image
image
image

Votre IP : 3.231.226.13
Dernier ajout : 28 mai
Visiteurs connectés : 9

image Conception
Développé sous SPIP
Informations légales

image
image
Recherche image

Pratiques et Techniques de la Plaisance

image

Accueil du site > Forum technique > Voiles, carènes, gréements -forum- > Grément ketch utilisation optimale.

Rubrique : Voiles, carènes, gréements -forum-

__________________________________________________________________________________________________________________

Grément ketch utilisation optimale.Version imprimable de cet article Version imprimable

Publié Décembre 2011, (màj Décembre 2011) par : André Boffé  image   

Copyright : Les articles sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent pas être reproduits en partie ou totalité sans leur accord
S'identifier pour s'abonner par mail Inscrit aux forum vous pourriez transmettre cette page à un ami plaisancier

Bonjour,

Je possède un ketch acier (Le Malin 10 M de 1975), je souhaiterais trouver des ouvrages de référence, ou autre documentation permettant un usage optimal de mon bateau.

Peut-on m’aider ?

Amicalement et que les vents vous soient portants.

André Boffé

UP


Répondre à cet article
(pour répondre à un message en particulier, voir plus bas dans le fil)

7 Messages de forum

__________________________________________________________________________________________________________________

__________________________________________________________________________________________________________________

  • 22 décembre 2011 11:04, par Négofol écrire     UP Animateur

    Je ne connais aucun ouvrage spécifique au maniement du gréement de ketch.
    Pour l’avoir un peu pratiqué, c’est un gréement très agréable en équipage réduit car il permet d’ajuster la voilure facilement : sur ceux que j’ai connus, c’était :

    • amener l’artimon en premier pour équilibrer la barre
    • adapter les voiles d’avant (super facile si triangle avant de cotre : amener le yankee)
    • amener la grand-voile et renvoyer l’artimon.

    Beaucoup de ketches sont équilibrés sous trinquette et artimon par gros temps et c’est une combinaison très confortable...

    Aux allures arrivées, une voile d’étai et un assymétrique, c’est parfait. On peut même amener grand-voile et artimon pour éviter le ragage.
    Amusez-vous bien ! :-))

    Répondre à ce message

  • 22 décembre 2011 20:36, par jp écrire     UP

    Bonjour
    j’ai eu un gin fizz ketch

    j’ai jamais navigué sans l"artimon

    vers port cam, c’était tout dessus, puis GV en bas et ensuite réduction du GSE

    en fait jamais de ris dans la GV qui était juste en haut ou en bas suivant la force du vent

    bateau sur des rails et super équilibré sous artimon et génois

    amicalement

    Répondre à ce message

  • 31 décembre 2011 23:59, par DOUG LE écrire     UP  image

    Bonjour,
    mon expérience des ketchs :
    Ils ne sont pas tous pareils. Il y longtemps j’ai barré un Evasion 32, l’artimon n’avait aucun effet sur le speedo mais rendait la barre dure au près, je n’avais pas été convaincu par ce type de gréement. Actuellement j’ai un Sharki et pour un programme croisière je trouve le gréement de ketch idéal.
    Sans vouloir faire un cours ou un article, ce qui n’est pas de ma compétence, voici comment je joue avec mon bateau :
    Par temps moyen l’artimon fait gagner autour d’1/2 N. Mais j’obtiens quelques degrés de mieux en cap sans l’artimon. Donc si je veux faire du prés serré au dessus de 15 N de vent : GV et génois. Au plein vent arrière sous spi ou foc tangonné je roule également l’artimon pour soulager le pilote et je roule ou déroule la GV en fonction du vent.
    Par contre, comme dit précédemment du bon plein au grand largue l’artimon est toujours à poste et c’est la GV que je réduis. Sous artimon et génois , GV roulée, le bateau est confortable, ne gite pas car le centre de voilure est bas et il est facile de dérouler ou rouler un peu plus le génois pour équilibrer le bateau. A la tombée de la nuit on apprécie particulièrement.
    Enfin arrivé au mouillage la bôme d’artimon fait un très bon mat de charge pour mettre le HB sur l’annexe.
    Enfin

    Répondre à ce message

  • 5 janvier 2012 17:25, par Sergio écrire     UP

    Bonjour André,

    Un article vient de paraître qui vous intéressera peut-être...
    http://www.plaisance-pratique.com/t...

    A+ Sergio

    Répondre à ce message

  • 1er avril 2012 02:56, par Peio écrire     UP

    J’ai un ketch de 13,50m. C’est un prototype des années 80 mais je pense qu’il ne déroge pas à la règle.

    C’est un gréement de cotre avec aujourd’hui trinquette sur enrouleur (auparavant bômée) et GV sur bôme à enrouleur (en fait il n’y a que l’artimon qui ne se roule pas mais qui possède 2 ris).
    Voilà ce que ça donne :

    1 Au près serré :

    - Par petit temps, foc + GV
    - Un peu plus musclé : foc plus ou moins roulé + trinquette + GV
    - Beaucoup plus musclé : trinquette + GV plus ou moins roulée (arisée)

    2 Du petit largue au grand largue

    Le foc est tenu déroulé plus longtemps, avec GV + artimon. Si le vent monte, c’est foc + artimon, GV roulée. Si ça devient vraiment fort, c’est trinquette et artimon. Vraiment très fort, ce sera trinquette plus ou moins roulée et artimon au premier ris (ça ne m’est arrivé qu’une seule fois)

    Par tout petit temps (jusqu’à 15Kn de vent réel) c’est spi asymétrique + GV ou + artimon dès qu’on navigue proches du vent arrière (j’ai horreur de naviguer plein vent arrière).

    Par mer formée de l’arrière, l’artimon aide bien le pilote à corriger les départs à l’abattée ou au lof provoqués par les vagues. Ne pas trop le border est important. En pratique un ketch correctement toilé et réglé doit tenir son cap presque tout seul du près jusqu’au largue.

    Mais je pense qu’il n’y a pas 2 bateaux pour réagir de la même façon et il faut tester patiemment les différentes combinaisons de voilure dans les différentes situations de vent (et de mer !).

    Une chose est cependant commune à tous les ketchs que j’ai pu avoir entre les pattes, c’est au mouillage venté (avec un vent de direction à peu près régulière) : hisser l’artimon au bas ris, très étarqué et souqué dans l’axe du bateau, c’est une quasi-certitude de ne pas déraper pour cause de zig-zags sur le mouillage. Rien que pour ça et les nuits tranquilles y-afférentes, ça vaut le coup d’avoir un ketch (ou un yawl) ;-)

    Peio
    (Ketch) Haize Egoa

    Répondre à ce message

  • 17 octobre 2012 07:06, par martin.gale écrire     UP  image

    Bonjour,
    Après avoir eu une goelette (pour moi le mieux), j’ain un ketch de 44 pieds depuis 20 ans.
    Personne n’a mentionné me semble t-il les avantages collatéraux du gréement de ketch :
    - support de radar
    - maintien du bateau au mouillage (GROS AVANTAGE)
    Je ne suis jamais pratiquement jamais au mouillage au dessus de 10 noeuds sans artimon. Le bateau reste dans le lit du vent et la traction sur la chaine est diminuée par absence de yawling. De nombreux ketchs pratiquent cette technique...

    Répondre à ce message

Répondre à cet article

UP

Copyright et informations légales