image
image
image

Votre IP : 54.227.76.35
Dernier ajout : 21 mai
Visiteurs connectés : 22

image Conception
Développé sous SPIP
Informations légales

image
image
Recherche image

Pratiques et Techniques de la Plaisance

image

Accueil du site > Articles > Mouillages et ports > Grèce > Mouillages et ports en mer Egée > Amorgos

Rubrique : Mouillages et ports en mer Egée

__________________________________________________________________________________________________________________

AmorgosVersion imprimable de cet article Version imprimable

Publié 6 mai, (màj 6 mai) par : lysigee  image    yoruk   

Copyright : Les articles sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent pas être reproduits en partie ou totalité sans leur accord
S'identifier pour s'abonner par mail Inscrit aux forum vous pourriez transmettre cette page à un ami plaisancier

Cet article étant géolocalisé localement, validez OK ci-dessous convient.

Grèce/Mer Égée/Cyclades/Amorgos


AMORGOS

Approche

Poursuivre les lien vers PTP

- Guides nautiques pour cette région

- Pour télécharger traces, routes et WP (GPX et KLM) :

Zip - 38.6 ko

- Vents dominant

  • en été, le meltem peut souffler avec une rare violence de secteur NW, affectant tous les mouillage de la côte W, à l’exception de Kalotiri, qui offrira un abri temporaire bienvenu
  • Aucun port ou mouillage à l’Est de l’île, ou les rafales aggravées par la hauteur de l’île soufflent avec une rare violence (Par très beau temps, on peut mouiller par 5/10m de fond, en bas du monastère de la Chozoviotossa, mais la côte pour y monter est rude)
  • au printemps ou en automne, hors meltem, on peut rencontrer des vents de NE rendant impossible une remontée vers Katapola depuis le sud. On trouve une solution d’attente très provisoire sous le vent des îlots Dhrima et Andikaros à 6 milles dans l’ouest de Katapola

- Situation type par meltem (le même jour : 15 juillet 2013), pour les quatre abris principaux de l’île. Seul Kalotiri est totalement à l’abri

JPEG - 332.9 ko
Meltem sur Aigiali (ou Aghios Annas)
JPEG - 335.3 ko
Meltem sur Kalotiri
JPEG - 130.8 ko
Meltem sur Katapola
JPEG - 414.7 ko
Meltem sur Kalotaritissa

Ports

Katapola

- Katapola, dans la baie éponyme, large de 500 m et profonde d’un mille, orientée E->W, est le port principal de l’île. Il offre trois quais et trois mouillages forains. Contrairement à ce qu’affirme Rod Heikell, aucun des mouillages n’est totalement fiable par fort Meltem.

  • Au nord de la baie, entourant une chapelle blanche très reconnaissable, deux plages, exposées au ressac du meltem. Si le meltem souffle NW à l’extérieur de la baie, en y pénétrant, il s’oriente progressivement plein ouest, en rebondissant sur les hauteurs encadrant la baie
  • Un petite baie située au SW, offre un abri précaire, mais elle aussi soumise au ressac et à la ré orientation du vent. C’est un mouillage de beau temps
  • Au fond NE de la baie un village, séparé de Katapola : Xilokératidi, offre un petit quai avec peu d’eau, mais régulièrement occupé par des pêcheurs locaux, qui y ont installé bouées, corps ports et pendilles dans un désordre inabordable.
    JPEG - 339.8 ko
JPEG - 96.1 ko

Seul Katapola au SE de la baie offre de bonnes conditions d’amarrage. Trois options, en arrivant :

  • tout d’abord au nord du parking du port, le quai des cargos et ferries, qui nous est interdit
  • Immédiatement après orienté NW/SE le quai SW ou l’on se place arrière au quai en mouillant pas trop long pour ne pas croiser les chaînes des bateaux au mouillage sur le quai sud. On mouille pas plus de trente mètres par des fonds de 6 mètres de fond de sable et de pierres. On le dit de tenue médiocre, mais, pour y être venu souvent, je n’ai jamais connu de problème de mouillage, ici
  • Le quai sud, où les bateaux s’installent alongside, sur sa partie ouest, pour ne pas croiser leur mouillages à l’angle du coude SW, sr une trentaine de mètres 5 ou 6 bateaux peuvent venir arrière au quai, en ne mouillant pas trop long, pour ne pas croiser les chaînes des bateaux du quai SW. La trace indiquée sur le plan ci dessus est précieuse où l’on voit à quel endroit l’ancre a été posée. Recalculé sur Google Earth il apparaît que 30 m ont été mouillés, très exactement dans l’axe, ce qui permettra au petit ferry local, l’Express Scopelitis, de mouiller sans croiser les chaînes de personne

- Influence du meltem sur les mouillages de la baie :

JPEG - 204.1 ko
Xilokeratidi
JPEG - 188 ko
Ormos Katapola NW
JPEG - 171 ko
Ormos Katapola SW
JPEG - 210.7 ko
Port de Katapola
JPEG - 333.4 ko
Scopelitis au quai S
JPEG - 249.3 ko
Le quai S
JPEG - 332.6 ko
Depuis la berge Est
JPEG - 323.2 ko
Quai des cargos
JPEG - 334 ko
Ormos Katapola

Crédit Photo : Lysigée & Laorana

Aigiali

- autres noms : Ayios Annas, ou Aghios Ioanna, ou Yialis, etc...)

JPEG - 180 ko
JPEG - 222.7 ko
JPEG - 224.9 ko
  • Ce n’est pas un port, mais plutôt un abri sommaire composé d’un enrochement, viabilisé au nord, formant un môle d’une centaine de mètres.
    • Le meltem impacte toute la baie, sauf, à mouiller très près du môle, dans l’angle qu’il forme au SE du quai, emplacement inaccessible, occupé de nombreux mouillages locaux anarchiques
    • l’extrémité du môle doit être laissée libre pour les manœuvres de l’Express Scopelitis, qui assure la liaison quotidienne entre Katapola et Naxos (aller le matin, retour en soirée).
    • Les bateaux se placent alongside, sur la face NE du môle, la forme des fonds, descendant depuis la plage vers le môle inversant la pente et rendant la tenue du mouillage instable et aléatoire
    • De touts façons, les fonds encombrés de vieilles chaînes, de résidus de pendilles, de filins de pêche, ne sont pas sains
  • Le mouillage forain en baie est un mouillage de beau temps, vite impacté par le meltem et son ressac
JPEG - 366 ko
Aigiali le môle
JPEG - 381 ko
Aigiali le quai
JPEG - 374.8 ko
Aigiali le port
JPEG - 323.2 ko
Aigiali côte sauvage
JPEG - 302.1 ko
Aigiali côte sauvage

- Le village est un peu en altitude, voir note [1]

Mouillages

  • Ormos Katapola : tous des mouillages de beau temps
JPEG - 353.7 ko
Plages Nord
JPEG - 301 ko
Xilokeratidi
JPEG - 248.8 ko
Berge Est
JPEG - 258.1 ko
Plage SW
  • Ormos Kalotaritissa |JPEG|JPEG| A la mode depuis qu’on a découvert que c’était un ancien repaire de contrebandiers, du fait de sa proximité avec l"anse de l’épave où a été tourné le grand bleu. Mais, les passes d’entrée de la baie, largement ouvertes au NW, sont gravement impactées par le Meltem. On ne trouvera un peu d’abri du vent que très à l’intérieur de la baie, à hauteur d’un petit quai, où l’on trouve peu d’eau et de toute façon utilisé par les bateaux de passagers assurant une navette vers l’île de Gramvoussa. Il faudra aussi gérer le manque de place lié à l’occupation des lieux par de nombreux mouillages locaux anarchiques
    • Ormos Gramvoussa toute proche, à un demi mille au N/NE offre une belle plage pour un mouillage de beau temps. Il faudra parer un haut fond dangereux de profondeur incertaine à 150 m dans le SE du sud de l’île
    • La baie de l’épave de l’Olympia toute proche à moins d’un demi mille dans le SE des passes de Kalotaritissa n’offre aucun intérêt sauf à vouloir se replonger dans les souvenirs du « Grad Bleu ». voir note : [2]
    • Ormos Akrotiri, à deux milles dans le NW, sur la route de Katapola, un fjord, quelque peu protégé par l’îlot N.Petalidhia, long d’un demi mille, mais très exposé au Meltem. Bons fonds de sable, on n’y mouille que par mer calme, avec une météo assurée.
JPEG - 193.3 ko
JPEG - 153.1 ko
  • Ormos Kalotiri Le meilleur mouillage de l’île par meltem.
    • A mi chemin entre Aigiali et Katapola (à 4 milles), on mouille sur d’excellents fonds de sable, en embossant à terre si le meltem est violent. Meltem qui ne lèvera jamais de mer.
    • La passe par l’Est, étroite et peu profonde ne pose pas de problème par mer maniable. Elle mesure une centaine de mètres de large pour sa partie navigable, en serrant l’île. On trouve un seuil de 5 m parfaitement identifiable à l’œil, les eaux sont très claires
    • L’île était autrefois une colonie de lépreux, dont il ne reste que les fondations de certains bâtiments. Un petit appontement permet aux baeaux de promenade d’accoster, visible sur la photo ci dessous
JPEG - 291.2 ko
Crédit photo : Vagelis Papacharalabous
https://www.google.com/maps/contrib...

Réparation Entretien Services

- Contacts :

  • VHF : 16
  • Liste de toutes les administrations portuaires en Grèce
  • Port Authority Station of Amorgos
    • Tel : +30 22850 71259 ,
    • Fax : +30 22850 22219
  • Port agents :
    • Theologitou Zoe Shipping Agency
      • Tel : +30 22850 71256, 71390, 71519 ,
      • Fax : +30 22850 74119
    • Naftilos - El. Vekris
      • Tel : +30 22850 71201, 71278, 71747, 71035 ,
      • Fax : +30 22850 73231
  • Municipalities’ district offices, Katapola Community
    • Tel : +30 22850 71257 ,
    • Fax : +30 22850 71257
  • Pas d’aéroport, mais des lignes de ferries quotidiennes (voir ce lien)

- Réparation
Peu de choses, vous êtes au beau milieu de la Mer Egée, cependant, il y a des pêcheurs, et l’Express Scopélitis qui assure une liaison journalière vers Naxos

- Entretien
Rien ici
- Services

  • Eau et électricité sur bornes au quai, mais se souvenir que cette l’île n’est plus auto suffisante en eau douce, évitez de laver votre bateau à grand jet.
  • Wifi en ville dans les bars et restaurants, Excellente 4G
  • Poste à Chora, en ville (liaison par bus)
  • Banque : Piraeus Bank, sur le port de Katapola
  • Avitaillement
    • Carburant par mini-tanker sur le port
    • Nourriture, supermarché et commerce en proximité du port
  • Toilettes, WC, douches, rien lors de ma dernière visite en 2015. Mais il doit être possible, en saison de trouver des solutions avec les bars restaurants...
  • Restaurants bars,
    JPEG - 239.6 ko
    Vitsentzos Xilokeratidi
    https://www.tripadvisor.fr/Restaura...

Très nombreux et souvent de qualité. Sur le port, mais aussi à Xylokeratidi. On peut dîner à Chora, dans le cadre d’un village encore préservé, puis redescendre au port par le service de bus. Parmi les restaurants, il y en avait un qui avait déjà la cote, il y a trente ans, Nous y avons passé deux semaines sac à dos, en 1998, à Xilokeratidi, on ne peut pas le manquer, aux pieds d’un arbre multiséculaire, les pieds dans l’eau...En 2002, nous y sommes repassés, depuis selon les guides touristiques la taverne est toujours aussi appréciée, (photo récente, merci Trip Advisor).

  • Vous trouverez aussi des restos sympa sur Aigiali et dans tous les petits villages de l’île, à visiter en randonnée, mais aussi en scooters (bonnes solutions de location sur le port)

Histoire

JPEG - 76.9 ko
  • Néolithique Amorgos était déjà habitée dès le Néolithique (pointes de flèches en obsidienne remontant à 4 500 avant notre ère).
  • La période protocycladique, entre 3 000 et 2 000 avant notre ère, fut l’âge d’or de l’île. Une douzaine d’acropoles avec palais et nécropoles ont été identifiées. Surtout, Amorgos produit alors de très nombreuses idoles cycladiques en marbre, dont celle dite d’Amorgos, 1.50 m de haut, la plus grande connue, vers -2500
  • Minoa L’ancien site de Minoa, sur la colline de Moundoulia, juste au-dessus du port de Katapola, était l’un des plus importants centres de la vie et de l’activité humaines sur l’île tout au long de la préhistoire. Un énorme projet de fouille révèle que tout le site de l’ancienne Minoa a été constamment peuplé avec un niveau culturel élevé du 10ème av JC (période archaïque) jusqu’au au 4ème siècle après JC (période post hellénistique). Dans l’état actuel des fouilles, on peut distinguer le mur de défense de la période géométrique avec ses extensions et ses bastions qui entouraient l’acropole . Le long bâtiment du gymnase datant du 4ème siècle av. J.-C. domine le site archéologique. La fondation d’un sanctuaire de la période géométrique a été préservée au sommet de l’acropole. Le temple hellénistique situé à l’extrême gauche, entouré de bâtiments de culte plus petits, est impressionnant avec le corps d’une statue se tenant au milieu. Il est probable que la ville s’est construite à l’abri du meltem et... des pirates, dans duo classique dans les îles skala (le port)/Kastro (en altitude le village fortifié). Dans le cas présent, le port à fini par prendre le dessus sur la forteresse.
JPEG - 112.5 ko
  • Ancienne Minoa Un sentier partant de Katapola mène à la colline de Minoa par une piste sinueuse menant au site archéologique (30 minutes ), mais on pouvait le joindre en scooter en 1998. Parmi les trois villes de l’Antiquité sur l’île, les ruines de l’ ancienne Minoa sont les plus vastes et les plus intéressantes. L’origine minoenne du site est controversée, mais, l’influence de Minos perdure dans les conceptions architecturales locales, mêmes contemporaines. Il suffit de lever le nez et d’en observer les nombreuses traces, partout en ville
    À partir de la Période archaïque, trois cités-États indépendantes se partagent l’île : Egiáli au nord, Minoa (située sur une colline au-dessus de Katapola), et Arkesini au sud.
  • Période hellénistique
    Amorgos tombe sous la domination de Naxos, puis de Samos. Enfin, elle appartient aux Ptolémées et aux Romains qui l’utilisent comme lieu d’exil.
  • Epoque byzantine L’île devient la proie des pirates et est pratiquement désertée jusqu’à la fondation du monastère de la Chozoviotissa au XIe siècle. L’Empire byzantin recommence aussi à utiliser l’île pour exiler les dignitaires devenus indésirables.
    Elle est annexée par Marco Sanudo au duché de Naxos vers 1206. Le kastro vénitien de Chora est construit alors. Elle est reprise à Angelo Sanudo par Jean III Doukas Vatatzès en 1250. Un empereur byzantin l’aurait ensuite donnée alors à un Filippo Ghisi, un autre vénitien, et cousin des Sanudi. Le corsaire Licario s’en empare en 1276 pour le compte de Michel VIII Paléologue. Elle est reconquise par des membres d’une branche des Ghisi installée en Crète, et incluse dans le traité entre Venise et l’Empire byzantin en 1303. Elle est cependant disputée aux Ghisi par les ducs de Naxos, qui l’occupent pendant plusieurs années. En 1312, elle est le théâtre de la bataille d’Amorgos entre l’émirat de Menteşe et l’ordre de Saint-Jean de Jérusalem.
  • Période vénitienne En 1419, un traité entre les Ottomans et Venise confirme que l’île est sous la souveraineté vénitienne. En 1446, Giovanni Querini, comte d’Astypaléa, achète l’ile aux Ghisi et au Sénat de Venise qui en possède un quart en propre. L’île se serait vidée à nouveau peu à peu de ses habitants.
  • Période ottomane Conquise par Barberousse en 1537 et occupée par les Ottomans, Amorgos est la proie des pirates. Elle subit un dernier raid dévastateur par des bandits Maniotes en 1797.
  • Période athénienne Amorgos est libérée avec le reste des Cyclades en 1832. Elle est de nouveau utilisée comme lieu d’exil au cours du xxe siècle : par le gouvernement de Venizélos en 1917, par le régime de Ioánnis Metaxás dans les années 1930, puis pendant la dictature des colonels de 1967 à 1974.
  • Période contemporaine Amorgos, qui n’est plus suffisante en eau, est conquise par les touristes et fait venir son eau par tanker depuis l’attique

Culture

  • Les traces archéologiques Si on trouve peu de site, à l’exception de celui de minoa, c’est que l’île, loin de tout et pauvre en ressource, a été peu fouillée. On connait pourtant la richesse de son passé pré-cycladique, pour preuve l’idole d’Amorgos, aujourd’hui au musé archéologique d’Athènes
  • Les traces architecturales monastère de Chozoviotissa source : Wikipeda Ce monastère est un des plus spectaculaires de Grèce et une des plus anciennes constructions byzantines des Cyclades. Il est jusqu’au xixe siècle un des plus riches de Grèce, possédant un vaste patrimoine foncier.
    • Il n’existe pas de document relatifs à sa fondation, mais des traditions orales parfois divergentes et des documents plus tardifs. Elle remonterait au XIe siècle. Le monastère aurait été restauré ou véritablement fondé par l’empereur byzantin Alexis Ier Comnène en 1088. Il aurait été créé pour abriter une icône sauvée des iconoclastes par une femme pieuse originaire de Khoziva, un village de Terre Sainte.
    • Il est construit littéralement à flanc de falaise, à 300 m au-dessus de la mer. Par endroits, le monastère ne fait guère plus d’un mètre cinquante de large. La chapelle est installée dans une des anfractuosités du rocher. Tournefort, dans son Voyage d’un botaniste (1700) dit qu’il « ressemble de loin à une armoire appliquée vers le bas d’un rocher effroyable, taillé naturellement à plomb ». Il estime qu’une centaine de moines pouvaient y loger. En 1989, il n’y en avait plus que deux. Il semblerait que depuis les évolutions politiques en Europe de l’Est, de nombreux jeunes moines d’origine russe se soient installés à Amorgos, comme dans d’autres monastères de Grèce.
    • Ce monastère, dont les murs sont d’une extrême blancheur, a aussi l’allure d’une forteresse.

- Vidéo : crédit photos Robert Curbet

  • L’invasion touristique et ses conséquences sur l’insuffisance hydrique
    1988, l’île, dépourvue d’aéroport, éloignée (24 H par ferry) d’Athènes, n’était fréquentée que par les marins et les randonneurs, est victime du succès mondiale de Luc Besson : « Le grand bleu ». La beauté des images, la splendeur des paysages, déclenchent une invasion touristique. Manne financière empoisonnée, l’île à peine suffisantes en ressources hydriques, va vite manquer d’eau. Aujourd’hui,ils là font venir par tanker depuis l’Attique
  • Le paradis des randonneurs Longue et étroite, montagneuse, Amorgos offre de magnifiques parcours de randonnées dont beaucoup sur la ligne de crête. Très prisée des randonneurs français
  • Express Scopelitis II ou, l’art d’assumer son destin. Résultat d’un projet local, mené par une famille d’armateurs de Katapola, l’Express Scopelitis assume été comme hiver, les liaisons entre Amorgos et Naxos, visitant au passage les autres petites îles des « Petites Cyclades ». Il y avait déjà un Express Scopelitis I Il y a 40 ans, mené par la même famille d’armateurs, fétu de paille, caïque sous motorisé, on l’aperçois dans la vidéo ci dessous
    L’Express Scopelitis est basé à Katapola, où il a son embarcadère dédié. respectez le, il vous le rendra le lendemain, si en relevant son mouillage, quelques plaisanciers maladroits sont venus croiser sa chaîne, ou la vôtre, ce qui est fréquemment la règle !!!

- Manœuvres d’ancres à Katapola

Express Scopelitis manoeuvre à Naxos

- La belle histoire de l’Express Scopelitis


[1] Ormos Egialis est juste le village du port, pour visiter le village historique, c’est à Aegiale juste à trois km, et à 600 m d’altitude, d’une très belle route, prévoir une heure pour y monter, beaucoup moins pour en redescendre !!!

[2] en 1998 j’étais venu voir l’épave en scooter depuis Katapola... C’est beaucoup plus facile !!!

UP


Répondre à cet article
(pour répondre à un message en particulier, voir plus bas dans le fil)

Répondre à cet article

UP

Copyright et informations légales