la poupée et la désolidarise ainsi du barbotin.
      J’ai longtemps hésité à le câbler et à changer de télécommande. Mais j’apprécie trop le filé instantané d’une grande longueur de chaîne sans moteur. Surtout lors de la marche arrière vers le quai, où j’aime bien que le bateau ait déjà de l’ère et dans la bonne direction quand je mouille.

      Se posait le problème de la manœuvre en solitaire, que j’ai résolu comme suit.

      Un bout tressé de 8mm, assez long pour faire un va et vient entre la poupée du guindeau et le balcon arrière (20m).

      A l’avant, le va et vient est enroulé quatre tours autour de la poupée.

      A l’arrière, un sandow d’un mètre est attaché au balcon arrière côté tribord (côté où se trouve la poupée sur le guindeau), et ce sandow porte à l’autre extrémité un gros mousqueton alpin bien lisse.

      Le va et vient passe et coulisse facilement dans le mousqueton, le sandow raidissant modérément le va et vient à bonne hauteur pour qu’on ne se prenne pas les pieds dedans et qu’il n’accroche rien sur son parcours entre la poupée et le bacon arrière.

      Le va et vient est en fait confectionné avec deux bout raboutés, de couleur différente : une couleur pour déclencher la descente du mouillage, et une autre couleur pour stopper la descente.

      Avant d’effectuer le mouillage, j’arme le système :

      * je préparer mon va et vient, que j’enroule autour de la poupée en repérant la couleur qui déclenchera la descente ;

      * je fais pendre l’ancre juste au-dessus de l’eau avec une vingtaine de cm de chaîne, et je bloque ;

      * je bloque très modérément le frein en vissant la poupée, suffisamment pour que la descente ne puisse se déclencher tout seul par les mouvements du bateau, mais pas trop, afin que la traction sur le va et vient depuis l’arrière suffise pour dévisser la poupée et ainsi desserrer le frein.

      Je retourne à la barre et me positionne pour le mouillage (forain ou cul au quai) : dans le cas du cul au quai, j’entame la marche arrière de façon à ce que le bateau ait déjà de l’ère en étant déjà bien orienté à l’endroit choisi pour le mouillage à la bonne distance du quai ;

      * à l’emplacement choisi pour le mouillage, une bonne secousse sur le bout adéquat du va et vient, et le mouillage file immédiatement ;

      * lorsque la bonne longueur de chaine est sortie, une secousse nette sur l’autre bout, pour rebloquer le frein en revissant la poupée.

      Une fois le frein rebloqué, on ne peut pas le débloquer avec le va et vient, c’est trop serré, il faudrait réarmer le dispositif.

      Dans le cas du cul au quai, je laisse filer l’intégralité des 60m de chaine, je fais mes affaires au quai en jouant de la marche avant, marche arrière, point mort, jusqu’à ce que je sois amarré au moins avec une amarre, puis je laisse la marche avant au ralenti jusqu’à ce que la manœuvre soit terminée. Ce n’est que lorsque le bateau est bien positionné par rapport au quai que je reprends la chaîne en trop avec la télécommande filaire depuis le poste de barre, puis je vais à l’avant avec la télécommande pour vérifier et ajuster la tension de la chaîne.

      Répondre à ce message

    • Dans ton papier très clair sur ton blog tu écris Lors de la pose du mouillage, l’écoulement est fluide, la chaine venant de la verticale, elle a le temps de se positionner correctement sous le barbotin et ne saute plus par-dessus.
      J’ai été touché par ce phénomène, sur le cata, qui n’est apparu qu’au bout de quelques années : usure de la chaine ? torsion accumulée prise par la chaîne lors des remontées successives et qui « rigidifie » la chaîne juste ce qu’il fau pour nuire ?. Bien sur l’impact est aggravé par la forme de la baille et la manière dont la chaîne peut y tomber.
      Mais peut-être quelqu’un a-t-il une autre explication

      Répondre à ce message

      • J’ai écrit ce papier sur mon blog juste après la création du puits de chaîne qui permet l’écoulement vertical à la remontée et l’alimentation verticale du barbotin par son dessous à la pose du mouillage.
        Ce que j’ai écrit , au vu du comportement de la chaîne au sec, est un peu (mais pas trop méchamment) infléchi par les situations réelles de mouillage.
        En effet, j’ai remarqué qu’après plusieurs jours au port - chaîne inutilisée (pendille ou along-side), la première pose du mouillage présente quelques difficultés de fluidité de la sortie de la chaîne du tube. Certains maillons sont comme soudés entre eux (par le sel, et/ou un début de corrosion, et peuvent soit se bloquer sous la partie inférieure du tube, soit sauter un peu sur le barbotin. J’ai même remarqué, en ouvrant la trappe d’accès, que même après une navigation quelque peu mouvementée, le cône formé par la chaîne lors de la dernière remontée, s’est figé et n’a pas réussi à s’écrouler à cause de cette gangue de sel/corrosion qui a pu se former en quelques jours. Cette « soudure » n’est pas forte, on arrive à la compromettre à la main, mais suffisante pour bloquer la chaîne ou la faire sauter.
        Cette difficulté ne se présente pas si j’ai au préalable consciencieusement rincé la chaîne dans son puits au port, pas trop longtemps après la dernière remontée.

        Répondre à ce message

  • 17 janvier 2016 10:42, par MONSIEUR RAOUL écrire     UP  image

    Désolé, je n’ai pas de réponse intelligente à fournir aux problèmes évoqués mais une question stupide à poser.
    Je possède une radio-commande MERAK Lofrans. trois poussoirs « UP » « DOWN » « ON ».
    Elle fonctionne parfaitement depuis près de dix ans mais les boutons jaunes en caoutchouc se désagrègent.
    Poussière tu redeviendras poussière !
    Dura lex, sed lex.
    Une question existentielle se pose :
    Comment ouvre-t-on ce truc de façon à, grâce à une « imprimante 3D », reconstituer ces boutons.
    Cela me semble bien soudé, sans doute pour raison d’étanchéité.
    Si impossible, existe-t-il des télécommandes compatibles qui n’exigent pas des capacités intellectuelles hors normes (Hors les miennes qui tendent vers zéro) pour reprogrammer les fréquences. (Lewmar par exemple).
    Merci de votre sollicitude.

    P.S. N’en déplaise à mon Amichel, cette télécommande n’est jamais tombée à l’eau et ne s’est jamais mise en route hors la volonté de ma femme préposée à l’exercice.
    Elle n’a pas davantage affecté son Ego.
    La télécommande filaire oblige à la passer par la capot qu’on oublie de refermer...
    A chacun ses craintes et ses avis.
    Encore heureux !
    Bonne année à tous.
    Raoul DESPORT

    Répondre à ce message

    • 17 janvier 2016 11:19, par yoruk écrire     UP     Ce message répond à ... Animateur

      Mr Raoul quel plaisir de vous lire

      Avant que les experts s’emparent de ton désarroi... J’ai surement un élément de réponse, dont un au moins te donnera le plaisir d’une rogne à la Mr Raoul : changer tout le système émetteur/récepteur, il ne t’en coutera qu’entre 250 et 300 euros.... :-((

      Sinon la solution bêtasse indigne de ton talent, mais, suffisante pour le mien : une large bande de papier collant recouvrant largement tes trois boutons, à conditions qu’ils soient en retrait et en cuvette

      Sinon et de loin le meilleur à mon humble avis comme on dit chez les geeks... S’il ne s’agit que de remplacer les bouchons de commande, et si tu es toujours à Kusadasi, dans n’importe quelle boutique de bricolage informatique, un de ces petits génies locaux du bricolage te remplacera ça très bien, pour trois francs six sous (même si la Turkish Lira n’est plus ce qu’elle était). J’avais trouvé çà Fethiye, juste à côté du marché
      Amitiés... Michel

      JPEG

      Répondre à ce message

  • 17 janvier 2016 14:51, par meridien écrire     UP  image

    Je me souviens avoir lu (où ? et quand ?) une astuce pour réimperméabiliser un ciré.
    Dissoudre à volumes égaux du mastic silicone avec du white-spirit.
    Et tremper la commande dans cette pâte ?
    Je n’ai jamais essayé.

    Répondre à ce message

  • 17 janvier 2016 14:57, par aikibu écrire     UP  image

    Quant à moi, j’ai acheté pour trois francs six sous une telecommande de treuil electrique à un camion quelconque.....
    Mis en place ça marche tres bien, à ceci pres que j’ai rallongé l’antenne de commande avec un domino et un bout de fil electrique......
    Au lieu de pouvoir faire fonctionner le guindeau à 6m, maintenant ça marche à 13m distance de mon cockpit au guindeau....
    La telecommande etant enfermée dans un sac plastique bien entendu....

    Répondre à ce message

  • 17 janvier 2016 17:42, par MONSIEUR RAOUL écrire     UP  image

    Salut Yorük, toujours aussi prompt.
    Merci à vous tous.
    Alors que vous cherchiez des solutions, fort aimablement, à mon problème, j’ai réussi à extirper l’agglomérat devenu pâteux que constituait l’un des trois boutons ? (Sans niquer grave le boitier ce qui, pour moi, constitue déjà une performance).
    Je suis donc en mesure de dessiner un bouton à imprimer en 3D. (Là, pas de soucis !)
    Mais la solution proposée par AIKIBU semble pertinente au radin que m’oblige à devenir ma maigre pension...
    Pourriez vous, AIKIBU, me donner la marque de la radiocommande en question et m’indiquer
    où la trouver ? J’en ai vu sur le NET autour de 15 ou 20 €... mais j’ai des doutes.
    En effet, pour avoir eu autrefois un 4*4, je crois me rappeler que le treuil enroulait mais ne déroulait pas.
    Votre radiocommande déroule-t-elle, Guillaume ? (- Sorry !)
    Le branchement est-il à la portée d’un simplet.
    Pour ce qui concerne l’étanchéité, c’est un détail puisque sous les latitudes fréquentées il pleut rarement et que je mouille rarement au près par plus de force 6.
    Et comme l’un d’entre vous, j’ai des stocks de sacs étanches.
    Merci à vous tous.
    Raoul DESPORT

    Répondre à ce message

    • 23 janvier 2016 19:41, par aikibu écrire     UP     Ce message répond à ...  image

      Bonjour...
      Le« monsieur raoul » est il le cata qui est sur le port de l’Herbaudiere.....???
      Desolé, je n’ai pas le nom du fournisseur de la commande de guindeau, mais c’est une commande de treuil comme on en voit dans les catalogue de bricolage.
      Effectivement cette commande combine la montée et la descente, ce qui est bien pratique et je peux te rasssurer, mon niveau en electricité s’arrete au bleu sur bleu et rouge sur rouge, mais je n’hesite pas à « essayer », comme avec la rallonge de l’antenne pour rallonger la portée de la telecommande
      Ca semble logique de prime abord et ça a marché pour moi, mais j’ai des doutes sur la complexité de l’affaire.
      Evidement ce materiel est chinois mais livré avec un schema precis et on ne peut pas se tromper..

      Répondre à ce message

      • 24 janvier 2016 18:59, par yvesD écrire     UP     Ce message répond à ... Animateur

        Le« monsieur raoul » est il le cata qui est sur le port de l’Herbaudiere..... ???

        J’avais posé la question il y quelques temps (== années), la réponse alors était : non
        Ce Mr Raoul là est un catana 411, il avait fait l’objet d’un article dans je ne sais plus quelle revue.

        Répondre à ce message

        • 24 janvier 2016 19:32, par yoruk écrire     UP     Ce message répond à ... Animateur

          Ce Mr Raoul là

          Non, j’aurai pu répondre plus tôt, le Mr Raoul en question est un Dufour 40 hyper pointu, très affûté, et remarquablement entretenu (voir la photo jointe).
          Il a longtemps été mon voisin à Finike en Turquie. On voit Laorana à son tribord, sous son taud d’hiver sur la photo. Alain B... navigue beaucoup et plutôt bien... voire... très bien. J’ai de l’estime pour lui et son humour féroce.
          Il a quitté Finike pour Kusadasi, mais on continuait à se croiser en navigation en mer Egée. Si j’ai bien compris, il est à la retraite maintenant...
          Là il doit être en vadrouille, sinon il aurait répondu, ou alors il est en panne informatique, ce qui ne m’étonne pas, connaissant son infirmité numérique !!!
          Je me permet de publier la photo de son navire uniquement pour que tout ceux qui le croiserait, n’aillent pas manquer de le saluer... et qu’il leur offre un verre à ma santé !!!
          Michel

          NB : regardez bien la photo de son bateau et prenons des leçons sur la façon de bien hiverner un bateau... aaaah... Mr Raoul

          JPEG

          Répondre à ce message

  • 25 janvier 2016 13:26, par Nevermind écrire     UP Animateur

    Bonjour Michel,
    Question amarrage, voici un autre exemple qui permet d’encaisser 50nds et plus

    Jean Paul

    JPEG

    Répondre à ce message

    • 25 janvier 2016 15:15, par yvesD écrire     UP     Ce message répond à ... Animateur

      encaisser 50nds

      C’est curieux, j’étais convaincu que la Corse était soumise à des tempêtes d’Ouest, et aussi d’Est. Ou alors c’est que je distingue mal l’orientation des gardes.
      Allez, je blague, et j’adhère entièrement à cette apparente surabondance (8 défenses, c’est un minimum ;-) )
      Et bonne année.

      Répondre à ce message

  • 25 janvier 2016 15:32, par Nevermind écrire     UP Animateur

    Tu as raison pour les vents, le bateau est face à l’ouest

    Ce que l’on ne voit pas :
    2 aussières avant tribord
    1 aussière avant centre
    1 pendille arrière trtribord

    Répondre à ce message

  • 25 janvier 2016 17:19, par Nevermind écrire     UP Animateur

    C’est plus parlant en image

    JPEG

    Répondre à ce message

  • 13 février 2016 12:18, par MONSIEUR RAOUL écrire     UP  image

    Bonjour à tous,
    Yorük a raison quand il dit que « MONSIEUR RAOUL » est un DUFOUR 40 ;
    S’il est affûté, (le bateau), le skipper lui n’est pas très futé, comme le laisse entendre le même Yorük, au moins pour ce qui touche à la cybernétique et produits dérivés.

    Yorük se trompe quand il me prétend en « retraite ».
    Celle-ci étant plus mince que la taille d’Arielle DOMBASLE, je suis obligé, pour habiller ma danseuse chez North de continuer à bosser un peu.

    Je remercie les épistoliers, ci-dessus signataires de leurs conseils, en les priant de m’excuser de ce retard.
    Je m’en vais quérir une radio commande de treuil comme suggéré.

    Merci à vous tous.
    Et bon vent.

    Raoul DESPORT

    Répondre à ce message

  • 5 mars 2016 11:29, par jlbioret écrire     UP  image
  • 7 mars 2016 10:58, par lysigee écrire     UP  image Animateur

    Voici celle que j’ai fabriquée pour 10 euros
    un interrupteur 2 voies + neutre
    une boite de circuit électrique pour le bâtiment
    15m de câble électrique 3 brins
    Robert
    (de nouveau sur Lysigée)

    JPEG

    Répondre à ce message

Répondre à cet article

UP

Copyright et informations légales