image
image
image

Votre IP : 54.226.73.255
Dernier ajout : 20 avril
Visiteurs connectés : 13

image Conception
Développé sous SPIP
Informations légales

image
image
Recherche image

Pratiques et Techniques de la Plaisance

image

Accueil du site > Articles > Mouillages et ports > Grèce > Mer Ionienne > Sami en Cephalonie

Rubrique : Mer Ionienne

__________________________________________________________________________________________________________________

Sami en CephalonieVersion imprimable de cet article Version imprimable

Publié Novembre 2018, (màj 27 mars) par : yoruk   

Copyright : Les articles sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent pas être reproduits en partie ou totalité sans leur accord
S'identifier pour s'abonner par mail Inscrit aux forum vous pourriez transmettre cette page à un ami plaisancier

Cet article étant géolocalisé localement, validez OK ci-dessous convient.

“Grèce”/Mer Ionienne/Céphalonie/Sami

Sami

Pour suivre le lien vers PTP

Guides nautiques pour cette région


Approche


Claire, mais trois ports à ne pas confondre
  1. À l’ouest le port de barques, avec quelques voiliers, peu de fond, réservé aux locaux
  2. Au centre le quai réservé aux ferries
  3. A l’Est, contigüe au quai des ferries, le nouveau port. Les bateaux de passage y trouveront un abri tout temps

Exposé au long fetch du détroit d’Ithaque, le vent en été peut provoquer une mer dure et courte rendant les passes dangereuses l’après midi

  • Coordonnées géodésiques du port de plaisance : 38 15.24 N 020 38.84 E
  • Origine de la carte : GR,HNHS,graph,231/1
  • VHF : 16 mais pas de veille ici.
  • Plusieurs orthographes : Sami, Samé, Eyialos

Port

Le port de plaisance comporte 5 zones d’accostage

  • De part et d’autre du môle ouest
  • Au sud de la jetée nord
  • A l’Est su port sur un quai orienté SW/NE
  • Au sud du port

On mouille soit arrière ou étrave au quai, sur ancre, sur des fonds de vase tenant très bien. Peu de place pour manœuvrer, le sud est encombré de mouillages locaux anarchiques. Un préposé, dans la journée, en été, vous assistera depuis le quai. Assurant une une veille visuelle, on le reconnait vite sur sa pétrolette… Sympa et marrant comme tout, c’est lui qui encaissera la modeste facture du mouillage
  • L’extérieur du môle Ouest, ouvert au large, n’est praticable que par beau temps établi. Sensible au clapot de NW dominant en été et se renforçant l’après-midi. On mouille sur ancre, en revenant arrière ou étrave au quai par 5 m de fond de sable tenant bien. Il faudra veiller à ne pas mouiller trop long pour ne pas croiser la chaîne des ferries qui mouillent arrière à leur quai. Par vent fort, ils peuvent affourcher
  • A l’intérieur du môle ouest, arrière ou étrave au quai, sur ancre par +/- 3 m de fond de vase d’excellente tenue. Inutile de mouiller trop long, en veillant à ne pas croiser votre chaîne avec celles de bateaux mouillés en face sur le quai orienté SW/NE, qui allongeront leur ligne de mouillage sous un autre angle. Il faudra prendre garde aux tunnels percés sous le môle et donnant accès à la mer, le clapot résiduel, plus désagréable que dangereux peut devenir irritant…
  • Le quai sud, alongside, si l’on y trouve de la place, en prenant garde aux nombreux bouts flottants des mouillages anarchiques locaux
  • Sur le quai nord, alongside, mais habituellement réservé aux grands yachts à moteur, de même que le retour du môle ouest, juste en face
  • Sur le quai de la ville, orienté SW/NE, et seulement dans sa partie médiane, la partie nord étant trop exposée au clapot de NW face aux passes, et la partie sud difficilement utilisable du fait des mouillages anarchiques des locaux. On mouille sur ancre, arrière ou étrave au quai, en veillant à ne pas croiser les lignes de mouillage des bateaux d’en face sur le quai ouest. On se trouve pratiquement dans les terrasses des restaurants, bruyants, mais c’est aussi le seul endroit où trouver de l’électricité (négociable avec un restaurateur)
JPEG - 341.9 ko
Môle ouest
JPEG - 233 ko
Quai nord
JPEG - 326.6 ko
Quai de la ville

Mouillages


5 possibilités de mouillage forain
  1. Mouillage de Sami à un demi mille
  2. Mouillage de Ag Eufimia à 3 milles
  3. Ak Dhekalia à 3 milles
  4. Ag Andreou à 5 milles
  5. Ak Agriossiki à trois milles et demi
  • 1. En toute proximité, on mouille sur des fonds de sable par 5 à 10 m. Par temps maniable, les grands yachts mouillent ici, à portée d’annexe de Sami. En serrant la côte Ouest du golfe de Sami, ils trouvent une maigre protection des vents dominant de NW
  • 2. A trois milles dans l’anse de Ag Eufimia, sur de bons fonds de sable, par 3 à 5 m de fond, si les places à quai sont prises, ce qui est fréquemment le cas avec les flottilles. On peut avoir à mouiller à l’extérieur du môle par plus de 10 m de fond, si le mouillage est trop encombré. En été, le vent s’orientera l’après-midi, systématiquement dans l’axe de la vallée de Ag Eufimia soufflant de W/NW
  • 3. Dans la grande baie au SE du cap Ak Dhekalia, dans O.Andisamos, avec beaucoup de profondeur tout de suite, ile faudra passer des amarres à terre et veiller aux zones protégeant les câbles sous-marins.
  • 4. Sur Ithaque, la baie de Ag Andreou, bien protégé du vent dominant en été, mais malcommode, car très profonde
  • 5. Entre Ag Eufimia, et le cap Agriossiki, quelques indentées, où il faudra passer des amarres à terre, mais, vite pleines

Aucun problème de mouillage, avec les vents de SW à Est, en proximité du môle de Sami, en respectant la zone d’évitage du Ferry

Réparation, entretien et services


Réparation : Peu de possibilités.
Entretien : On trouvera de l’aide, en s’adressant au livreur de carburant, parlant l’anglais. Un shipchandler en ville, et un autre à Ag Eufimia
Service :
  • Port d’entrée, les bureaux se trouvent à l’angle NE du port de plaisance
  • Le préposé au placement des bateaux de passage, relèvera vos données et passera le soir pour l’encaissement. Une facture est délivrée. Coût : quelques euros : 7,5 euros pour 12 m en juillet 2017
  • On peut se faire livrer du carburant depuis un camion-citerne et son long tuyau, y compris sur le môle ouest
  • Eau de qualité, dans des puits protégés de plaques métalliques qu’il faudra soulever
  • Pas de bornes d’électricité
  • Gaz : recharges camping gaz dans les épiceries en ville
  • Wifi : avec les bars et restaurants, sinon 4 G
  • Avitaillement de qualité, dans les épiceries, boucheries, boulangeries, super marchés en toute proximité
  • Location de voiture, scooter et vélo

Ambiance

  • Le séisme de 1953, d’une magnitude de 7,2 le 12 août 1953 détruit complètement Sami. Reconstruite, avec une aide mondiale, la ville a perdu tout caractère traditionnel grec conservant cependant l’allure d’un petit village accueillant et bien tenu. Port de ferries vers Ithaque, Patras et Astakos, il trouve un équilibre entre une mer pouvant être rugueuse et un arrière-pays luxuriant. On y est bien accueilli.
  • Aujourd’hui le pays se relève, et on y trouve un accueil chaleureux, même si le style architectural grec a complètement disparu, reste la mer, les bateaux et un arrière-pays fleuri à la végétation luxuriante... L’eau est partout...
JPEG - 293.2 ko
Passes et mauvais clapot
JPEG - 248.9 ko
Quai de la ville
JPEG - 396.8 ko
Village et la nature luxuriante

Mais aussi en se promenant autour de Sami

- 

Histoire et culture


Il faut comprendre qu’après le séisme, l’île entière s’est surélevée d’environ 60 cm en s’inclinant vers l’ouest, entraînant mort et désolation. On déplorera une estimation des pertes en vies humaines de 450 à 600 morts. En plus de ces morts, la Céphalonie perd 100.000 habitants sur une population totale d’environ 125.000, le nombre de ceux qui choisissent d’émigrer.

Adossé au mont Ainos, avec une altitude de 1 628 m, couverts d’une espèce d’arbre endémique, le sapin de Céphalonie (Abies Cephalonica), dès l’Antiquité, les forêts denses du mont Ainos ont fourni la matière première pour la construction de bateaux. Les anciens utilisaient le sapin pour la construction de trirèmes, galères à trois rangées de rameurs, car son bois est léger. Ulysse aurait construit ses bateaux avec le sapin de l’Ainos. La surexploitation du mont Ainos par les Vénitiens a provoqué un début de destruction de la forêt. En 1501, la colonie vénitienne comportait deux cents bûcherons et charpentiers et des ouvriers pour la gravure sur bois. Au XVe siècle, un grand feu a fait disparaître les deux tiers de la forêt. En 1797, la forêt a brûlé pendant des semaines et l’incendie en a détruit plus de la moitié. Aujourd’hui encore, les feux constituent toujours une menace majeure.

Les professions agricoles traditionnelles sont l’élevage et l’oléiculture, le reste étant composé principalement de céréales et de légumes. Les quelques cultures de légumes se concentrent dans les plaines, qui couvrent moins de 15 % de l’île. Moins d’un quart des terres de l’île sont arables : le relief accidenté et montagneux ne convient guère que pour les chèvres. On cultive anciennement vins rouges et vins blancs sur le plateau de la commune d’Omala, situé à 700 mètres d’altitude, dont le cépage blanc réputé, le Robola.

Liens utiles

sy Laorana à Riposto nov 2018

UP


Répondre à cet article
(pour répondre à un message en particulier, voir plus bas dans le fil)

2 Messages de forum

__________________________________________________________________________________________________________________

__________________________________________________________________________________________________________________

  • 18 novembre 2018 22:28, par yoruk écrire     UP Animateur

    A noter, dans les liens utiles, celui pointant les Google Books. On peut acheter à moitié prix la dernière version du guide de Rod Heikell, lisible sur PC ou tablette. Deux avantages

    • on allège l’addition de pratiquement 50%
    • on gagne en poids à bord !!!

    A vérifier si la lecture est portable sur PC et sur tablette, noter aussi que si la version est en anglais, le module de traduction google l’automatise sur Chrome

    Michel

    Répondre à ce message

  • 15 janvier 10:58, par lysigee écrire     UP  image Animateur

    Sami a d’abord été situé sur le mont qui la surplombe aujourd’hui. On peut y monter en suivant un joli chemin et avoir en haut une vue du port et des mouillages. On peut y monter aussi en suivant la route vers la baie d’Antisami, puis en suivant les flèches :) mais c’est moins agréable
    Voici une petite video de la balade
    https://youtu.be/D3IpYWEOiIE

    Répondre à ce message

Répondre à cet article

UP

Copyright et informations légales