image
image
image

Votre IP : 18.204.227.117
Dernier ajout : 29 mai
Visiteurs connectés : 4

image Conception
Développé sous SPIP
Informations légales

image
image
Recherche image

Pratiques et Techniques de la Plaisance

image

Accueil du site > Articles > Instruments > Electronique de navigation > Navigation électronique dans le grand nord

Rubrique : Electronique de navigation

__________________________________________________________________________________________________________________

Navigation électronique dans le grand nordVersion imprimable de cet article Version imprimable

Publié 20 mai, (màj 20 mai) par : Collectif Salacia   

Copyright : Les articles sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent pas être reproduits en partie ou totalité sans leur accord
S'identifier pour s'abonner par mail Inscrit aux forum vous pourriez transmettre cette page à un ami plaisancier

Mots-clés secondaires: sécurité , cartographie , électronique

Navigation électronique dans le grand nord

JPEG - 223.6 ko
Crédit photo : Cybèle 17
  • L’équipage :
    François (70 ans), Valérie (59 ans) en 2020 !
    Dans une autre vie, habitaient à Brest. Ils ont tout vendu en 2012 pour se consacrer à des voyages auxquels ils ne fixèrent aucune limite de temps (ni plancher, ni plafond).C’était l’aboutissement d’un rêve du skipper depuis de très nombreuses années, et que la skippette a peu à peu partagé...
  • Le bateau :
    Un OVNI 445 , dériveur intégral, solide, en aluminium permettant de trouver des coins tranquilles, des remontées de rivières, des mouillages forains,et d’une façon générale des coins où d’autres ont du mal à aller ,isolé pour le froid , et bien chauffé.Il inspire confiance dans le mauvais temps. Deux cabines doubles pour le partage avec un autre couple.
  • La zone de navigation :
    D’abord la Bretagne, en tâtant un peu d’Espagne et d’Angleterre, puis très vite l’Europe septentrionale et la Scandinavie et des hivernages “vivifiants” dont un d’anthologie à Bodø, en Norvège jusqu’au Svalbard (80° nord) à la limite du cercle polaire
  • Les moyens de navigation électronique standards du bord :
    Groupe électrogène Northern Lights 4,5 KVa.1500RPM. Consommation 1,6l/h au maxi, 0,9l/h à 1/2charge
    Système de gestion électricité Mastervolt :
    traceur Raymarine C95 (de 2015)
    Pilote Raymarine ST 6001 sur vérin Lecomble et Schmitt
    centrale Raymarine ST 60 : wind, speed, depth
    VHF ASN Raymarine 55E
    VHF portable flottante Cobra
    AIS Raymarine 650 (Emetteur-Récepteur) de 2016.
    Baro électronique La Crosse Technology
    Téléphone Iridium 9575 et AxcessPoint (connexion pour Ipad et Wifi)
    Antenne Wifi externe permettant de récupérer un réseau à près d’1 km, et de le renvoyer à bord en RJ45 ou en wifi Badboy MJ (changée en 2016)
    Balise de détresse EPIRB Ocean Signal E100G avec GPS.
    Eolienne Superwind, à pales variables.
    parcs batteries : 5*100A de servitude + une de démarrage moteur + une de démarrage groupe +2 à l’avant pour guindeau et propulseur. 1 chargeur Cristec pour les batteries AV
  • Les moyens électroniques complémentaires ;
    2 Ipad Air 2 (2016 et 2018 ) avec coque étanche et cartographie Europe, GB, Dk, Norvège

Amené à naviguer dans des conditions exigeantes : froid, humidité, mer dure, cartographie complexe, avec un équipage peu nombreux, le skipper a du rechercher des solutions innovantes permettant le pilotage du traceur, de la centrale de navigation, des connexions internet récupérant des fichiers météo, via le web ou une liaison satellite, etc... toutes solutions pour les quelles pour des raisons climatiques évidentes, les méditerranéens répondent par l’installation d’un PC portable que l’on installera n’importe où dans le bateau, y compris dans le cockpit, et... pourquoi pas si les conditions de navigation le permettent... Mais qui ne peuvent pas fonctionner par une température négative, sous la neige, dans une mer sous l’influence de l’Atlantique nord.

Son choix s’est donc porté sur une installation fixe fiable et solide

Et pour piloter, interroger, lire tout ça, il fallait une solution mobile, que l’on puisse actionner de n’importe où dans le bateau, depuis la barre jusqu’à la table à carte en passant par la table du carré... là aussi, pourquoi pas ???

Solutions mobiles

L’évolution fulgurante des moyens communications, avec la 4G en particulier, et les possibilités d’interfaçage de nos terminaux téléphoniques en points d’accès mobiles puis en modem wifi a bouleversé nos habitudes. Classiquement, dans nos eaux tempérées, ce genre d’action est réservés à nos smartphones communicants avec le/les PC du bord. Ce qui est tout aussi envisageable depuis une tablette, avec des développements adaptés pour certains fabricants de matériel de navigation, ce qui est le cas pour Raymarine, qui propose une synchronisation des points de routes par Wi-Fi avec les appareils portatifs iPhone et iPad.

Traditionnellement, le skipper, de culture Windows, ignorait le monde Apple. quand au début des années 2010, il lui a fallu choisir une tablette pour compléter et sécurise son système, le monde android n’offrant pas de solutions cartographiques satisfaisantes, il s’est équipé tout naturellement du système d’exploitation proposé dans les années 2015, par raycontrol n’existant que pour Ipad. En développant son organisation, il relève les avantages suivants :

  • Son traceur est wifi, donc pilotable par la tablette, grâce au programme « Raycontrol »
  • la théorie de Tolérance de Panne (Fault Tolerance Theory) lui semble importante en bateau. Le traceur est malheureusement monobloc, propriétaire, et de plus en réseau ST et NMEA .
  • En conséquence, deux systèmes de cartographie , 2 GPS et 2 alimentations séparées diminuent les risques... C’est ce qu’apportent ces tablettes
  • Mais aussi :
    • le gps du iPad semble plus précis que celui du système Raymarine
    • Un autre avantage du gps Ipad : mise à jour de la position plus fréquente que sur le traceur,donc une trace plus précise : utile pour sortir d’un « trou » de nuit !
    • la réception des cartes météo, soit par internet soit par Iridium
    • préparer des plans de route optimisés
    • suivre sa trace en temps réel.
    • contrôler son mouillage, de nuit, avec un petit programme adapté
    • enregistrer et archiver mille et un renseignements techniques pour le bateau ou pour les mouillages
    • rester avec la 4G en contact avec le monde extérieur..
    • etc... la liste est longue
    • avec cependant deux défauts :
      • impossible à lire au soleil
      • grosse conso d’où la nécessité d’une connexion 12V à la console de barre quand on flirte avec les cailloux pendant une journée

iPad, android ou PC sous windows/MacOS/Linux ???
Aujourd’hui, ce n’est plus un problème, le skipper de Cybèle nous le rappelle : mon choix et l’utilisation de ce genre de tablette « n’engage que moi ! »
Et d’ailleurs, dans son blog il nous entretient du futur : « Prochainement je vais me lancer dans les routages, je vous raconterai » Bienvenue dans le monde Windows s’il opte pour Scannav, comme il le laisse entendre...
ndlr : Raymarine propose aussi maintenant des interfaçage avec des tablettes sous androïd : https://www.raymarine.com/view/inde...

Extrait du blog de Cybèle 17 , ce PDF que nous avons reconstitué pour vous

Télécharger ce document, taille 1.1 Mo Document (PDF – 1.1 Mo)

Il y a 1 documents disponibles.


1  
1.1 Mo  
tablettes_et_navigation_sur_cybele_17.pdf
UP


Répondre à cet article
(pour répondre à un message en particulier, voir plus bas dans le fil)

2 Messages de forum

__________________________________________________________________________________________________________________

__________________________________________________________________________________________________________________

  • 20 mai 18:39, par yoruk écrire     UP Animateur

    Bonjour Cybèle 17...
    Je n’ai pas retrouvé de trace de l’organisation de votre radar ???
    Merci d’avance
    Michel à Riposto

    Répondre à ce message

    • j’ai choisi un Raymarine C95 wifi mais pas hybridtouch car c’est aberrant de vouloir toucher l’écran avec des gants ! Le radar est compris dedans : c’est (hélàs) un MFD (MultiFunctionDisplay). à la table à cartes je peux jouer à distance sur les paramètres du radar, aors qu’à la barre je ne peux agir que par boutons interposés.
      Je dis hélàs MFD car si la carte mère flanche, je n’ai plus rien. J’aurais préféré un radar séparé de la carto.De mème l’overlay est peu précis, mais l’Ipad permet le double écran !

      Répondre à ce message

Répondre à cet article

UP

Copyright et informations légales