image
image
image

Votre IP : 3.236.59.63
Dernier ajout : 15 juillet
Visiteurs connectés : 11

image Conception
Développé sous SPIP
Informations légales

image
image
Recherche image

Pratiques et Techniques de la Plaisance

image

Accueil du site > Forum technique > Les moteurs -forum- > Divers > Moteur électrique sur vedette

Rubrique : Divers

__________________________________________________________________________________________________________________

Moteur électrique sur vedette Version imprimable de cet article Version imprimable

Publié Mai 2016, (màj Mai 2016) par : Franckie  image   

Copyright : Les articles sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent pas être reproduits en partie ou totalité sans leur accord
S'identifier pour s'abonner par mail Inscrit aux forum vous pourriez transmettre cette page à un ami plaisancier

Bonjour,
Je viens d’acquérir une vedette Sea Ray équipée de 2 moteurs Mercruiser essence de 7,4 litres que je voudrais débarquer car trop gourmands, pour les remplacer par 2 moteurs électriques alimentés par mon groupe électrogène de 9 kva.
Quelqu’un aurait-il une solution où mon projet est-il fantaisiste ?
D’avance merci
Franckie

UP


Répondre à cet article
(pour répondre à un message en particulier, voir plus bas dans le fil)

5 Messages de forum

__________________________________________________________________________________________________________________

__________________________________________________________________________________________________________________

  • 8 mai 2016 19:21, par Négofol écrire     UP Animateur

    Euh...
    Remplacer deux moteurs de 220 CV, ou plus suivant la version, par deux moteurs de moins de 5 CV est une modification qu’on peut considérer majeure, voire radicale, et qui signifie que le bateau sera incapable de planer et, puisque la carène est totalement inadaptée à un usage du type déplacement, la vitesse maximale sera de l’ordre de 2 à 3 noeuds...

    Je ne parle même pas du problème administratif : bateau plus homologué et sans doute pas homologuable (incapable de contrer le moindre vent fort)...

    Utilisation envisagée ?

    Répondre à ce message

    • Merci pour votre réponse. Je pense que je vais laisser tomber cette idée farfelue.
      Je pensais aussi garder un des 2 moteurs , le recentrer au milieu de la cale et atteler les 2 arbres dessus, de préférence avant les inverseurs pour pouvoir garder la possibilité de débrayer les arbres séparément.
      Qu’en pensez-vous ?

      Répondre à ce message

      • 9 mai 2016 06:36, par Négofol écrire     UP     Ce message répond à ... Animateur

        C’est très complexe mécaniquement car il n’existe pas d’inverseur à deux sorties et une entrée et il faudrait développer une solution.
        (il existe par contre des inverseurs permettant de coupler deux moteurs sur une seule hélice, mais en usage professionnel).
        De plus, vous perdriez le gain de sécurité apporté par la bimotorisation et le problème de l’homologation se poserait aussi (avec le problème de ne pas pouvoir assurer le bateau...).

        Le gain réalisé serait de toutes façons très faible car limité, pour développer une puissance de propulsion donnée (= naviguer à une vitesse donnée, pas de miracle !), à la différence de consommation d’un moteur au lieu de deux, soit de l’ordre de 3 à 4 %, voire moins si les pertes dans la nouvelle transmission sont supérieures... La résistance de la carène serait inchangée puisque vous conserveriez les mêmes appendices (arbres, chaise, hélices, safrans).

        Il est possible de réaliser à peu près le même gain de consommation par un moyen simple et facile à mettre en oeuvre : réduire les gaz à la manette... Avoir des moteurs en bon état et bien réglés est une autre voie relativement peu onéreuse.

        Il est à noter que, pour le temps d’utilisation réduit typique d’une vedette à moteur, la consommation de carburant constitue en fait une part relativement faible du coût total d’utilisation du bateau à l’année et toute modification importante pour réduire ce poste est difficile à justifier économiquement (par exemple, il est en général non rentable de remplacer des moteurs essence en état de fonctionner par des diesels). Toute intervention importante au niveau de la motorisation entraîne des coûts se chiffrant en plusieurs milliers d’euros, donc en général supérieurs à des années d’utilisation...

        La vraie question est : le bateau correspond-t-il à l’utilisation envisagée ?

        Répondre à ce message

  • 9 mai 2016 09:28, par Franckie écrire     UP  image

    Bonjour et Merci pour ces réponses Negofol
    En fait ma vedette me sert d’habitation à l’année, je ne n’avigue que très occasionnellement, juste une ou deux sorties pour caréner et faire tourner les moteurs en charge.
    L’envie de réduire la puissance motrice, c’est surtout une affaire de coût d’entretien et de taxes douanières.
    (mes 2 moteurs développent 680 cv au total)

    Répondre à ce message

    • 9 mai 2016 10:11, par Négofol écrire     UP     Ce message répond à ... Animateur

      Il s’agit là d’une toute autre logique.

      Dans ce cas, je vois deux solutions radicales :

      • déposer complètement les moteurs et aller caréner en remorque : c’est pratiqué par beaucoup de péniches habitables et même par certains bateaux « de mer », au point que certains ports (Saint Tropez...) exigent que les bateaux sortent au moins une fois par an par leurs propres moyens pour éviter ce cas de figure...
      • il est aussi possible d’adapter un petit moteur hors-bord sur chaise pour avoir son autonomie de manœuvre portuaire, sans modifications irréversibles rendant le bateau invendable.

      Si le bateau ne sort plus en mer, on peut assurer le bateau comme péniche habitable ; Le problème de l’homologation ne se pose plus dans ce cas.

      Mais on est là dans un cadre fiscal et plus nautique...:-)

      Répondre à ce message

Répondre à cet article

UP

Copyright et informations légales